fais ta pub !
Bonjour, si vous aimez les retrouvailles guimauves, et les situations cocasses, Kelly Eve KIRK n'attends que vous , merci de votre attention :)

Pour mettre votre annonce sur ce panneau d'affichage, rendez-vous dans ce sujet !



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | .
 

 Like a ordinary life avec Richard Holt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Bastard and proud of it

Invité
Message Sujet: Like a ordinary life avec Richard Holt 12th Décembre 2016, 22:01

Like a ordinary life



    Hailey prenait tranquillement ses marques. Deadwood était, de taille modeste, de sorte que l'on en faisait vite le tour. Même si ses frontières ne cessaient de changer.
    Chaque jour les abords de la petite ville était encombrés par les chariots. Certains repartaient vers l'est, mais la plupart s'arrêtaient ici. Ils déversaient des familles entière qui venaient vivre le grand rêve. Autant de pauvres bougres qu'il aurait été facile de dépouiller de leur argent. Pour l'instant les deux compères se tenaient à carreaux. Ils attendaient de voir si les ennuis les avaient suivis jusque dans cette partie du continent. Il y avait peu de chance, mais pourquoi aller tenter le diable ?

    L’accalmie était de toutes les façons bienvenue. Steele et Holt avaient eu une année bien remplie. Ils avaient beaucoup voyager dans l'ouest du pays. Ils étaient fatigués par cette vie de nomade en perpétuel mouvement. C'était d'un commun accord qu'ils avaient décidés de poser leurs bagages un moment. Enfin pour le peu de bagages qu'ils avaient. Contrairement à ce que pouvait laisser croire leur "profession" Rick et Hailey n'étaient pas de grands matérialistes. Ils partageaient un goût pour une vie simple et modeste.
    Ils ne volaient donc pas, tant pour l'appât du gain, que pour rétablir la balance universelle. La légende de Robinhood restait une histoire que l'on raconte aux enfants pour qu'ils s'endorment le soir.

    Un samedi matin frais et ensoleillé s'annonçait. Déjà les rues bouillonnaient d'activité. La criée du marché arrivait jusqu'à la fenêtre de la chambre à lit double où le duo logeaient.
    Hailey encore en robe de nuit alla à la fenêtre pour observer la vue. Elle brossait distraitement ses cheveux blonds en suivant la silhouette d'une femme marcher dans la grande rue.

    Je veux passer à la quincaillerie ce matin. Tu m'accompagnes ? On en profitera pour jeter un œil à la banque.

    Steele se détourna de la fenêtre de son pas léger, ses pieds nus glissants sur les lattes de bois. Elle s'était levée d'excellente humeur sans trop savoir pourquoi. Elle caressa le bras de Rick sur son passage mais revint sur ses pas pour lui attraper le menton. Elle inspecta son visage consciencieusement.

    Elle cicatrice bien. Ca t'évitera peut-être une nouvelle balafre. Constata-t-elle en lui faisant faire une petite rotation, pour voir correctement la blessure à la peaumette.

    Les infections étaient vites arrivées avec les plaies ouvertes. Une chance qu'elle ait eu une petite initiation en herboristerie, cela leur permettaient souvent d'éviter les docteurs. Hailey n'avait qu'une confiance limitée envers ces individus dont elle trouvait la lame bien trop leste.
    Hailey se prépara pour sortir portée par la légèreté matinale. Elle abandonna l'idée de mettre le gigantesque chapeau décrétant que même Daisy aurait trouvé cela superflu pour aller faire quelques commissions.

    Tu es prêt ? Je voudrais qu'on sorte les chevaux après. Profitons-en qu'il ne pleut plus.

    Hailey l'attendait sur le pas de la porte en remontant le col de son manteau. Elle glissait son bras sous celui de l'Anglais, avec une familiarité loin de tous les codes de la bourgeoisie.
    Juste avant qu'ils n'arrivent, sur le palier de l'escalier, elle ne résista pas l'envie de déposer un baiser dans le creux de son cou. Quand elle pouvait encore le faire sans prendre le risque de rendre la veuve Cardigan scandaleuse.

