fais ta pub !
Bonjour, si vous aimez les retrouvailles guimauves, et les situations cocasses, Kelly Eve KIRK n'attends que vous , merci de votre attention :)

Pour mettre votre annonce sur ce panneau d'affichage, rendez-vous dans ce sujet !



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | .
 

 Encore un petit miracle: une naissance (ft Felicia Cadwell)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Bastard and proud of it

Invité
Message Sujet: Encore un petit miracle: une naissance (ft Felicia Cadwell) 14th Janvier 2017, 11:37

J’étais un homme de science, on ne pouvait le nier, mais ça ne voulait pas dire que je refusais l’enseignement de Dieu ou même le concept de son existence, mais il est vrai que je ne croyais pas autant que ma défunte femme avait pu le faire. Sans être une femme à prendre la bible au pied de la lettre, elle était pieuse et elle apportait une part de spiritualité dans notre famille que je n’aurais pas su apporter, il n’y avait qu’à voir maintenant. Je croyais en les commandements, je croyais à un pouvoir supérieur, tout ce qu’il y avait autour ? Pourquoi pas, mais je n’en faisais pas grand cas. Où je voulais en venir avec tout cela ? Eh bien que malgré ma croyance relative en tout ce qui touchait Dieu, je me rendais régulièrement à l’Eglise. A la foi pour profiter du calme de l’endroit, un calme que nous ne trouvions que difficilement ailleurs dans la ville, mais aussi pour prier de temps en temps pour la sécurité de ma fille et moi, pour sa santé à elle, ainsi que pour ma femme. Elle était peut-être morte, ça ne voulait pas dire que je l’oubliais. Aussi loin de l’endroit où elle fut enterrée, je ne pouvais pas vraiment lui rendre visite, alors je racontais ce qu’il nous arrivait à Deadwood via les voies plus…"générales". Je ne manquais jamais non plus de brûler un cierge pour elle, pour nous.

J’allais partir, quand je reconnue Mme Cadwell assise un peu plus loin. Elle était une excellente herboriste, et elle me fournissait en herbes et remèdes aux plantes pour mes propres patients. Nous avions formé une amitié basée sur cette relation professionnelle et elle était une des personnes que j’étais content de compter parmi mes amis. Son mari aussi faisait partie de mes connaissances, mais si je respectais infiniment ses capacités en médecine et en chirurgie, allant lui demander un second avis quand j’en avais besoin et lui faisant de même, ses attitudes en tant qu’être humain m’empêchait de vraiment apprécier cet homme, bien que restant cordial avec lui lorsque nous nous croisions et que nous dûmes discuter ensemble. Mais passons.

J’allais m’asseoir près de Felicia, gardant une distance respectable entre nous cependant et attendis en silence qu’elle relève les yeux vers moi pour prendre la parole, la voix basse afin de ne pas troubler le silence sacré de cette église.

"Bonjour Felicia, comment allez-vous ?"

D’accord, l’église n’était peut-être pas le meilleur endroit pour faire la conversation avec une amie, mais tant pis. Si vraiment nous en venions à discuter plus longuement, nous changerions d’endroit, ou bien si elle préférait rester en paix je repartirais vaquer à mes occupations.

Le choix se fit pour nous, car quelques instants à peine après avoir engagé la conversation avec elle, un homme vint me voir avec hâte et m’expliqua la situation à l’oreille, pour les mêmes raisons qui m’avaient poussé à baisser la voix préalablement, et j’ouvris de grands yeux, me tournant vers lui, lui murmurant un « maintenant ?! » ahuri. Il acquiesça et je lui fis savoir que j’arriverais dans quelques minutes, le temps de passer prendre ma sacoche chez moi. Je commençais à me lever, puis fit un arrêt, le cerveau en marche. Finissant par me tourner à nouveau vers Felicia, je me baissai vers elle.

"Mme Cadwell, vous êtes bien sage-femme, n’est-ce pas ? J’aurais besoin de votre aide. Une de mes patientes est en voie d’accoucher mais…C’est un peu trop tôt par rapport à ce qui était prévu et…Eh bien je n’ai pratiqué d’accouchement à proprement parler…Accepteriez-vous de m’aider ?"

Je suivais les mères et leur enfant durant la grossesse et après la naissance, mais je laissais le soin de l’accouchement aux sages-femmes, n’ayant moi-même jamais appris à aider ces femmes à donner la vie. J’espérais qu’elle puisse m’aider, sinon…eh bien on ferait comme on pouvait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Bastard and proud of it

Invité
Message Sujet: Re: Encore un petit miracle: une naissance (ft Felicia Cadwell) 22nd Janvier 2017, 16:57

Assise sur un banc de la petite église de Deadwood, je tentais de chasser toutes mes idées noires de la tête pour me concentrer sur les paroles du révérend Vargas. La semaine avait été rude. La population de cette ville pourrie semblait atteinte de tous les maux, mais d’abord et avant tout comme dans bien d’autres villes du même genre c’était le manque d’hygiène et la bêtise qui était à la base de la majorité de leur malaise. Je ne comptais plus les amputations qu’Alexander avait dû faire pour enrayer la putréfaction et la gangrène des chaires. Je passais mon temps à répéter et répéter aux femmes de laver leurs enfants pour éviter qu’ils attrapent des poux ou autres parasites, mais apparemment on ne m’écoutait pas et on ignorait mes conseils. J’étais lasse.

