fais ta pub !
Bonjour, si vous aimez les retrouvailles guimauves, et les situations cocasses, Kelly Eve KIRK n'attends que vous , merci de votre attention :)

Pour mettre votre annonce sur ce panneau d'affichage, rendez-vous dans ce sujet !



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | .
 

 "Je suis le Docteur" xD

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Bastard and proud of it

Invité
Message Sujet: "Je suis le Docteur" xD 8th Mai 2017, 23:57

Thaddeus J.Hale
50 ans - Médecin - The Wild Horde

you never know who i am
Nom : Hale ; Prénom(s) : Thaddeus John ; Surnom(s) : "Le Docteur" effectivement ça tombe sous le sens, "Thadd" uniquement pour les amis, "Tj" Uniquement pour les vieux amis, "l'homme de fer" seulement pour les anciens frères d'armes; Lieu et date de naissance : 4 Avril 1828, à Boston ; Âge : 50 ans ; Statut marital : Veuf ; Situation financière : Modeste ; Occupation : Médecin, occasionnellement chirurgien si l'on en a besoin ; Arrivé(e) à Deadwood : Arriver à Deadwood il y a moins d'un an ; Groupe : The Wild Horde ;


everyone has a story, listen to mine
« HALE » un patronyme anglo-saxon, trahissant certes mes origines britanniques. Nous vînmes donc vers le Canada, au début du 18ème siècle, notre mère patrie ayant annexé ce territoire, par maintes conquêtes.
Ainsi donc, quand certains membres de notre famille ouïrent les prémices de la révolution, de compatriotes éloignés, ils s’enquirent des moyens de la rejoindre. Nonobstant les difficultés de ce voyage, mes aïeuls posèrent bientôt leurs pieds sur ce qui deviendra, quelques années plus tard : Les États-Unis d’Amériques.

Nous étions alors, à cette époque séparé de notre embranchement royaliste, et de ce fait, nous avons prospérés sur la côte Est. Mes ancêtres étant versés dans une pluridisciplinarité de science, j’ai donc suivi la passion de mon père, Alexander Hale, pour la médecine.

En effet, je naquis un 4 Avril de l’an 1828, dans la ville de Boston, dans le comté du Suffolk, Massachusetts.
Hélas, mère nous a devancées pour un monde meilleur, le jour même où elle me mît au monde. Brittany de son prénom, était une dame charmante et avenante, de ce que disait père, dommage que le privilège de la connaître ne m’ai point été accordé. Nous avions quelques parents en cette ville, dont un cousin de 8 ans mon aîné, Edward, mais… Ses conversations provoquaient souvent mon émoi.

Dans le but de parfaire mon savoir des sciences médical, je m’exilais pour un temps jusqu’en Pennsylvanie, dans le but de profité des enseignements de l’école de médecine, de l’université de Pennsylvanie. Effectivement, « Les lois sont vaines sans morale », quoi que « la morale » en elle-même, à mon humble avis, n’est qu’une rigidité de conscience sans la compassion et… Toutes mes excuses, je digresse… Reprenons.

Ainsi je découvrais avec stupeur, dans ma première année, que la vocation de médecin n’est pas qu’affaire d’expérimentation diverses et varié, mais surtout de charité et sympathie envers les douleurs humaines. Il est histoire de sacrifice multiple, comme être « serf de l’humanité », cette voie dans laquelle je m’étais engouffré n’était pas celle d’un métier quelconque, mais une destinée propre à servir la vie elle-même ! En serai-je digne, en serai-je capable ? Aurai-je les épaules assez solides de porter un tel fardeau de bénédiction ?

La question se fit paradoxalement plus douce et amer à ingérer, lors de ma rencontre fortuite avec Melle.HUXLEY, Éléonor de son prénom. Son père était un des acteurs de l’essor économique, que connaissait l’état, mais elle s’intéressait à autre chose : les livres. Nos destins se sont donc croisés par une maladresse de ma part, au coin d’une des allées du « Van Pelt Dietrich Library Center »… Et plus tard lié.

Ma chère Éléonor, comme tu nous manque. Ton départ si soudain, malgré mes vains efforts pour te garder auprès de nous. Ton dernier héritage fait toute ma joie, et la voir, l’entendre jouer de cet instrument que tu lui as offert, me transporte toujours autant d’allégresse, mais la nostalgie de nos moments ensemble reviennent alors me harceler cruellement. Quels est donc ce si précieux héritage, m’interrogerez-vous ?