    Et si on fêtait noël cette année ? Puisqu'on a le temps ! Ca nous changerait. Je nous ferais du vin chaud épicé.

    Steele avait grandi dans une famille de confession catholique. Cela sans doute hérité de leurs cousins les Anglais. Elle avait été bénite par le Père du village et avait été à la messe. Elle avait été une sincère croyante et une pratiquante respectueuse, jusqu'au drame qui l'avait frappé.
    La vie qu'elle menait avec Richard lui avait apporté un nouvel équilibre et une sorte de paix intérieur. Grâce à cela elle n'avait pas complètement repoussé le Seigneur et les Hommes. Sauf quand ils étaient des assassins.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Bastard and proud of it

Invité
Message Sujet: Re: Like a ordinary life avec Richard Holt 16th Décembre 2016, 11:24


Premier post


Richard était resté un peu plus longtemps étendu dans le lit, observant simplement sa belle en pleine réflexion. Il pouvait presque parier sur ce qu'elle était en train de penser. Voyant sans doute déjà toutes les opportunités que leur offrirait ce camp. Ils avaient tout à gagner ici, puisque la loi ne régnait guère ici-bas. Peut-être aussi, pourraient-ils prendre le temps de se poser un peu. Quelques mois, tout au plus. Il savait combien sa compagne n'aimait pas cela, mais lui, sentait qu'il commençait à en avoir un peu besoin. Juste le temps de recharger les batteries, avant de repartir.

- Bien entendu que je t'accompagne.

Il se redressa alors pour s'habiller de son côté, mais fut arrêté dans son élan par la belle blonde, qui lui prenait le menton. Se laissant faire, il observait son regard, tandis qu'elle, observait la cicatrice qui lui balafrait la joue. Elle n'était pas moche pour autant, mais c'était un petit souvenir laissé d'une de leur dernière arnaque. Un fin sourire marqua ses traits à ses paroles.

- Ce n'est de toute façon pas la pire, je commence à être habitué.

L'arnaqueur n'en avait pas non plus en masse, mais celles qu'il détenait, marquaient bien sa peau. Il put donc enfin se lever pour s'habiller. Se passant le visage à l'eau d'abord, il contrôla s'il avait besoin de se raser, avant de décider que sa barbe était correcte, pour ensuite passer son costume. Il portait une veste sombre, un pantalon de la même couleur, une chemise blanche et son colt à la ceinture. Car dans cette ville, mieux valait montrer que l'on était armé. Et ce flingue n'était pas qu'un objet décoratif, il savait l'utiliser quand c'était nécessaire.

Posant son chapeau sur la tête, il eut un petit sourire pour sa compagne, tout en hochant positivement de la tête à sa question.

- Allons-y! Lui ouvrant la porte. Nous irons donc faire un petit tour à l'extérieur de la ville ensuite.

Toujours un bon moyen, aussi, de voir quels pouvaient être, leurs points de sorties, si tout se passait mal dans cette ville. Le baiser fut accueilli avec plaisir. C'était ce genre de petite démonstration que notre homme aimait particulièrement, surtout que bien entendu, ils ne pourraient pas en avoir en-dehors de leur chambre. Quoique... ici... qui serait choqué que des cousins puissent coucher ensemble? Personne sans doute.

Allumant un cigare dès qu'ils furent en extérieur, Rick' lança la marche d'un pas soutenu, amusé par la proposition de sa belle.

