fais ta pub !
Bonjour, si vous aimez les retrouvailles guimauves, et les situations cocasses, Kelly Eve KIRK n'attends que vous , merci de votre attention :)

Pour mettre votre annonce sur ce panneau d'affichage, rendez-vous dans ce sujet !



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | .
 

 Lorsqu'on cherche de l'or - Ft Amory

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Bastard and proud of it
« Inscris le : 13/09/2014
« Messages : 683
« Pseudo : Farabriver
« Localisation : Deadwood depuis quelques mois maintenant

Message Sujet: Lorsqu'on cherche de l'or - Ft Amory 25th Janvier 2017, 21:58


☩ Lorsqu'on cherche de l'or ☩

Après ma rencontre avec Monsieur Joad, je décide de suivre le conseil de Mr. Fletcher et d’aller consulter un homme qu’on dit expert dans tout ce qui concerne les minerais. Je ne demande pas leurs origines, où la nature de la roche, je veux juste connaitre la valeur et la capacité d’extraction de cette mine. Je ne remets pas en cause le travail de Mr. Joad, je veux juste me faire mon propre avis et comprendre comment marchent les choses. Il a raison, si je veux pouvoir gérer cette mine, il faut que je comprenne de quoi je parle ce qui n’est absolument pas le cas actuellement. « Moïra ! » Je me dirige vers le salon pour voir ma fille apparaitre devant la porte des escaliers. « Je dois aller voir une personne importante, mets ton manteau et tes chaussures, s’il te plait » J’enfile moi-même ma veste et un chapeau assorti à ma robe couleur lavande et une fois parées, l’une comme l’autre nous sortons. La maison de cette personne, ce…Monsieur Fieldstein. « Maman, qu’est ce qu’on va faire ? » Je pivote mon visage vers le bas, mirant mon ange avec bienveillance. « Je dois voir un…scientifique pour nous aider avec la mine » « La mine de Monsieur Bergensen ? » « Oui. Tu me promets d’être sage ? » Elle me confirme d’un mouvement de tête et je m’arrête peu de temps après devant une petite maison sans prétention avec une sorte de devanture, comme celle des médecins. « Ce doit être ici »

Je regarde une dernière fois mon papier avant de m’approcher pour mirer la plaque où il y a inscrit le nom d’Amory Fieldstein. Je frappe trois coups à la porte attendant qu’on veuille bien m’ouvrir, la main de ma fille toujours dans la mienne. « Maman…il faut que j’aille au cabinet… » Je soupire en regardant Moïra, ce n’est pas le moment, et voilà une chose embarrassante. La porte s’ouvre et je redresse mon visage en chapeauté vers celui qui se tient devant nous. « Monsieur Fieldstein. Shannon Wenscombe, je viens d’arriver en ville, je crois savoir que Mr. Fletcher vous a parlé de moi et de ma mine dans le nord des Black Hills » Je n’imaginais pas cet homme aussi jeune, peut-être les stéréotypes, je l’imaginais plus vieux et là, je tombe sur un homme d’un peu près mon âge. Visage doux et constellé de taches de rousseur qui lui donne une mine fort agréable au regard. Lorsqu’il voit Moïra, je sens de la bonté dans son regard ce qui me donne encore une meilleure impression que je n’ai déjà. « Pardon…je vous dérange peut-être, je peux repasser si vous êtes occupé… » Ce qui me donnera une excuse pour que Moïra ne demande pas à cette personne d'emprunter ses commodités à peine entrer chez lui.

 
by beraberel



Je pourrais mourir maintenant. Je suis juste…heureuse. Je n’ai jamais ressenti cela avant. Je suis précisément là où je veux être.
(c) black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Bastard and proud of it

Invité
Message Sujet: Re: Lorsqu'on cherche de l'or - Ft Amory 27th Janvier 2017, 21:11

Ma table de travail était, comme d’ordinaire, aussi chargée que la place centrale d’un petit village un jour de marché. Une pile de documents se disputait la place avec toute une série de bocaux, fioles et livres. Le petit espace libre qu’il me restait encore pour travailler était désormais occupé par une partie de mon matériel de chimie. Un liquide était d’ailleurs en train de subir l’épreuve du feu, sous mon œil le plus attentif et fasciné. Tout cela avait pourtant commencé ce matin, avec une simple formalité : une analyse d’un échantillon de sol pour en détailler les minerais et autres composants. Mais, au bout d’un moment et comme souvent, les choses avaient dérapées et je m’étais embarqué dans toute une série d’expérience, une recherche en menant une autre sans que je puis me rappeler quel était le lien de base.

