fais ta pub !
Bonjour, si vous aimez les retrouvailles guimauves, et les situations cocasses, Kelly Eve KIRK n'attends que vous , merci de votre attention :)

Pour mettre votre annonce sur ce panneau d'affichage, rendez-vous dans ce sujet !



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | .
 

 Sweets to the Sweet. ✖ Mabel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Bastard and proud of it

Invité
Message Sujet: Sweets to the Sweet. ✖ Mabel 26th Avril 2017, 22:09

Sweets to the Sweet
Caitlyn & Mabel

Ses mains sont rougies par le froid et le bout de ses doigts fripés par l’eau dans laquelle ses mains sont plongées et s’affairent. L’épais bloc de savon repose juste à côté du baquet de bois, il ne sent rien et est grossier mais Caitlyn y est habituée. Que ce soit avec ses parents ou son époux, elle n’a jamais connu l’opulence, l’excès et les petits savons raffinés, ceux qui sentent si agréablement bons et qui donnent l’envie de s’en frotter tout le corps avec, la blonde ne les a jamais touchés. Elle a bien pu en sentir les douces effluves fleuries, quelques années auparavant à Galway, lorsqu’elle était chargée de coudre une robe pour la fille d’un quelconque banquier aux affaires florissantes. La jolie blonde en avait ressenti une petite pointe de jalousie, la coquetterie est un luxe qu’elle ne peut se payer, qu’elle ne pourra peut-être jamais s’offrir. Il y a d’autres choses importantes. Ses gestes sont vigoureux, les vêtements sont frottés contre la planche à laver qui a vu de meilleurs jours. Dans son dos, assise sur le parquet un peu froid de la cuisine, non loin de la cuisinière à bois en fonte émaillée d’un vieux bleu passé et qui dégage une douce chaleur, Daisy. La petite blondinette, dont les cheveux sont ramenés dans une couronne tressée, dégageant ainsi son visage encore poupin. Daisy serre entre ses bras une petite poupée de chiffon qui est passée entre les mains de ses deux soeurs avant de lui revenir, attentive, elle apporte une cuillère à la bouche cousue du jouet, prétendant qu’elle la nourrit. L’enfant est calme, chantonne de temps à autre une vieille berceuse en gaélique que sa mère lui chante le soir. Caitlyn n’a pas à se plaindre, quant bien même elle a trois filles, toutes sont plus ou moins sages et elles ne lui ont jamais causée le moindre souci. Le linge est propre, il repose dans un autre baquet et va maintenant falloir l’essorer avant de l’étendre. En temps normal, ce sont ses deux grandes qui aident leur mère mais ces dernières étant à l’école, Caitlyn préfère qu’elles s’occupent en priorité de leurs devoirs. L’irlandaise se redresse, s’étire longuement avec une très légère grimace à cause de la douleur qui irradie le bas de son dos avant de poser ses mains contre son ventre rebondi dans lequel le petit dernier s’agite.

« Où sont tes soeurs ? Ne devraient-elles pas être rentrées depuis un moment ? » Demande Caitlyn à sa benjamine qui lève le nez de sa poupée.

La mère ne s’attend pas à une réponse de sa fille qui a vaguement haussé des épaules avant de se remettre à jouer. Sur le visage de l’irlandaise se dessine une moue préoccupée, presque inquiète. Bien évidemment qu’il est déjà arrivé à ses aînées de rentrer un peu tard après l’école, qu’elles aient trainé un peu plus longtemps que prévu avec certains camarades, mais pas à ce point. Elle essuie ses mains contre son tablier blanc qui protège la jupe verte de sa robe avant de le retirer pour l’accrocher au petit crochet situé près de la cuisinière. Son linge peut bien attendre quelques instants, Cait est de toute façon bien trop préoccupée pour s’atteler à sa tâche ménagère. Elle jette sur ses épaules son épais châle puis attrape le manteau de Daisy afin de le lui faire enfiler. La fillette râle, mécontente d’être ainsi interrompue dans son jeu si passionnant ! M’enfin, elle arrête rapidement de se plaindre une fois en dehors de la petite maison que la famille occupe depuis deux mois. Main dans la main, elles se rendent jusqu’à la petite école ; peut-être qu’Amy et Nancy sont restées devant à s’amuser avec d’autres enfants. Les yeux clairs de l’irlandaise cherchent les boucles dorées de ses filles mais rien. Les voilà qui se rendent jusqu’à l’artère principale de la petite ville, interroger quelques commerçants qui n’ont, hélas, pas vu les fillettes. C’est alors que la petite voix de Daisy interpelle sa mère :

« Maman, maman ! Regarde ! »

Son petit index désigne la vitrine d’une confiserie et l’enfant trépigne sur place. Daisy est gourmande, comme ses deux soeurs et Caitlyn n’est que peu étonnée de voir sa benjamine ainsi excitée. Puis elle croit se souvenir qu’Amy a souvent mentionné cet endroit, s’émerveillant aux heures des repas. Peut-être ont-ils aperçus les blondinettes. Cela ne coûte rien de leur poser la question et Daisy tire avec impatience sur la main de sa mère afin de la faire aller plus vite. Elle pousse la porte d’entrée, toutes deux s’engouffrent dans le magasin au son de la petite clochette. Les yeux de la petite se mettent à briller, elle prend de grandes inspirations afin de respirer le plus possible la délicieuse odeur qui règne dans la boutique.