- En voilà une idée, qu'est-ce qui te ferait plaisir?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Bastard and proud of it

Invité
Message Sujet: Re: Like a ordinary life avec Richard Holt 28th Décembre 2016, 02:24

Like a ordinary life



    Hailey devait étendre ses pas pour pouvoir tenir le rythme des longues jambes de Rick. Holt était un homme vif, sec, tout en fermeté, ce qui était loin d'être désagréable pour certaines de leurs affaires. Il était calme et vigilant. Il était à même de les protéger.
    Steele savait qu'elle pouvait se reposer sur lui. Elle lui aurait confié sa vie, les yeux fermés, sans la moindre hésitation. Chose qu'elle n'aurait jamais crus possible après la mort d'Edouardo et de Jessie. Tout comme d'habiter de nouveau avec un homme. Il fallait croire qu'elle n'était pas faite pour rester en solitaire. La vie, enfin de compte reprenait ses droits sur cette âme perdue.

    Mmm. Un petit sourire où se devinait de l'espièglerie adoucit le visage de "Daisy". Elle contourna la difficulté en lui renvoyant la balle. Non toi d'abord... dis-moi ce que tu veux ?

    Les deux compères n'avaient pas les moyens de se faire un cadeau onéreux. Mais de toute façon ce n'était pas dans leur genre de tout dépenser dans de la fantaisie. Ils gardaient le pactole pour après. Quand ils n'auraient plus la force de courir dans tout le pays et que le moment de la retraite serait venu. La somme fluctuait selon les aléas. Leur dernier coup, là bas dans le Minnesota avait rapporté une somme. Dommage qu'ils n'aient pas réussi à tout récupérer avant de filer à l'anglaise. Mais dans une bourgade comme celle-là, ils pouvaient s'en sortir.

    Je suis entrée en contact avec ce gars du GEM. On aura bientôt plus d'infos sur ce coin perdu.

    Hailey gardait un oeil sur les commerces devant lesquels ils passaient. Des patrons ne se gênaient pas pour afficher des mandats d'arrêt sur leur vitrine. Sans doute dans l'attente de régler un contentieux avec les malfrat en question.
    Le "duo" n'était pas encore connu des services de la justice dans le coin. Avec un peu de chance les indiens empêcheraient les messagers de passer pendant un bon bout de temps. Ce n'était pas une raison pour s'endormir sur ses lauriers non plus.

    A mon avis la concurrence est rude. . Lui chuchota t-elle à l'approche de la boutique.

    Star&Bullock était une petite échoppe. Au premier abord il n'était pas facile de comprendre l’agacement choisi. Hailey s'y aventura de son pas faussement engoncé par les bottines de dame.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Bastard and proud of it

Invité
Message Sujet: Re: Like a ordinary life avec Richard Holt 16th Janvier 2017, 15:22


Les rues de ce camp n'étaient vraiment pas faites pour se déplacer avec facilité. Trop de monde, que de la boue, bref du plaisir. Surtout pour les gens qu'ils étaient censés jouer. Ce genre d'endroit n'était guère fait pour ceux qui ne supportaient pas de se salir les mains. Heureusement que les "Cardigan", avaient quand même cet esprit aventureux. Ou suicidaire, aurait pu dire certains.

Richard ne fut guère étonné de recevoir la question en retour, sans pour autant avoir droit à la réponse de sa compagne. Il prit donc le temps de réfléchir, tandis qu'il prenait une bonne bouffée de fumée, la recrachant par le nez, son regard scrutant les gens autour d'eux, d'un air tranquille, mais quand même aux aguets de ce qu'il pourrait bien arriver.

- Mmm... un bon feu de bois? Avec un petit sourire.

Même si cela pouvait paraître comme une taquinerie, voir quelque chose de banal, ça n'en était rien, entre eux. Hailey comprendrait ans doute l'allusion, mais il ne voulait pas l'obliger pour autant. Le jour où elle voudra se remettre en route, il la suivrait, sans poser plus de question. Parce qu'elle était importante pour lui. Plus que tout le reste.

- Maintenant, à toi de me dire ce que tu voudrais.

Oui, il était prêt à lui offrir beaucoup, tout ce qu'elle voudrait même. Certes, ils n'avaient pas une fortune monstrueuse, ça n'empêcherait pourtant pas Rick' de faire des pieds et des mains pour lui faire plaisir.

