fais ta pub !
Bonjour, si vous aimez les retrouvailles guimauves, et les situations cocasses, Kelly Eve KIRK n'attends que vous , merci de votre attention :)

Pour mettre votre annonce sur ce panneau d'affichage, rendez-vous dans ce sujet !



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | .
 

 Des roses et des orties {ft Betty}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Bastard and proud of it
« Inscris le : 12/11/2016
« Messages : 215
« Pseudo : LilyM
« Localisation : Deadwood

Message Sujet: Des roses et des orties {ft Betty} 7th Mars 2017, 11:19



Soleil de midi sur Deadwood. Malgré le temps froid, Isaiah apprécia les quelques rayons qui vinrent lui chatouiller le visage lorsqu'il sorti enfin des bureaux du télégraphe. C'était l'unique raison qui l'avait poussé à venir sur Gold Street et à quitter ses terres ce jour là. Des histoires pas bien intéressantes de messages à faire parvenir à Topeka le plus rapidement possible. Le bonhomme n'était pas friand de toutes ces nouvelles inventions mais il fallait avouer que c'était tout de même sacrément utile. Et si on l'avait regardé d'un drôle d'air, on s'était abstenu de tout commentaire. Comment partout, du moment qu'il payait on n'était pas trop regardant. A cette heure avancée les rues débordaient d'agitation et de passants, des cavaliers cheminant entre les habitants qui traversaient à pied.
Isaiah & Betty
"So if you don't mind me sayin' I can see you're out of aces. For a taste of your whiskey I'll give you some advice"


Courbée en pleine rue, une silhouette vacillante attira son attention. Du haut de ses quatre vingt et quelques années bien tassées, Betty Eldridge était en train de s'obstiner à tirer une besace presque plus lourde qu'elle dans la rue. Quelles étaient ses intentions ? Mystère. Et le hors la loi se serait bien gardé de le lui demander. Sous ses dehors de vieille dame fragile se cachait un caractère explosif qui n'aurait pas manqué de lui répondre que ça n'était pas ses affaires et qu'il serait bien inspiré de s'occuper de son derrière. Il avait suffisamment fait les frais des airs revêches de son aînée qui ne manquait jamais une occasion de lui tirer métaphoriquement les oreilles, à tort ou à raison. Il eut mieux valut pour lui passer son chemin et faire comme s'il n'avait rien vu pour éviter de s'attirer ses foudres. Ironie que ce grand gaillard qui rechignait rien qu'à l'idée de subir un remontage de bretelle de la part d'une dame qui avait le double de son âge et n'aurait pas pu lui faire grand mal. Mais la vieille Eldridge avait la langue acérée et la répartie vive.

Un attelage fit un écart brutal pour l'éviter elle et son chargement, le cocher fort contrarié ne manquant pas de l'abreuver d'insultes en tout genre au passage. Dans un soupir à pierre fendre, Isaiah se retourna, se disant qu'il finirait par payer ses accès de sensiblerie. Main dans les poches, il s'approcha de la vieille dame, tendant la main vers son barda.

«  A rester en pleine rue avec ça vous irez pas bien loin, grommela-t-il de mauvaise grâce, laissez un peu faire avant qu'il vous arrive des bricoles. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Bastard and proud of it
« Inscris le : 26/01/2017
« Messages : 70
« Pseudo : TheSteh
« Localisation : Deadwood

Message Sujet: Re: Des roses et des orties {ft Betty} 26th Mars 2017, 04:30

Des roses et des orties

Le soleil est bien haut dans le ciel, à vue de nez, il est peut-être quelque chose comme midi. Ou quelque chose comme ça. Je reviens d’un avant-midi fort fructueux et je dois bien admettre que le sac que je transporte, ou plutôt traîne à la sueur de mon front, est gage d’une récolte bien intéressante. J’ai si chaud à transporter ces conneries que j’en oublie la fraîcheur de l’époque, accentuant davantage les rayons du soleil qui commencent véritablement à me faire chier. Je ne suis pas une voleuse, loin de moi cette pitrerie stupide et superficielle. Disons simplement que certains gens que je n’estime guère, mais qui savent aider la vieille peau que je suis, le sont. Et lorsqu’ils tombent sur des vêtements chauds qui pourraient m’aller lorsqu’ils pillent les villes environnantes, certains pensent à moi, n’oubliant pas de me donner quelques tranches de pain et d’autres vives qui savent trouver le chemin d’un estomac affamé. Bien sûr, je ne suis pas en manque de nourriture : James m’héberge en échange de services rendus, mais marre parfois de manger toujours la même merde. Il n’est pas du tout un cordon bleu… Un des rares blancs que j’aime bien, même s’il ne me verra jamais prononcer ces mots à la con. Je tire sur mon sac beaucoup trop gros pour la ligue, parfois le traînant sur mes épaules, parfois le traînant sur le sol. Au milieu de la chaussée, entre les voitures de cochers, les attelages surchargés et les cheveux qui traînent de la patte –un peu comme moi.