J’en étais donc maintenant en train d’observer les réactions du liquide, ajoutant de temps à autre un autre composant pour en noter les changements dans mon carnet. Posant un instant ce dernier, je fouillais les larges armoires de la pièce, avant de poursuivre dans la pièce à côté, qui se trouvait être ma chambre. Je passais à côté de la colonie de fourmis qui avait élu domicile dans un coin de la pièce, et remarquais des mouvements sous mon lit. Peut-être était l’un des chats errants qui se baladaient dans le quartier, et que j’avais pris pour habitude de nourrir. Ou un coyote, qui s’était une fois glissé dans le tas. Allez savoir. Je fonçai directement à ma table de nuit pour en fouiller les tiroirs, et en tirer, après quelques instants de recherche, un petit flacon rempli d’une poudre verte avec un petit sourire de victoire. De retour sur mon plan de travail, j’en ajoutai une pincée dans le liquide, et ce dernier passa d’une teinte bleue à un orange vif. Je repris mon carnet, y notant mes observations avec frénésie.

Trois coups à la porte vinrent me sortir de mon expérience, et, après avoir posé mon carnet, j’allais ouvrir, curieux de savoir qui cela pouvait être. La surprise fut assez évidente sur mon visage, alors que je fis face à une élégante jeune femme. Mais une fois cette première impression passée, un grand sourire accueillant apparut sur mes lèvres, et celui-ci s’accentua encore lorsque je remarquais la petite frimousse aux côtés de la visiteuse.

"Bonjour Miss Wenscombe. La mine, Monsieur Fletcher ?" Je fronçai légèrement les sourcils, réfléchissant à toute vitesse, avant que finalement, les souvenirs me reviennent en mémoire. Je tapai vivement du poing dans la paume de ma main. "Oh oui, bien sûr ! Désolé, j’étais un peu pris dans mon travail, et je n’ai pas remarqué le temps qui passait."

Je me souvenais effectivement que l’homme m’avait parlé d’une femme ayant hérité d’une mine, et qu’il allait falloir expertiser. Et puisque c’était mon domaine de prédilection… Enfin, je ne m’étais pas attendu à ce que ce soit une aussi jeune personne. Mais elle non plus, visiblement. Ce qui m’amusa assez.

"Oh non, aucun problème ! Je vous en prie, entrez, nous allons regarder tout ça." Je leur fis signe de passer le pas de porte, leur offrant un petit sourire navré face au capharnaüm de mon bureau et des alentours. "Toutes mes excuses, je n’ai pas l’habitude de recevoir des ladies, j’aurais fait un effort pour le rangement… Voulez-vous quelque chose à boire ? Un café, un thé ? J’ai peut-être même des biscuits quelque part…"

Je leur indiquai deux sièges en face de mon bureau pour qu’elles puissent s’asseoir, avant de chercher frénétiquement dans mes tiroirs à la recherche de tasse et de biscuits, que je finis par extraire de sous une pile de journaux.

"Donc, vous souhaiteriez une expertise de votre mine, c’est bien cela ? Et vous venez d’arriver ? Bienvenue à Deadwood dans ce cas !" Je m’approchais pour tendre quelques biscuits à l’enfant avec un grand sourire attendri. "Je m’appelle Erny, enchanté mademoiselle. Quelque chose ne va pas ?"