Son visage se ferma quelque peu quand elle parla du type qui tenait le Gem Saloon. Autant dire qu'il n'avait aucune confiance en lui. Ce type, de ce qu'il en avait entendu surtout, était un vrai danger.

- Je n'aime pas te voir en contact avec ce type...

Ce n'était pas qu'il n'avait pas confiance en sa compagne, c'était juste qu'il ne voulait las voir prendre autant de risques. Ce genre de risques surtout. Allez savoir comment réagirait un mec pareil, s'il découvrait le pot-aux-roses.

- Mais oui, je sais, les infos sont importantes... Pour éviter une argumentation trop soutenue de la part de celle qui marchait à ses côtés. Eux ont l'air de bien s'en sortir. Sur le même temps que Steele. Madame. Avec un sourire presque charmeur, tout en lui tendant son bras pour l'aider à passer du bordel qui se trouvait au sol, avant de s'intéresser au matériel que vendaient les deux quincaillers.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Bastard and proud of it

Invité
Message Sujet: Re: Like a ordinary life avec Richard Holt 30th Janvier 2017, 16:35

Like a ordinary life



    Une forte odeur de viande flotta soudain dans l'air ambiant. Un boucher, armé d'un couteau découpait les membres d'un bœuf pour les vendre au détail. Le sang de la bête s'écoulait sur le sol à grosse gouttes. Personne n'y faisait attention. Un meurtre ordinaire parce que les hommes devaient bien manger.
    Steele croisa le regard mort de l'animal par accident. Elle détourna vivement le regard mal alaise. Elle ne supportait plus ce genre de spectacle, depuis qu'elle avait croisé les massacres perpétrés par les différentes tribus du nord. Son esprit ayant totalement effacé le souvenir du corps ensanglanté d'Edouardo. La vision des mouches sur le pelage lui hanta le regard pendant quelques mètres.

    Le sous-entendu fait par son Anglais ne manqua pas d'avoir un effet entre eux. Hailey leva les yeux vers lui une seconde. Elle se concentra ensuite sur le chemin cherchant quoi lui répondre. Cela faisait déjà quelques temps que le sujet revenait se présenter entre eux.
    Holt voulait s'arrêter. Steele n'était pas sûre de le vouloir. Mais son affection pour l'Anglais l'encourageait à essayer.

    J'aimerais... Daisy aurait eu une liste de cadeaux longue comme un bras. Hailey était dénuée de vanité ou bien d'avidité. Un kiwi.


    Sur leurs routes, ils croisaient souvent des caravanes de marchands. Certains venaient de très loin pour transporter des danrées dans les grandes villes.
    Steele avait entendu des hommes évoquer ce continent au soleil levant, où les hommes étaient petits avec des yeux bridés. La Chine paraissait, à ses yeux; être l'endroit le plus exotique de la Terre. La belle rêvait de quitter l'Amérique, pour partir à l'aventure à l'autre bout du monde. Mais, elle doutait en avoir les moyens un jour.

    Swearengen était un point beaucoup moins séduisant mais pour autant important à discuter avec Richard. Le tenancier du saloon et Hailey avaient eu l'occasion d'échanger quelques mots. Sous son attirail d'amabilité l'homme cachait un esprit calculateur et retort. Le type parfait pour faire des mauvais coups.

    Si on s'y prend bien... On pourrait rester ici quelques temps oui.

    Il était peut-être un peu tôt pour parler d’emménagement dans la tête de l'aventurière. Mais, une pause un peu plus longue que les autres, pouvait être une option. Enfin, ils auraient de toute façon le temps d'en rediscuter.

    Merci "Jimmy".

    Un sourire taquin venait appuyer le petit surnom fictif. Le regard de "Daisy" le détaillait avec une coquinerie dans le regard. Hailey adorait le regarder jouer de son charme. Elle avait bien failli s'y faire prendre la première fois qu'elle l'avait approché. Elle y avait clairement succombé une fois qu'Holt s'était mis en tête de lui rendre la pareille. Cette attirance mutuelle les avaient soudés.