« Bonjour, veuillez m’excuser est-ce-que… »

Caitlyn ne termine pas sa phrase, une voix bien familière la fait s’arrêter. Elle cligne des yeux avant de poser ses mains sur ses hanches.

« Nancy et Amy Mulligan. » Sa voix est sévère, faisant d’autant plus ressortir l’accent irlandais déjà bien présent.

Voilà donc où sont passées les deux chipies pour qui Caitlyn commençait à se faire du mouron. Ah, les viles petites créatures !

Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bastard and proud of it
« Inscris le : 22/04/2017
« Messages : 64
« Pseudo : Beraberel (alex)
« Localisation : Deadwood depuis un an.

Message Sujet: Re: Sweets to the Sweet. ✖ Mabel 10th Mai 2017, 17:15

sweets to the sweet

ft. caitlyn + mabel

Il est plus que quatorze heures lorsque je pénètre dans ma boutique, saluant la jeune employée derrière le comptoir avec un sourire. Mon confiseur est dans l’atelier, certainement à préparer quelques sucreries directement sur place. On ne peut pas tout se faire importer d’Angleterre et l’idée est de pouvoir implanter une confiserie à l’image de celle à Londres. Le projet est encore bien timide, simplement illusoire, mais j’espère qu’il se réalisera. J’y crois, en tout cas. Après quelques conversations et le plaisir de retrousser mes manches pour aider, je finis par rejoindre le bureau afin de suivre les comptes des derniers jours et préparer les paiements des marchandises et matériels que nous commandons et utilisons quotidiennement. Je lève le nez des papiers lorsque Mary, ma jeune vendeuse pénètre dans la pièce pour me parler d’une querelle avec un client. J’étire un sourire, sortant de la pièce pour aller échanger avec l’homme mécontent. Il vient se plaindre à propos d’une dent qu’il aurait cassée contre l’une des sucreries. Il exige que je le rembourse. Difficile de faire entendre raison à cet homme, mais il finit par quitter la boutique non sans quelques insultes. Je roule des yeux, me tournant vers mon confiseur, prêt à intervenir si besoin. Mais je préfère éviter, je suis la « patronne » donc c’est à moi d’endosser les clients mécontents. Je soupire, venant rejoindre Mary derrière le comptoir. On discute lorsqu’elle montre deux petites filles qui observent à travers les vitrines. « Elles viennent tous les jours. » Je remue de la tête. « Oui et elles auront droit à une sucrerie à chaque fois. » Un sourire de tendresse étire mes lèvres, tandis que je vais ouvrir la porte avec deux confiseries dans les mains : « Regardez ce que j’ai pour vous… » dis-je tout en me baissant pour leur donner avec un sourire. Polie, elle me remercie tout en demandant comment on prépare la sucrerie que je viens de leur donner. « Vous voulez voir ? »

Les longues minutes défilent sans que je ne m’en rende compte. Les deux petites filles, Nancy et Amy ont pu assister quelques instants le confiseur qui a pris plaisir à leur montrer comment il prépare ce qu’elles ont dévoré. Les deux gamines restent dans la boutique, observant et posant de nombreuses questions et j’avoue que j’en oublie qu’elles ont une maman, qu’elles sont peut-être attendues. « Nancy et Amy Mulligan. » La voix tempétueuse féminine me fait redresser le visage vers une femme, le ventre légèrement arrondi qui observe les deux enfants fautives. Je contourne le comptoir pour venir auprès de la maman, afin de prendre toute la responsabilité. « Bonjour Madame. Excusez vos filles, elles ne sont pas responsables. Vous vous êtes inquiétés, c’est cela ? Veuillez me pardonner, j’ai eu l’audace d’inviter vos filles à venir découvrir comment on prépare une sucrerie et elles n’ont pas pu refuser. Cela est entièrement ma faute. »

by beraberel


HJ:
 


come on skinny love


by beraberel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Sweets to the Sweet. ✖ Mabel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» MON AMI ANTI ELECTION SAYO EST -IL DEVENU UN SWEET-MICKISTE OU UN MARTELLISTE ??
» MICHEL OU MIRLANDE ? SWEET MICKY OU GRAND MA ?QUI VEUT,QUI PEUT FAIRE MIEUX ??
» Voici le laeader Sweet Miki
» Quand Michel Martelly fait du Sweet Miki....
» ON NE FAIT PAS LE BIEN DANS LE DESORDRE...MARTELLY EST-IL TOUJOURS SWEET MICKY ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Western Bastards :: One armed bandits :: Garbage can :: Dead end - Rp-