En réalité, ma défunte épouse m’a laisser deux trésors avant… De partir. L’un se nommant Wyatt, un garçon fort agréable, quelques peu soupe au lait, mais capable d’une grande empathie. Puis suivit ma petite Penny, ou Pénélope. J’avoue aujourd’hui encore avoir du mal à le dire en entier. Pourquoi me direz-vous ? Car c’est elle, mon Éléonor, qui a choisi son prénom, ses deux prénoms même, je me rappel n’avoir posé aucune opposition à celui-ci, mais quand a « Charlotte » : « Pourquoi affublé cet enfant du nom d’une… Pâtisserie ? ». Avouez vous-même qu’entre le prénom faisant écho au récit de « l’Illiade », qui était un de ses livres de chevets, et un autre… Désignant… Une friandise pâtissière. Alors vint l’explication de son choix, le nom de sa grand-mère, qui selon ses dires était une femme extraordinaire… Comme elle l’était elle-même…

Quand les bruits de guerres se firent, et qu’elles finirent par hélas se matérialisé, elle fût malgré-elle la première à m’encourager à aller défendre mes convictions profondes, nos convictions. J’ai parfois tendance à regretter ce temps, que j’aurai pu passer avec elle, mais en tant que médecin, je me console du nombre de vie que j’ai pu aider à préserver. La guerre de sécession, une guerre contre l’inégalité et la cruauté humaine personnifiée par nos propres frères, quel tragédie. Tout ce sang versé, toutes ses vies et ses familles brisés.

Quelques temps après mon « retour triomphale », si je puis m’exprimer ainsi, car il n’y a rien de glorieux, ou de triomphale à revenir d’un champ de bataille, ou plusieurs des hommes que vous connaissiez, avec qui vous avez partagez quelques moments conviviaux, se sont éteints. Certains très brutalement, dans des souffrances atroces, que même la morphine ne peut soulager, que la gangrène emporte ou diminue cruellement. Sans parler de ceux qui sombre dans la folie, faisant le travail de l’ennemi dans une totale confusion de leur esprit, torturé par les coups de canons et vision de leur camarade déchiqueté par ceux-ci… Je ne souhaite à personne de vivre cela. Mes plus plates excuses, je me suis encore perdu dans mes souvenirs… Je disais que je revenais, et j’eu quelques mois plus tard, la mauvaise surprise donc, de voir mon fils, suivre la voie que j’avais suivie. Pour ma défense, je lui disais que je n’étais que médecin, et lui racontai quelques-unes de mes plus tristes expériences militaires. Rien. Je le laissais donc partir, priant qu’il nous revienne au moins en vie, et s’il était possible, entier, autant en esprit, que corps.

C’est… C’est 3 ans plus tard, en cette maudite année de 1869… Que ma tendre Éléonor… Décéda. Des suites d’une maladie, qui nous était alors quasiment inconnu, que ce soit de moi ou de mes confrères. Une maladie donc, incurable… Ma chère Penny l’aida comme elle a pu, en la berçant des accords de son instrument de prédilection, le violon. Quand sa mère nous quitta, elle n’y toucha plus pendant longtemps… Quelle perte. Quelle perte que celle de ma chère et tendre, celle de la motivation à sauver des vies, celle de ne plus entendre la moindre mélodie en nos murs… Heureusement, j’avais encore ta présence, ma petite Penny. Ce tragique évènement, à au moins servi à nous rapprocher, plus ou moins. J’avais mon propre deuil à faire, d’ailleurs je pense que le mien est loin d’être terminé. Chaque jour la regardant, je me disais que faire, quand je me rappelais d’une partie de ce fameux discours de Lincoln, en 1863 :
« [...] C'est à nous les vivants de nous vouer à l'œuvre inachevée que d'autres ont si noblement entreprise. C'est à nous de nous consacrer plus encore à la cause pour laquelle ils offrirent le suprême sacrifice ; c'est à nous de faire en sorte que ces morts ne soient pas morts en vain ; à nous de vouloir qu'avec l'aide de Dieu cette nation renaisse dans la liberté [...] »
Je me devais de réagir, et ne pas baisser les bras, transposant ce discours à ma propre situation. Mon Éléonor avait fait de Pénélope une jeune fille, et une future jeune femme de qualité. Ainsi je pris sur moi de continuer ce qu’elle avait entreprit, avec mes moyens humains. Je lui permis donc de m’accompagner à certains séminaire, ou je rencontrai des confrères de renommé, et elle-même dédaignant ses anciennes passions et loisirs, je me fis un devoir de parachever son éducation au cours de maintes soirée, autour des livres de la bibliothèque de notre salon. Bibliothèque, qui vous l’aurez compris avait été majoritairement rempli d’ouvrages acquis, par ma savante Éléonor.

