fais ta pub !
Bonjour, si vous aimez les retrouvailles guimauves, et les situations cocasses, Kelly Eve KIRK n'attends que vous , merci de votre attention :)

Pour mettre votre annonce sur ce panneau d'affichage, rendez-vous dans ce sujet !



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | .
 

 La messe est dite [Telesphore Caldwell]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Bastard and proud of it
« Inscris le : 23/04/2017
« Messages : 63
« Localisation : Vient d'arriver à Deadwood

Message Sujet: La messe est dite [Telesphore Caldwell] 15th Mai 2017, 22:30

La messe est dite
feat Telesphore Caldwell




« Que le Dieu de vie qui a relevé Jésus d’entre les morts fasse disparaître en vous ce qui est mort et fasse lever en vous la sève de la vie, afin que vous soyez heureux. Amen. »

Le Pasteur Gabriel White referma le carnet de feuillets qui reposait sur le pupitre de bois, ramassa la petite Bible qui s’y trouvait également, et quitta l’autel, le livre saint sous le bras. Les quelques fidèles présents dans l’édifice commencèrent à se lever et à remettre leurs manteaux; il y avait surtout des couples, quelques femmes seules. Celles-ci étaient en supériorité par rapport aux hommes. Le Révérend White ne parvenait pas encore à remplir l’église et tous les habitants de Deadwood n’avaient sans doute pas été mis en courant de son arrivée. Mais quelques personnes étaient venues, et quelles que soient leurs motivations, cela était déjà beaucoup. Après tout, le nouveau pasteur n’avait emménagé à Deadwood que depuis une quinzaine de jours. C’était là son deuxième office dominical. Reprendre le prêche lui faisait l’effet d’une merveilleuse libération, et ce même devant un public clairsemé. Bien entendu son travail ne s’arrêtait pas là: l’essentiel se jouait hors de l’église, au quotidien. Il fallait rencontrer les habitants, se familiariser avec les usages de la ville et, bientôt, entreprendre de ramener à Dieu les âmes égarées.

Les gens se levaient dans un relatif silence, quelques conversations refaisant cependant surface. Le Révérend était peiné par l’absence de musique à ses offices. Il avait tenté d’entonner un chant liturgique qui n’avait pas si mal pris dans l’assistance, mais celui ne lui suffisait pas. Peut-être pourrait-il constituer un choeur d’enfants en mêlant les institutrices à ce projet. Il était temps d’aller les rencontrer, d’ailleurs. Elles pouvaient être des contacts de premier plan pour un prêtre en milieu plus ou moins hostile. Plutôt moins que plus, d’ailleurs, contrairement à ce qu’on lui avait dit de Deadwood. Il ne fallait pas croire les mauvaises langues. Rien n’était perdu sur terre, personne ne pouvait échapper longtemps au regard de Dieu. Du moins, c’était le credo, naïf peut-être, de Gabriel White. Cet homme était pénétré d’un optimisme à la fois touchant et, quand la situation ne s’y prêtait guère, quelque peu navrant. La matinée, si bien commencée, ne lui donnait aucune raison d’être pessimiste. C’est qu’il ignorait tout de l’événement capital qui était sur le point de survenir.

Il entreprit de se mêler aux visiteurs, espérant qu’ils ne partent pas tout de suite.

« Révérend, je suis tout à fait ravi de vous rencontrer. Monsieur O’Sullivan, je travaille au bureau des télégraphes. »

Gabriel White lui retourna ce salut fort courtois en déclinant à son tour son identité. Il adressa un hochement de tête poli à Madame O’Sullivan. Le couple avait tout d’une famille d’honnêtes gens, à l’abri des besoins financiers. L’assemblée était assez hétéroclite sur ce plan là: on y devinait également quelques propriétaires de ranchs et deux paysannes qui s’étaient assises dans le fond et étaient sorties si tôt l’office terminé. Il y avait un couple difficile à situer sur l’échelle sociale du village. Un homme de taille moyenne qui arborait une barbe rousse et un habit ni particulièrement élégant ni négligé; de petits yeux où flottait un je-ne-sais-quoi de mystérieusement familier, sur lequel Gabriel ne s’attarda d’abord pas. A ses côtés, une femme brune, incontestablement plus jeune que lui, dont les traits fins dégageaient un charme paisible. Le Révérend quitta le couple des yeux et sortit de l’église en même temps que les fidèles, espérant prendre part aux discussions à l’extérieur. Le couple O’Sullivan était encore là et lui présenta un ami de la famille, apparemment propriétaire d’un petit hôtel en ville. Il était en compagnie. Gabriel leur recommanda d’informer leurs connaissance de son arrivée en ville, afin que le plus de monde possible pût profiter de ses offices. Puis le petit groupe partit manger. Le pasteur les salua en les accompagngiant au portillon. Puis il fit volte-face pour retourner vers l’édifice. Il avait encore quelques aménagements à y faire, auxquels il pourrait peut-être se consacrer, maintenant que tous les fidèles étaient partis. Tous, ou presque. N’était-ce pas l’homme qu’il avait vaguement dévisagé tout à l’heure, là bas, aux portes de l’église ?



HRP: J'espère que ce modeste début te convient Smile j'ai eu envie de décrire un peu Telesphore et Felicia (puisqu'il vient sans doute avec elle, j'imagine?), si quelque chose ne cadre pas avec ce que tu avais en tête, dis-le moi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

La messe est dite [Telesphore Caldwell]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Messe pour le temps présent: illustrations
» Ruby Caldwell - Be yourself and smile
» Un pape et une abbesse = euh...une messe?
» 1ère messe à Mauléon
» [RP] Préparation de la Messe du 15/02

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Western Bastards :: One armed bandits :: Garbage can :: Dead end - Rp-