Un attirail mélangeant bête et cowboy un peu trop imprudent manque de me renverser, me contourne à la vitesse de la lumière, à la justesse de la jupe d’une petite écolière en 2010. Je lève les bras en l’air, laissant tomber mon sac qui se trouvait dans mes bras. Je hurle, je gueule, je m’époumone pour lui signifier tout mon amour. «Putain de petit connard, apprend à maîtriser ton cheval, chien sale! J’vais te dépecer gros connard, allez, approche-toi, petite enflure de l’aine!» Il ne me regarde même pas, continuant son chemin, préférant me signifier son amour avec un doigt d’honneur bien senti. Ah, Deadwood, il fait s’y bon d’y vivre. Je n’arrive pas à croire que je vais mourir dans ce taudis de merde. Ni une, ni deux, je me penche pour reprendre mon sac. Putain, il a l’air encore plus lourd que lorsque je l’ai laissé tomber, il n’y a même pas vingt secondes. Je soupire, prends une grande respiration et le soulève de toutes mes forces. Ah, ouais, il n’y a aucun doute, il est plein, ce sac, merde. Je me remets en chemin, mais rapidement, je suis une fois de plus interceptée. Cette fois-ci, le bougre se trouve devant moi. Je le reconnais bien, ce type. Il a carrément un prénom de fillette, ou sinon, ça y ressemble étrangement. Ce n’est pas la première fois que je lui adresse la parole. Il est blanc, je déteste les blancs, mais il est poli, bien élevé. J’aime bien parfois le malmener, même si je sais qu’il ne me fera jamais de mal. Il est mieux, le salopard!

«Tu crois que la vieille est là où elle est aujourd’hui à cause de la charité, peut-être?»

J’opte pour un ton un peu sec, brutal, mais rien qui pourrait menacer l’homme qui se trouve devant moi. C’est ma façon d’être, je crois qu’à la longue, même si je ne suis ici que depuis peu, il sait à quoi s’en tenir avec moi. Je soupire. Putain, ces cons vont finir par m’avoir à l’usure, si ça continue. Je les vois venir, ouais. On ne peut pas tuer la vieille négresse avec nos coups et notre violence, alors on va lui proposer notre aide. On va la tuer à coup de générosité, cette contre-nature! Qu’ils s’essaient! Si la dernière fois, je n’avais pas mon vieux revolver dans mes poches, là c’est une autre histoire. Je soupire à nouveau. «Eh puis, merde…» Je dépose mon sac sur le sol, soufflant du même coup, je ne m’en plaindrai pas. Fais quelques pas en avant, puis m’arrête, me retourne. Je l’observe, peut-être amusée, peut-être irritée. Qui sait.

«Tu te bouges le cul, oui? On y passera pas la nuit» Mon éternel ton amical, le sourcil arqué, la tête penchée légèrement en sa direction. Putain, si je devais rencontrer une vieille chipie comme moi, elle irait chier ses entrailles dans un trou de six pieds illico.


Pardon pour le délai, ça n'arrivera plus!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Bastard and proud of it
« Inscris le : 12/11/2016
« Messages : 215
« Pseudo : LilyM
« Localisation : Deadwood

Message Sujet: Re: Des roses et des orties {ft Betty} 31st Mars 2017, 20:43




Elle n'avait pas la langue dans sa poche la vieille Eldridge. Et elle n'eut aucun mal à dire sa façon de penser au cocher. Mais celui-ci était déjà loin, ses chevaux lancés au galop dans la rue, sans un regard en arrière. Un vrai danger public, même pour quelqu'un qui n'aurait pas eut quatre vingt et quelques années. Bienvenue à Deadwood. Elle n'était pas commode et comme Isaiah s'y attendait, ne manqua pas de lui asséner une petite réplique acide. On ne proposait pas son aide à Betty Eldridge sans devoir subir les foudres de son caractère en retour. La moindre petite once de charité serait refusée aussi sec et son langage bien fleuri avait repoussé tous ceux qui avaient eut le malheur d'y céder. Une façon comme une autre de se défendre dans ce nid de vipère, ce qui ne l'empêchait pas d'essuyer régulièrement sa part d'ennuis.
Isaiah & Betty
"So if you don't mind me sayin' I can see you're out of aces. For a taste of your whiskey I'll give you some advice"