Un peu soucieux, j’avais remarqué son expression, et les fixais tour à tour, elle sa mère.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bastard and proud of it
« Inscris le : 13/09/2014
« Messages : 683
« Pseudo : Farabriver
« Localisation : Deadwood depuis quelques mois maintenant

Message Sujet: Re: Lorsqu'on cherche de l'or - Ft Amory 29th Janvier 2017, 20:40


☩ Lorsqu'on cherche de l'or ☩

Je mire un instant Moïra qui me supplie du regard et je ne fais aucune remarque, acceptant l’invitation de Mr. Fieldstein. À peine entrée dans sa demeure que je sens une odeur acre et particulière, mais pas désagréable. Le bureau sur ma gauche semble envahi d’une manière si chaotique que je me demande bien comment il faut pour s’y retrouver, mais c’est souvent ainsi qu’on reconnait des hommes de savoir. Ils ne s’occupent des choses futiles, trop absorbés par l’aboutissement de leurs recherches. « Ne vous en faites pas, c’est très bien, la chambre de Moïra est souvent bien plus désordonnée que votre salle de travail » Je lui retourne un sourire, suivant son geste qui m’invite à m’assoir. Ma fille fait de même, mais se tortillant de manière inhabituelle, ses petites mains l’une contracté sur l’autre. « Un thé, si vous avez, ce serait parfait et…un verre d’eau pour ma fille, s’il vous plait » Moïra me jette un regard et je comprends bien, je demanderais à M. Fieldstein, lorsqu’il aura…retrouvé ce qu’il semble chercher. Ce qui me fait beaucoup sourire intérieurement. Sa façon d’être et de faire, est…touchante. « Oui, c’est tout à fait ça. En réalité, je sais déjà qu’elle renferme une grande quantité de minerais d’or, mais…je souhaiterai en apprendre plus, je suis assez curieuse sur le sujet, sans m’y connaitre naturellement » Après, récupération de ce qu’il cherchait, l’homme tend une boite contenant des biscuits à ma fille. Moïra, me suppliât une dernière fois du regard et je souris à mon tour. Me tournant vers Mr. Fieldstein. « Pourrait-elle vous emprunter vos commodités ? » Cela va sans dire, il ne refusa pas et montra à mon petit ange l’endroit où elle pourrait se libérer. Lorsqu’il revient vers moi, je m’excuse de cette demande, bien que naturelle. « Je vous prie de m’excuser pour ça, nous avons quitté la maison rapidement… » Bien entendu, ce n’est pas important, ce n’est qu’un enfant et les convenances ici, sont loin derrière moi.

Moïra revient peu de temps après un merveilleux sourire accroché à son visage de poupée. « Je veux bien un biscuit maintenant, s’il te plait… » Je la reprends « Veuillez me pardonner, je veux dire s’il vous plait, Monsieur… » Elle se tourne vers moi, ses grands yeux pleins d’innocence. « Mais Maman !? Il m’a dit qu’il s’appelait Erny, est ce que je peux l’appeler par son prénom ? » Je lui fais un signe de tête, caressant le haut de sa tête avant de la mirer prenant place sur le fauteuil qu’elle avait quitté quelques minutes avant. « Donc…je vous disais qu’en effet, j’aurais grand besoin de votre savoir concernant ma mine. Je suis une femme et l’homme qui supervise ma mine, n’est disons pas très…loquace, ni expansif sur le sujet. J’espère que vous aurez plus de chance que moi. Je voudrais connaitre la nature de la roche, s’il y a des risques d’effondrement, j’ai beaucoup lu en venant de New York à ici…un long voyage, mais enrichissant. Les accidents ne sont pas rares, je ne souhaite pas qu’il y ait d’accident…même si on ne peut pas l’éviter. Mais vous êtes un savant et un homme cultivé et je veux juste une étude approfondie de l’endroit, savoir si l’on peut creuser plus profondément, s’il y a des…enfin…ne pas le faire, si le gisement est épuisé » son regard des plus expressif rencontre le mien et je ne retiens pas un sourire. Je lui trouve un visage vraiment très sympathique, sa gentillesse se lit sur son visage aux traits bienveillant. « Je n’ai pas de date, vous pouvez prendre le temps qu’il vous faut et débuter lorsque vous le désirerez…Je ne compte pas partir dans l’immédiat »

 
by beraberel



Je pourrais mourir maintenant. Je suis juste…heureuse. Je n’ai jamais ressenti cela avant. Je suis précisément là où je veux être.
(c) black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Bastard and proud of it

Invité
Message Sujet: Re: Lorsqu'on cherche de l'or - Ft Amory 7th Février 2017, 18:06