Vînt alors le jour bénis, ou son cœur s’épancha de toutes ses souffrances. C’était au cours d’une intervention auprès d’une patiente, un accouchement tout à fait banal sommes toute. Pas pour elle, la voyant donc s’éclipser vers notre véranda, je la suivi… Quel… Triste moment, quel souffrance de voir son enfant pleuré. Dans de tel situation, les mots sont vain, ils n’ont plus aucune signification… Seul le langage du cœur compte, c’est ainsi que je le laissai me guider au mieux, m’approchant avec une certaine retenu, toute consolation verbal étant inapproprié à mon sens, je me suis contenté de la serré dans mes bras.

En conséquence, depuis ce jour elle reprit vie, à ma plus grande joie. Mon cœur était de ce fait moins lourd. J’atteignis le paroxysme de la jubilation quand elle m’annonça entrée, au conservatoire de Boston. Bien-sûr, il va de soi qu’un bonheur n’arrive jamais seul. Mon fils Wyatt, vînt plus tard nous présenté ma future bru, j’allais être grand-père, ma fille certainement une grande musicienne de renommé national, éventuellement outre atlantique. Le bonheur semblait de nouveau nous sourire… Mais ce n’était qu’un mirage, une illusion.

Caroline, ma bru, décéda en mettant au monde mon petit-fils. Lui-même subit le même destin que sa mère, en sortant du sein de celle-ci. Drame effroyable qui fût suivi de la disparition de ce pauvre Wyatt. Il sembla alors lui aussi n’avoir été qu’une ombre, ou plutôt, un rayon de soleil disparaissant à cause des caprices du temps. Un temps gris et maussade qui s’installa alors de nouveau sur notre maison. Quelques mois plus tard, il nous fit part de sa folie : Il était devenu « chercheur d’or », dans un coin reculé du Dakota du Sud. Ce territoire ne faisait même pas parti de l’Union ! De plus, la ville où il avait trouvé « refuge », se nommait « Deadwood », dans les Black Hills, un territoire indien. Non pas que j’avais une quelconque animosité envers eux, mais c’était un territoire très disputé, comme tant d’autre. Nonobstant ces conditions, je me suis résolu à faire le voyage afin de le raisonner ! De le ramener à la raison ! Puisqu’il n’avait pas daigné, reconnaître son tort à l’amiable. Je lui annonçais alors notre venue prochaine… Mais les fonds nous auraient manqué, surtout en train.

Commença alors l’idée folle de prendre le même chemin que mon aliéné de fils, non pas devenir « chercheur d’or », ce qui était pour ma part totalement grotesque, à moins de posséder une mine. Non, celui de repartir de zéro, faire table rase du passé, laisser derrière nous cette lourdeur qui nous avait frappait en cette ville de Boston. Peut-être était-ce le début de la sénilité… Ou alors un début de démence, non diagnostiquer… Cependant, avant de tout quitter, nous respectâmes le dernier souhait de ma chère épouse… Qui souhaiter que ses cendres volent aux quatre vents, libre comme elle l’était de son vivant, voguant au gré de l’air de l’Océan. Moi je ne sais pas encore… Je m’interroge, voilà bien une épineuse énigme… Quoiqu’il en soit, après avoir vendu tout bien matériels qui nous retenaient à Boston, avec l’accord de Pénélope, et bien-sûr en gardant les plus précieux comme des trésors, nous rejoignîmes mon fils… À mon grand désarroi, bien trop tard. Cette maudite soif de l’or, l’avait emporté comme la rivière qui l’avait emporté vers son funeste destin. Cela fera donc moins d’un an, que je m’accuse de cet accident… Me posant toujours les mêmes questions : Et si j’étais venu plutôt ? Et si j’avais tous mis en œuvre dès sa première missive ?... Pour l’instant, je n’ai plus maintenant que deux priorités : la première, ma Pénélope. La seconde, accomplir ma pénitence, en offrant mes services en tant que médecin à cette ville, infesté par la peste du crime, à ceux qui en ont besoin.


