fais ta pub !
Bonjour, si vous aimez les retrouvailles guimauves, et les situations cocasses, Kelly Eve KIRK n'attends que vous , merci de votre attention :)

Pour mettre votre annonce sur ce panneau d'affichage, rendez-vous dans ce sujet !



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | .
 

 "Orage" et Damnation ft. Juan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Bastard and proud of it
« Inscris le : 13/09/2014
« Messages : 683
« Pseudo : Farabriver
« Localisation : Deadwood depuis quelques mois maintenant

Message Sujet: "Orage" et Damnation ft. Juan 22nd Février 2017, 15:42


☩ "Orage" et Damnation ☩

Depuis l’incident de la mine, j’avais interdit aux mineurs, enfin conseillée à travers Jonah, qu’ils n’y reviennent pas tant qu’une expertise n’aurait pas été établie. J’avais été bouleversée par cet effondrement, bien que cela soit monnaie courante d’après mon contremaitre, ce genre de chose fait partie du métier et ils le savent tous. C’est pour cette raison et uniquement pour celle-ci que j’accompagnais M. Fletcher et cet homme de loi qui venait d’arriver en ville sur les liens. Moïra au fond du charriot jouait en face de moi avec sa poupée. Il n’y avait pas de belle voiture comme à New York, il fallait se contenter de ce charriot couvert d’une bâche, assise sur deux planches de bois qui servaient de siège. Je me laissais aller au gré de chemin tortueux et parsemé de pierres qui nous secouait fortement par moment. Me sortant de mes pensées, Monsieur Fletcher me demanda si tout allait bien. « Oui, merci. Nous devrions bientôt arriver » Me levant pour m’approcher des deux hommes, penchant ma tête pour apercevoir les montagnes environnantes. Les journées étaient plus courtes, l’hiver encore présent se faisait ressentir par bien des signes. « Là bas ! Prenez le sentier sur la gauche » Je n’étais venue qu’une fois ou deux, mais je me vantais d’avoir une mémoire des lieux et du moyen pour y parvenir. Messieurs Fletcher et Brook mirent pied à terre et j’aidais Moïra à descendre, la gardant près de moi. Je ne souhaitais pas la voir disparaitre de ma vue. Nous étions loin de la ville, des Indiens pouvaient s’y trouver, enfin, c’est ce que m’avait raconté Jonah, qu’il y avait toujours un risque. Je laissais faire les deux hommes, pendant que j’expliquais à ma fille ce que nous avions autour de nous. Elle n’était jamais venue, curieuse et à l’affut, je suis assaillie de questions, certaines que je lui conseillais de poser à Amory, lorsqu’elle le reverrait.

Le temps changea, c’était courant dans les Black Hills, les nuages s’amoncelèrent au-dessus de nos têtes. Je fis monter Moïra dans le charriot avant d’aller prévenir ces messieurs qu’un orage approchait. À peine avais-je pu le dire qu’un éclair zébra dans le ciel. Je me hâtais de rejoindre le charriot, le vent se leva, le paysage était devenu hostile et sombre, comme une pleine nuit. Nos chevaux commencèrent à ressentir la peur. J’attrapais les rênes le temps qu’ils reviennent leur main au-dessus de leur tête, surpris par la trombe d’eau qui s’abattit comme la main de Dieu sur les infidèles. « Restez bien au centre du charriot, le retour risque de secouer un peu ! » Je m’exécutais, Moïra contre moi inquiète et craintive de l’orage et de l’environnement où nous nous trouvions. Je ne me sentais pas du tout à l’aise, j’étais sans doute bien trop craintive à mon tour, imaginant que la foudre pourrait s’abattre sur un rocher et nous bloquer le passage, que les chevaux puissent glisser sur la route devenue trop impraticable. Au final, je me demandais si j’avais si bien fait de venir à Deadwood ! Mes craintes se montrèrent pourtant bien fondées lorsqu’un craquement sinistre se fait entendre, les chevaux se braquèrent, hennissant fortement lorsqu’un arbre chuta à deux mètres devant nous. « Maman ! J’ai peur ! » Je resserrais mes bras autour d’elle, pour la rassurer, bien que je ne l’étais pas moi-même. La pluie m’empêchait de discerner les deux hommes qui étaient descendus pour pousser l’arbre du chemin, tout ce qui arrivaient à nos oreilles, étaient le bruit sourd d’une pluie torrentielle et le tonnerre. Les minutes passèrent, je délaissais ma fille un moment pour m’approcher de l’avant du charriot. « Monsieur Fletcher ?! Tout va bien ?! » Aucune réponse…pas un son…ma voix devait être cachée par le bruit. Je criais donc plus fort. Mais encore pas de réponse, pourtant, il y avait quelque chose devant moi, une forme mouvante.

by beraberel



Je pourrais mourir maintenant. Je suis juste…heureuse. Je n’ai jamais ressenti cela avant. Je suis précisément là où je veux être.
(c) black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

"Orage" et Damnation ft. Juan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les voies de la damnation - les cendres de Middenheim
» Les Voies de la Damnation (2) - Les Tours d'Altdorf
» Orage sur Le Havre
» Orage d'été -TANKA-avec mp3
» L'orage ce présente!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Western Bastards :: One armed bandits :: Garbage can :: Dead end - Rp-