Même après deux ans, cette ville me réserve toujours des surprises. C’est ce qui explique sans doute pourquoi, malgré tous les défauts qu’il y avait à y vivre, je restais encore dans le coin. Et puis, j’étais loin d’avoir terminé d’examiner tous les recoins de la région, et d’avoir étudié tout ce qui pouvait l’être. Tant que je n’étais pas à court de découvertes, Deadwood devrait encore compter longtemps sur ma présence. Mais bref, pour en revenir à mes visiteuses, je me dépêchais de les faire rentrer, heureux de voir de nouvelles têtes. Et ce même si le désordre de mon logement me faisait un peu honte, ce n’était pas vraiment les meilleures conditions pour recevoir des jeunes femmes…

"Alors, tu t’appelles Moïra ? Quel joli prénom !" dis-je à la fillette avec un sourire, tout en invitant Miss Wenscombe à s’asseoir. Après quelques recherches, je finis par trouver un paquet de biscuits, et mis de l’eau à chauffer pour le thé au-dessus d’un bec bunsen. Je terminai en tendant avec délicatesse un verre d’eau à la jeune Moïra

Après m’être affairé pour recevoir correctement mes invitées et compenser l’état déplorable des lieux, je pus me concentrer sur la raison pour laquelle elles venaient me voir. Du moins, en amorcer la discussion.

"Cela se comprend aisément, et c’est une bonne chose de vouloir en savoir plus sur ses terrains. Ne vous en faites pas, je vais faire de mon mieux pour vous éclairer à ce sujet !" Mon sourire laissa place à une légère inquiétude lorsque je remarquais l’état dans lequel semblait être Moïra, l’interrogeant elle puis sa mère pour savoir si je pouvais faire quelque chose. Mais une fois la cause de ce désagrément connue, je retrouvais une expression plus heureuse et hochais de la tête. "Bien sûr, pas de problème. Suis-moi Moïra, je vais te montrer le chemin !"

Ce que je fis avec bonne humeur, avant d’aller m’occuper du thé, puisque l’eau était en train de bouillir. Lorsque je revins vers Miss Wenscombe avec une tasse, sa fille était de retour. Riant de la répartie que la jeune demoiselle avait, je lui tendis un biscuit, avant de me tourner à nouveau vers sa mère, un sourire rassurant sur les lèvres.

"Ce n’est rien, vraiment. Elle semble très bien éduquée, et très éveillée."

Prenant place à mon bureau avec ma propre tasse de thé, nous pûmes continuer notre conversation autour de la mine. J’écoutais les explications de la dame, sortant mon carnet pour prendre des notes, sans que cela ne m’empêche de prêter une oreille attentives aux propos de la jeune femme. Je pouvais imaginer les difficultés qu’elle avait eues et avait en ce moment, sans parler de l’acclimatation aux lieux. Mais d’un autre côté, elle semblait avoir la tête sur les épaules, et savoir exactement ce qu’elle souhaitait. Je relevais le regard de mes notes pour la regarder avec un sourire compréhensif et rassurant.

"Vous me semblez déjà en savoir beaucoup sur le sujet. Du moins, beaucoup plus que la plupart des personnes qui arrivent ici pour les mêmes raisons. Cela montre que votre intérêt est sérieux, et que vous soyez un homme ou une femme n’y fait rien. De même, c’est tout à votre honneur de vouloir éviter au maximum les accidents, et je partage votre point de vue à ce sujet." Je pris quelques secondes pour réfléchir, avant d’ajouter : "L’homme qui supervise votre mine, quel est son nom ?"

Peut-être le connaissais-je, ou, si ce n’était pas le cas, je pourrais effectivement le contacter. Ce faisant, je bondis à nouveau sur mes pieds et farfouillais une nouvelle fois dans mes armoires avant d’en sortir une carte que j’étalais sur mon bureau, dans l’un des rares coins libres et en poussant un peu le reste de mes affaires. Je parcourus la feuille du regard, avant de pointer du doigt une zone blanche, alors que tout autour la carte était annotée par mes soins.

"Si je me souviens bien ce que Mr. Fletcher m’a dit, il s’agit de votre mine. Evidemment, comme il s’agissait d’un terrain privé, je n’ai pas encore pu m’y aventurer pour faire mes observations, mais j’ai déjà eu l’occasion d’étudier les zones alentours, et je les connais assez bien. J’estime donc qu’une étude approfondie concernant la roche et les conditions d’extraction pourra durer quelques semaines, un mois tout au plus. Après, je pourrais continuer à observer l’endroit ponctuellement, pour être certain d’éviter tout risque liés à l’exploitation. Cela vous conviendrait-il, Miss Wenscombe ?"