« C'est peut-être pas la charité qui vous a maintenue en vie mais je suis sûre que vot' attitude chaleureuse et vot' bonté y sont pour quelque chose. »

Fallait tout de même pas exagérer. Il voulait bien se rendre utile, c'était pas pour se prendre un remontage de bretelle en retour. Isaiah avait l'intention de donner à la hauteur de ce qu'il recevait. Eldridge avait la langue bien pendue et lui aussi. Ils auraient l'air beaux à se prendre le bec en pleine rue, la vieille dame revêche et le type pas beaucoup plus commode.

Mais si elle se garda bien d'accepter la main tendue, elle se retourna vers lui, l'air de dire qu'il mettait du temps à réagir. Dans un ronchonnement qui illustrait bien son agacement, Isaiah se saisit du sac d'un geste, masquant l'expression surprise qui manqua d'apparaître face au poids du truc. Mais elle l'avait rempli de briques ? C'était déjà étonnant qu'elle ai réussit à le traîner jusque là vu son poids. Pas question de laisser croire qu'il avait du mal, le contrebandier réajusta la sangle sur son épaule avec un grognement.

« J'espère bien, maugréa-t-il, mais bon dieu y a quoi de si lourd là dedans ? On donne dans le trafic de cadavres Eldridge ? »

C'était complètement improbable bien évidemment. Mais il ne résista pas à la tentation de la chercher un petit peu, en réponse à ses petites provocations. Deadwood avait beau être un repère de criminel, imaginer une vieille dame transportant un mort dans un sac en pleine rue relevait du délire. Et puis ça n'y ressemblait pas du tout.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Bastard and proud of it
« Inscris le : 26/01/2017
« Messages : 70
« Pseudo : TheSteh
« Localisation : Deadwood

Message Sujet: Re: Des roses et des orties {ft Betty} 14th Avril 2017, 03:32

Des roses et des orties

Je suis encore sur les nerfs, ce putain de chauffard a presque réussi à me tuer. Qu’à cela ne tienne, que je ne le revois pas dans les parages parce que ça risque de moins bien se passer, cette fois. S’il croit qu’on peut tenter de renverser la vieille Betty Eldridge sans en attirer ses foudres, c’est qu’il est con comme un parapluie en pleine sécheresse de l’Ouest. Je reprends mon souffle, parce que crier comme une folle, ça dépense de l’énergie, de l’oxygène et toutes ces merdes, puis je regarde le jeune Barrett qui ne se décide toujours pas à prendre mon sac. Je dis jeune, mais ce petit rebelle doit bien avoir une quarantaine d’années. Je ne connais pas son prénom, et pour tout vous dire, je n’en ai rien à foutre. Ici, la plupart se connaissent par leur nom de famille. Et par leur réputation. Ce qui m’étonne encore plus de voir ce grand bandit soulever mon sac comme si de rien n’est, comme s’il est capable de soulever trente tonnes de pierres. Il y a encore de ces gentlemen dans ce bas monde, c’est moi qui vous le dit! «Arrête de faire aller ta gueule et viens», que je lui dis, l’amour et la reconnaissance ne s’inondant pas dans ma voix. Après tout, on ne me changera pas, merde. Je suis à prendre ou à laisser, et… Ah, fermez vos gueules, je connais déjà votre choix!

Je vois bien que le sac n’est pas léger, et un homme qui ment est un homme qui transpire du front. Encore, vous me direz qu’à ce temps-ci de l’année, tous les hommes transpirent du front, mais après tout, tous les hommes mentent. Alors qu’il me questionne sur le contenu de mon sac, je m’esclaffe d’un rire gras, dénué de savoir-vivre, mettant bien en lumière mes nombreuses années à récurer des planchers de crasse dans la noirceur de ma solitude. «Mon garçon, s’il devait y avoir un cadavre dans ce sac prêt à être vendu, tu peux me croire que le salopard qui paierait pour sa gueule viendrait le chercher pour le trainer lui-même.» Je me dirige vers le bord de la route, pour éviter de me faire frapper, cette fois-ci, puis je crache au sol avec la grâce d’une pute qui en est à son vingtième client de la journée. «Je n’suis pas la négresse de personne», que j’ajoute, comme si je veux me convaincre que mon nom de famille n’en témoigne pas le contraire.