nobody is perfect, i am nobody
pseudo web : TjCHROME ; Prénom : Judicaël ; Âge : Allez on va dire 28, parce que c'est bientôt ^^ ; Comment as-tu découvert le forum ? Euh... Infinite RPG; Qu'en penses-tu ? Un truc de fou ! ! ! xD ; Avatar choisis : Robert Downey Jr ; PV, Scénario ou Inventé ? Scénario (cette fois-ci j'ai compris ^^') ; Un dernier commentaire ? Élémentaire...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Bastard and proud of it

Invité
Message Sujet: Re: "Je suis le Docteur" xD 9th Mai 2017, 01:33

PAPAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA

*lui saute dessus*
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Bastard and proud of it

Invité
Message Sujet: Re: "Je suis le Docteur" xD 9th Mai 2017, 10:26

*La prends dans ses bras, la fait tourner, puis la repose... Tousse et tente de reprendre son sérieux*
Hum... Mon plaisir est le votre ma chére. Allons, reprenez-vous ! Ne nous donnons pas en spectacle *esquisse un sourire complice*
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bastard and proud of it
« Inscris le : 13/09/2014
« Messages : 683
« Pseudo : Farabriver
« Localisation : Deadwood depuis quelques mois maintenant

Message Sujet: Re: "Je suis le Docteur" xD 9th Mai 2017, 11:34

Re bienvenue avec ce super personnage !
Je vois que ton histoire est déjà finie. Je suis au taff, mais je laisse le soin à mes Coadmin de se charger de toi ;p



Je pourrais mourir maintenant. Je suis juste…heureuse. Je n’ai jamais ressenti cela avant. Je suis précisément là où je veux être.
(c) black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Bastard and proud of it

Invité
Message Sujet: Re: "Je suis le Docteur" xD 9th Mai 2017, 11:36

Oui, en fait j'ai finis depuis hier soir, mais j'ai oublier de poster dans "Fiche terminée" ^^'
Merci bien Shannon.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Bastard and proud of it

Invité
Message Sujet: Re: "Je suis le Docteur" xD 9th Mai 2017, 14:55

Rebienvenue!

Quelqu'un viendra te valider rapidement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Bastard and proud of it

Invité
Message Sujet: Re: "Je suis le Docteur" xD 9th Mai 2017, 14:57

Merci bien chère confrère.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bastard and proud of it
« Inscris le : 22/04/2017
« Messages : 64
« Pseudo : Beraberel (alex)
« Localisation : Deadwood depuis un an.

Message Sujet: Re: "Je suis le Docteur" xD 9th Mai 2017, 16:27

Avant de te valider, j'ai besoin du passage de Penelope sur ta fiche pour approuver tout ce que tu as fait Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Bastard and proud of it

Invité
Message Sujet: Re: "Je suis le Docteur" xD 9th Mai 2017, 16:38

Bah en fait je lui ai déjà montré toute l'histoire, depuis la semaine dernière, j'attendais juste d'avoir le droit de faire mon double compte (3 jours après + Autorisation au DC), pour faire la fiche. Parce que sinon, ça aurait été trop long la mise en route. D'où le premier poste qu'elle a écrit, à la suite de cette fiche, à 1h33 du mat' ^^, suite à mon MP à minuit... Mais je peux aussi lui dire qu'il faut qu'elle passe, pour confirmer sa propre validation officiellement si tu veux ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bastard and proud of it
« Inscris le : 22/04/2017
« Messages : 64
« Pseudo : Beraberel (alex)
« Localisation : Deadwood depuis un an.

Message Sujet: Re: "Je suis le Docteur" xD 9th Mai 2017, 16:39

Je veux qu'elle passe ici Wink


come on skinny love


by beraberel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Bastard and proud of it

Message Sujet: Re: "Je suis le Docteur" xD

Revenir en haut Aller en bas
 

"Je suis le Docteur" xD

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Noob, je suis un noooob!
» ATTENTION K-PLIM JE SUIS CONTRE TOUT RECYCLAGE DE RENE CIVIL...JWET SE JWET ...
» Je suis folle. Et toi?
» Je suis démocrate !
» Lindsay River ♥« Je suis l'unique créatrice de mes Désirs »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Western Bastards :: One armed bandits :: Garbage can :: Cemetery - personnages-