L’enthousiasme qui me prenait à la perspective de chaque nouveau travail se sentait déjà dans ma voix et dans mes gestes, et, à chaque fois que je relevais la tête de la carte pour fixer ma charmante visiteuse, mon regard pétillait littéralement d’intérêt. Et puis, cela me changeait de devoir travailler pour une personne aussi agréable et polie. Je n’en cachais donc pas la joie que cela m’inspirait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bastard and proud of it
« Inscris le : 13/09/2014
« Messages : 683
« Pseudo : Farabriver
« Localisation : Deadwood depuis quelques mois maintenant

Message Sujet: Re: Lorsqu'on cherche de l'or - Ft Amory 5th Mars 2017, 10:51


☩ Lorsqu'on cherche de l'or ☩

« J’aimerai que la majorité des hommes qui sont dans cette ville pensent comme vous, Monsieur. Vous êtes le premier à me dire que je sois homme ou femme cela ne fait pas de différence. Et oui, je me suis renseignée pour ne pas avoir l’air d’une parfaite gourde en arrivant et en ne comprenant pas la moitié des mots à propos de cette mine » Je marque un temps, me mordillant la lippe avant de revenir vers les yeux brillants d’intelligence de mon interlocuteur. « Monsieur Joad, Jonah Joad. C’est lui qui est venu sur ma demande me parler de la mine, autant dire qu’il est…assez…comment le dire sans paraitre mauvaise langue, mais…réfractaire à ce que ce soit moi qui dirige la concession »

Mon sourire s’élargit lorsque je sens qu’il accepte ma proposition sans montrer une quelconque barrière au fait que je sois une dame. « Ce serait plus que parfait même, Monsieur Fieldstein, vous n’imaginez pas le plaisir que j’ai à converser avec vous. J’avais la terrible sensation que j’allais être rejetée par beaucoup dans cette ville. Votre prix sera le mien et…pour débuter votre travail, je demanderai à mon contremaitre si vous pouvez débuter l’exploration dans un futur proche » J’aurais presque envie de lui sauter au cou, seulement, j’ai des manières à tenir bien que je ne sois pas tout à faut aussi conventionnelle que je veux bien le montrer. « Si vous êtes disponible, j’aimerais vous inviter chez moi, à dîner bien évidemment. Ce soir, je reçois, mais un midi selon votre temps, ainsi nous pourrons parler et… » Moïra me tira ma manche tout en regardant l’homme qui nous fait face. « Maman… » dit-elle comme un murmure, mais assez audible pour que M. Fieldstein l’entende. « Tu crois que le monsieur pourrait m’apprendre les pierres ? » Je jette un regard furtif vers Amory qui sourit déjà, bien entendu il a tout entendu. Je fais mine de rien, gardant le côté secret avec ma fille. « Je ne sais pas…peut-être devrais-tu le lui demander ? »

La petite se redresse fièrement et sort de sa poche après une fouille de quelques secondes quelques petites pierres trouvées autour de notre demeure. « Monsieur ? Est-ce que vous voulez bien m’apprendre les pierres ? » Cela semble faire beaucoup sourire M. Fieldstein, en même temps, Moïra a le chic pour faire fondre les personnes qu’elle rencontre. Une sorte de charisme naturel dirons-nous. Je m’empresse d’ajouter avant qu’il ne puisse répondre. « Je vous rémunérai pour les leçons bien évidemment et peut-être si vous avez le temps…lui donner quelques notions en chimie ou physique ? Je ne connais presque rien dans la géologie pour ma part… »


 
by beraberel



Je pourrais mourir maintenant. Je suis juste…heureuse. Je n’ai jamais ressenti cela avant. Je suis précisément là où je veux être.
(c) black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Bastard and proud of it

Invité
Message Sujet: Re: Lorsqu'on cherche de l'or - Ft Amory 31st Mars 2017, 20:01

Ah ça, les gens dans le coin n’avait pas la même vision des choses que moi, c’était le moins qu’on puisse dire. Mais, même à l’université, j’étais déjà considéré comme un étrange spécimen. Ce qui, apparemment, poussait pas mal de monde à vouloir m’enfermer dans un placard ou de me faire trébucher en pleine rue. Ma foi, chacun ses hobbys. Mais pour en revenir à ma charmante invitée et future cliente, je me contentais d’un sourire.