    Reprenant son sérieux, Hailey replaça la hanse du panier à son bras et se tourna vers un étalage. Elle commença à inspecter les produits avec attention, les prenant dans ses mains, pour mieux en étudier la finition. Une dame de sa condition devait bien faire attention à la façon dont elle dépensait son argent. Enfin, l'argent de feu Robert Cardigan. Paix à son âme.

    Quelques conserves, du matériel de premiers secours, une nouvelle bobine de de laine, finir dans le panier.
    Steele se glissa contre son complice non sans jouer avec les interdits. Oui, elle venait se se dire qu'ils devaient être prudents. C'était pour leur propre bien. Mais, elle ne pouvait pas résister à une petite plaisanterie.

    J'ai de quoi te faire les chaussettes du père noël. Lui souffla t elle en lui montrant discrètement le contenu du panier.

    Un petit pouffement de rire sorti de sa jolie gorge, puis elle alla du côté des articles de cuisine. Le sujet de cette matinée lui donnait envie de se remettre à cuisiner.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Bastard and proud of it

Invité
Message Sujet: Re: Like a ordinary life avec Richard Holt 3rd Février 2017, 23:27


Comme Richard l'avait pensé, Hailey ne lui répondit rien. Il ne savait donc pas si sa demande avait eu droit à une oreille attentive, ou pas. Mais sans une réponse claire, il estimait que c'était plus négatif. Enfin, elle lui avait demandé ce qu'il voulait, il le lui avait dit. Pas de mensonge entre eux. Ils avaient déjà suffisamment affaire avec les autres. Il attendit donc qu'elle trouve ce qu'elle souhaitait, tout en fumant tranquillement l'un de ses petits cigares, il en profitait toujours quand il était à l'extérieur. Sa volonté ne manqua pas de le faire rire. Parce qu'il fallait bien le dire, un kiwi, ce n'était vraiment pas commun et il doutait qu'il en trouve à Deadwood.

- Madame a ses exigences! Taquin, bien évidement. Le Père Noël sera avisé.

Dans son esprit, Holt cherchait déjà comment il allait pouvoir lui trouver ce fruit. Il lui faudrait aller dans une autre ville, ou envoyer quelqu'un pour lui. Pour réellement lui faire la surprise. Qu'elle pense la chose impossible et que le matin de Noël, il soit posé sur la table. Ouais, ça pourrait être sympa. Il trouverait un moyen, comme souvent d'ailleurs.

L'homme fût surpris d'entendre les paroles de sa compagne, alors qu'il parlait de ce tenancier de saloon en qui il n'avait vraiment aucune confiance, madame sortait qu'ils pourraient peut-être rester plus longtemps sur place? Etait-ce une sorte d'acceptation de ce qu'il avait demandé quelques minutes plus tôt? Il resta silencieux quelques instants, assimilant les informations, avant de reprendre la conversation, toujours tranquille.

- A ce moment, peut-être devrions-nous poser les masques? Tu crois qu'on sera capable de tenir aussi longtemps, sans se faire attraper?

C'était dangereux d'avoir débuter avec leurs fausses identités. Combien de temps pourraient-ils tenir avant d'être démasqué? Surtout que Richard était le genre d'homme qui voulait parfois pouvoir se balader avec sa belle à son bras, sans se faire poser des questions à tous les habitants du camp. Si par hasard... ils s'installaient, même pour quelques temps.

Dans la boutique, il s'intéressa aux produits pour chercheur d'or, comme s'il était vraiment intéressé d'aller se casser le dos dans les rivières qui bordaient la ville. Ce n'était pas vraiment son truc, mais il était important de s'informer, de connaître les prix, de voir comment on pouvait arnaquer les gens aussi. Au moins, cela ouvrait la discussion avec les propriétaires des lieux, courtois et semblait plus qu'honnêtes.