«T’en fais pas, on est à peut-être vingt minutes de marche de la destination», que je lui dis dans l’espoir de le rassurer. Ou pas. En même temps, vingt minutes, c’est à ma cadence. Cette gueule pourrie, du haut de sa grande forme, pourrait faire le trajet en quatre ou cinq minutes. Je marche quelques pas, puis je m’arrête. Je l’observe. Lui, ses yeux, son langage corporel. Je ne comprends rien à toute cette science, mais bon, j’essaie. J’essaie de comprendre pourquoi, dans la pire ville de l’Amérique, des gentlemen réussissent à sortir du lot. N’allez pas croire que j’éprouve de la sympathie pour cet homme. C’est un homme. Un homme blanc. Putain, je déteste les blancs. «Et j’vois bien clair dans ton jeu! N’attends pas de moi un centime! J’fais pas la charité, merde, compte pas sur moi pour payer tes putes!»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Bastard and proud of it
« Inscris le : 12/11/2016
« Messages : 215
« Pseudo : LilyM
« Localisation : Deadwood

Message Sujet: Re: Des roses et des orties {ft Betty} 29th Mai 2017, 09:27




Toujours aussi aimable la vieille Eldridge. Isaiah avait finit par se dire que ça faisait partie de son mode de communication. Attaquer avant de se prendre des coups. C'était une méthode comme une autre et en ce bas monde où la couleur de votre peau conditionnait votre vie, mieux valait avoir les griffes sacrément acérées pour s'en sortir. Et des griffes, Betty Eldridge en avait des biens pointues. Il ne comprenait toujours pas pourquoi les gens continuaient à l'aider et ne la laissaient pas tout simplement dans son coin. Peut-être une façon de se convaincre qu'ils n'étaient pas tous pourris jusqu'à la moelle. Se racheter une conduite avec de la fausse charité et faire croire à son voisin qu'on était meilleur que lui. Ca marchait comme ça chez les bonnes gens de Deadwood. La vieille le savait bien. C'était probablement pour ça qu'elle se montrait aussi agressive.
Isaiah & Betty
"So if you don't mind me sayin' I can see you're out of aces. For a taste of your whiskey I'll give you some advice"


« Quel soulagement, gronda-t-il sarcastique, parce que l'jour où tu décideras de te débarrasser d'un cadavre dans le désert, mieux vaut éviter d'faire ça en plein jour où tout le monde peut te voir. »

Voilà bien une ville de hors la loi si vous pouviez vous permettre de dispenser des conseils sur la façon de se débarrasser d'un cadavre comme si de rien n'était. Mais c'était parler pour ne rien dire bien évidemment. Il savait bien qu'il n'était pas en train de transporter quelqu'un découpé en morceau dans ce sac. Tout du moins il l'espérait.

« J'vais pas te faire la leçon à ton âge mais à mon avis tu dépenses un bon paquet d'énergie à convaincre les gens que t'as pas besoin d'eux »

La réponse n'allait pas tarder à venir. Il savait bien qu'elle lui ferait payer cher cette petite remarque. Betty refusait que l'on se mêle de ses affaires ou qu'on ose se permettre un conseil quel qu'il soit. Orgueil, fierté ou quoi que se soit, tout geste dans sa direction se voyait toujours irrémédiablement refusé. Ou accepté avec tellement de mauvaise grâce que c'était tout comme. L'idée de traîner sa charge encore vingt bonne minutes lui arracha une grimace mais le contrebandier ne releva pas et se contenta d'avancer.

« J'ai pas besoin d'argent et tu le sais, gronda-t-il, le peu que j'ai pour vivre suffit largement, je vois pas pourquoi j'irais m'échiner à porter des sacs pour gagner deux pauvres pièces. Et fait pas comme si t'étais pas soulagée de plus avoir à traîner ça. Allez, montre moi plutôt où tu veux aller. Ca s'ra mieux. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Bastard and proud of it

Message Sujet: Re: Des roses et des orties {ft Betty}

Revenir en haut Aller en bas
 

Des roses et des orties {ft Betty}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les Roses De Versailles
» betty petite chienne caline
» Les orties ne font pas que piquer...
» Le parfum des roses d'hiver
» La Betty Boop de CC...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Western Bastards :: One armed bandits :: Garbage can :: Dead end - Rp-