"Oh, vous savez, une partie des gens dans votre cas n’aurait pas pris cette peine. Mais on peut toujours apprendre sur le terrain après coup, vous êtes donc en avance, c’est une très bonne chose. Et les hommes peuvent changer, j’espère qu’ils seront de plus en plus à penser comme moi !" Je me grattais ensuite pensivement le menton, réfléchissant au nom du superviseur de la mine de Miss Wenscombe. "Cela me dit quelque chose… Mais il changera bien vite d’avis, lorsqu’il verra à quel point vous êtes investie et déjà très au courant !"

Que pouvait-on demander de plus ? Pour le reste, j’exposais à la jeune femme ce que je pouvais faire en matière d’étude de terrain, puis de surveillance ponctuelle. Rien qui me soit impossible, ou qui me prenne trop de temps, et j’étais au contraire toujours heureux d’avoir de nouveaux contrats. Plus ma connaissance de la région s’agrandissait, plus ma soif de savoir devenait grande. Il y avait toujours tant à découvrir et à faire, le travail de plusieurs vies !

Dans tous les cas, ma proposition sembla convenir à mon interlocutrice, et même au-delà. Dans un geste un peu embarrassé devant tant de compliment, je passais un bras derrière la tête, comme je le faisais toujours depuis que j’étais enfant, mais sans me départir d’un sourire de plus en plus grand.

"Le plaisir est pour moi, Miss ! C’est vrai que je n’ai pas souvent l’occasion d’avoir à discuter travail de manière aussi poussée, généralement, ça se limite à « Trouvez de l’or où vous pouvez » et… voilà. Mais tout le monde n’est pas comme ça, et je suis certain que vous trouverez d’autres personnes pour vous faire l’accueil que vous méritez !" Il ne pouvait en être autrement, tant Miss Wenscombe et sa fille semblaient aimables. "Je vous propose de faire un devis dans les plus brefs délais et de vous le transmettre, avant d’en parler à votre contremaître ?"

La proposition à venir manger me fit grand plaisir, mais avant que je puisse répondre, Moira interrompit sa mère pour lui demander si je pouvais lui donner des leçons. Cette dernière la redirigea vers moi, et je m’abaissais alors pour être à son niveau et l’observer avec un sourire doux et encourageant, tout en étant totalement sous le charme de la jeune demoiselle.

"Bien sûr Mademoiselle, ce serait un honneur que de vous avoir comme élève." Puis, en me redressant vers sa mère. "Tout ce qui l’intéressera et que vous souhaitez, je lui enseignerai. Et je vous propose de discuter des modalités de payement autour d’un repas, un de ces prochains midi, qu’en dites-vous ?"

J’adorais donner des leçons aux enfants. De temps à autres, j’allais dans les classes pour donner quelques notions de chimie. Bon, c’était toujours très animé, mais je crois que tout le monde s’amusait beaucoup, moi y compris. Et cela faisait toujours plaisir de voir que l’on vous écoutait, adultes comme enfants.

"Alors, les pierres t’intéressent, Moira ?" demandai-je en me retournant vers la fillette. "Est-ce que tu voudrais voir celles que j’ai ramassées ?"

Je me relevais, et allais ouvrir l’une de mes grandes armoires, et tirais les tiroirs du bas. Dedans étaient entreposées différentes roches et minerais que j’avais pu trouver. Je lui proposais de les toucher et de les prendre dans ses mains pour mieux les observer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bastard and proud of it
« Inscris le : 13/09/2014
« Messages : 683
« Pseudo : Farabriver
« Localisation : Deadwood depuis quelques mois maintenant