Nous étions dimanche et habituellement la clinique était fermée, mais dans cette ville il nous arrivait des urgences chaque jour et je ne pouvais pas refuser un malade. C’est à ce moment que je croisai le regard du Docteur Hale. Nous nous étions rapidement liés d’amitié après que j’ai eu fait la connaissance de sa charmante jeune fille Penelope. Nous échangions conseils et pratiques et je lui fournissais quelques herbes et décoctions de mon cru pour ses malades. L’entente entre lui et mon époux était cordiale, mais je me doutais bien que Thaddeus devait savoir à propos des vices que cultivait mon cher époux. C’était de notoriété publique qu’il fréquentait le bordel et les Saloons jour et nuit. Alors que le Révérend Vargas terminait son office, je vis se faufiler vers moi sur mon banc le Docteur Hale. Je me tournai vers lui pour le saluer et lui sourire. Toujours élégant et bien mis, il me sourit à son tour et se pencha vers moi pour me dire à voix basse me demanda : « Bonjour Felicia, comment allez-vous? »

« Bonjour Thaddeus. Quelle heureuse surprise. » Lui répondis-je tout bas.

- Je vais très bien quoiqu’un peu fatiguée. La semaine a été bien longue et vous?

Et puis alors que je sentais les regards réprobateurs du curé et des autres paroissiens sur nous je vis arrivé un homme en courant qui sauta pratiquement sur le docteur. Il se pencha vers ce dernier pour lui parler. Il était à bout de souffle et semblait très nerveux. Le docteur l’écouta avec attention et au bout d’un moment, je l’entendis lui demander « maintenant?! ». L’homme lui répondit d’un seul signe de tête se moquant bien d’être devenu le centre d’intérêt de tous les gens présents dans la petite église. Impatient que le docteur le suive, il ne cessait de gesticuler et le presser de venir avec lui. Ne pouvant laisser ce pauvre homme en peine Hale se leva de son banc en lui disant qu’il irait le rejoindre qu’il devait d’abord passer chez lui pour chercher sa trousse. Après un bref salut de politesse envers le révérend pour s’excuser du dérangement, il se tourna à nouveau vers moi et me dit : « Mme Cadwell, vous êtes bien sage-femme, n’est-ce pas? J’aurais besoin de votre aide. Une de mes patientes est en voie d’accoucher, mais… c’est un peu trop tôt par rapport à ce qui était prévu et… eh bien je n’ai pratiqué d’accouchement à proprement parler… Accepteriez-vous de m’aider? »

Je l’écoutai avec attention et à peine avait-il terminé que je me levai à mon tour et lui dit : « Bien sûr vous pouvez compter sur moi. Je cours chez moi prendre le nécessaire et on se rejoint chez Monsieur Williams. Si vous arrivez avant moi assurer vous qu’il nous fournisse de l’eau chaude et des linges propres ainsi que de la corde. Tout ira bien Thaddeus, j’ai l’habitude de ce genre d’intervention. »

À mon tour je fis un bref signe au révérend et je me mis à courir vers l’extérieur. Alors que nos chemins se séparaient, je vis de l’inquiétude dans le regard de mon collègue. Ce n’était certes pas l’idéal comme situation, mais j’avais vu plusieurs cas similaires et j’étais certaine que nous pourrions aider cette femme à avoir son enfant. Une fois à la maison, je me précipitai dans mon atelier et je mis tout ce dont j’aurais besoin dans mon panier et je passai mon tablier avant de laisser une note pour Alexander. Après m’être renseignée auprès d’autres habitants de la ville, je trouvai enfin la cabane des Williams à la sortie de la ville tout près des rives de City Creek. La cabane était de construction modeste. Et j’espérais qu’il aurait au moins un poêle ou sinon un feu à l’extérieur pour faire chauffer de l’eau. Lorsque j’entrai dans la cabane, je tombai sur deux chiens et deux enfants en bas âge s’amusant sur le sol avec ce qui semblait une balle. Les enfants comme les chiens étaient si sales qu’ils dégageaient une odeur à vous donner la nausée. Je fis mine de les ignorer et j’allai rejoindre Monsieur Hale près du grand lit situé dans le fond de la grande pièce. Tout en allant toucher le front de notre patiente, je questionnai mon collègue sur son état avant d’installer mon matériel.

-À quelle fréquence sont ses contractions?
Revenir en haut Aller en bas
 

Encore un petit miracle: une naissance (ft Felicia Cadwell)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bill Clinton salue un "petit miracle" devant l'ONU
» En quête d'un petit miracle...
» JOEL POURQUOI VOTRE PETIT INOSANG A SI PEUR DE LA PRISON ET DE L'EXIL ???
» Petit besoin (d'un Courant) d'air
» Un petit caniche ou bichon ? 3 ans maltraité (60) ADOPTE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Western Bastards :: One armed bandits :: Garbage can :: Dead end - Rp-