Message Sujet: Re: Lorsqu'on cherche de l'or - Ft Amory 12th Avril 2017, 21:27


☩ Lorsqu'on cherche de l'or ☩

Moïra semble déjà apprécier ce jeune Monsieur, c’est d’ailleurs l’une des raisons qui me poussent à lui confier une partie de l’enseignement de la demoiselle. « Ce sera avec grand plaisir, Monsieur Fieldstein. » Mais j’espère bien que les conversations ne traiteront pas que de paiement et de choses à faire. Il me tarde d’en apprendre plus sur lui et surtout les raisons qui ont poussé un homme tel que lui, aussi intelligent et brillant, à venir s’exiler dans une ville pleine de bandits et de chercheurs d’or. Le jeune homme roux s’adresse à ma fille et je les laisse discuter, me laissant le temps de les observer et de m’attendrir devant le spectacle que ma belle petite choupette m’offre. Elle est ma merveille et je suis fière d’être sa mère, bien entendu, ce n’est pas tous les jours évidents, de vivre seule dans un monde d’hommes est déjà un exploit, mais élever sa petite comme il se doit, je le dois à mon ancien ami et patron. Sans lui, jamais je ne serais ce que je suis et Moïra ce qu’elle est. « Oui, j’aime ça ! » Lança-t-elle toute fière et excitée à la fois. « Oh oui, s’il te plait, Erny ! » Ma fille suivit le mouvement, lorsque le scientifique se leva pour fouiller dans l’un de ses tiroirs. Attendrie par la scène, je restais pourtant en retrait. « Oh ? C’est quoi celle-ci ? » Il mentionna un nom suivi d’explications, puis une autre, Moïra ne se tarissait plus de questions et je dus pour le bien de Monsieur Fieldstein interrompre cette discussion entre un passionné et une petite bien trop curieuse pour laisser la moindre question qui lui passait par la tête sortir de sa bouche. Je me levais, ayant fini mon thé, et je vins dans leur direction, posant mes deux paumes sur les épaules fluettes de mon enfant. « Je ne voudrais pas vous déranger davantage, Monsieur. Vous aurez tout le temps qu’il faut pour étudier et je suis ravie que vous vous entendiez aussi bien » Je tendis ma main pour saluer Amory, un large sourire franc sur mon visage. « Après-demain midi, je vous invite chez moi, nous serons plus au calme qu’à l’auberge de Miss Maggie. Nous disons midi ? » J’attends qu’il me confirme et Moïra le salut à son tour. « Au plaisir, Monsieur Fieldstein » L’homme s’approche de sa porte d’entrée et nous laisse sortir non sans un signe de tête pour le remercier de tout. C’est une personne plaisante, j’espère que nous deviendrons plus que simple relation professionnelle. J’apprécie de converser avec des gens aussi agréables et polis que ce jeune scientifique.

Deux jours plus tard, je termine de poser le pain de maïs sur la table pour le repas, lorsqu’on frappe à la porte. Moïra se précipite pour aller ouvrir et j’ai à peine le temps de m’essuyer les mains sur mon tablier qu’il entre, légèrement intimidé, j’ai l’impression. Mais je me trompe peut-être. Je viens dans sa direction pour l’accueillir, une main franche et amicale tendue dans sa direction. « Monsieur Fieldstein, ravie de vous recevoir, chez nous. Je vous en prie, laissez-moi vous débarrasser. » Je récupère ses affaires pour les poser sur un buffet dans l’entrée, pendant que Moïra l’entraine déjà dans la maison pour lui montrer sa collection de pierres dans sa chambre. Je les laisse, terminant de mettre la touche finale au repas et attendant qu’ils reviennent.

 
by beraberel



Je pourrais mourir maintenant. Je suis juste…heureuse. Je n’ai jamais ressenti cela avant. Je suis précisément là où je veux être.
(c) black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Bastard and proud of it

Message Sujet: Re: Lorsqu'on cherche de l'or - Ft Amory

Revenir en haut Aller en bas
 

Lorsqu'on cherche de l'or - Ft Amory

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» cherche skinneur
» Cherche un échappement akrapovich pour RMZ 450 2009
» Grosse bébête poilue cherche...
» GYPSIE BICHONNE DE 10 ANS (95) URGENT CHERCHE ADOPTANT
» MINDY X CANICHE FEMELLE 3 ANS CHERCHE ADOPTANTS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Western Bastards :: One armed bandits :: Garbage can :: Dead end - Rp-