Son attention revint alors sur sa compagne, il eut un petit sourire quand elle lui fit remarquer qu'elle avait tout pour faire des chaussettes, puis lança un trait d'humour aux deux hommes, avant de la rejoindre près des ustensiles de cuisine.

- Tu trouves ton bonheur? Murmura-t-il. On a encore assez d'argent pour se faire plaisir, mais je te rappel que pour le moment, on vit dans une chambre d'hôtel. Mieux valait ne pas trop s'encombrer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Bastard and proud of it

Invité
Message Sujet: Re: Like a ordinary life avec Richard Holt 7th Février 2017, 23:27



Steele, ralentit le pas avant d'atteindre le seuil du magasin, pour considérer correctement la question de son partenaire d'entourloupes et de vie. Si elle regardait en arrière, en quatre ans de voyage, ils ne devaient pas avoir passé plus de quelques semaines sans une fausse identité sur le dos. La croix des menteurs qui étaient toujours poussés, à se cacher, sous le masque.
Hailey avait déjà renoncé à sa véritable identitée avant de rencontrer Richard. Elle avait délaissé le nom de Perez, pour reprendre celui de sa mère « Steele ». Maintenant, qui était-elle vraiment ? Peut-être que même le Seigneur Tout puissant n'en était pas certain. Elle était cette femme là qui jouait les donzelles et aimait un dandy.

D'accord, mais qui on serait ? Toi ton père te cherche et moi...

La voix de « Daisy » se fit plus vague. En fait, elle n'avait pas vraiment imaginé que ses sœurs se soient mises à sa recherche. Elles n'avaient aucune raison de vouloir après elle, surtout après la façon dont Hailey était partie. La belle mettait plutôt sa main à couper, que sa famille l'avait plutôt rayée du tableau. C'était dans l'ordre des choses. Il était trop tard pour regreter ces choix.
D'ailleurs, la vie qu'elle avait actuellement n'était ni moins, ni plus bonne que l'autre, elle était juste totalement différente.

Une oreille sur la conversation des hommes, l'autre sur les commentaires des autres clients. Steele savait que les meilleures informations tombaient souvent au beau milieu d'une conversation anodine. Les gens parlaient de façon plus libre et dégagée. Bam sans faire attention ils lâchaient le détail. Alors, il fallait toujours être attentif.

Mmm. Steele était en pleine étude d'une marmite en fonte. Le genre d'article qu'elle obtenait après plusieurs mois d'économie dans sa première vie. Oui je sais. Mais c'est temporaire comme situation ?

Mrs Cardigan écarta d'un geste agacé l'insecte qui furetait autour de son visage. Les moustiques et autres enquiquineurs volatils étaient partout dans Deadwood. La chaleur et le peu d'hygiène dans le camp facilitait d'ailleurs leur prolifération.
C'était parfois à la limite de l'écoeurement... Quand de bon matin on posait son pied dans une jolie petite flaque urine fraîchement offerte par un chien errant où un bonhomme avec de petites incontinences. Les joies de ce monde battit par des hommes avec peu d'éducation et beaucoup d'alcool.

Un coutelat attira l'oeil de Steele. L'objet était de bonne facture. D'ordinaire, ce genre d'outil se trouvait dans les grandes villes. Ces commerçants avaient au choix fait un bon marcher, ou bien tissé un bon réseau. L'un dans l'autre ce n'était pas mal pour les habitants.
Le tendem pourrait toujours voir, plus tard, s'il y avait un moyen de profiter des fournisseurs pour eux aussi.

Avec une lame comme celle-là tu peux saigner un lièvre moins de cinq minutes. [i]

La marmite traditionnelle fut abandonnée pour la lame de qualité. Hailey était moins femme au foyer qu'elle n'était une arpenteuse des grands chemins. Une bonne point pouvait servir dans un plus grand nombre d'occasions, malheureusement c'était ça le farwest. « Daisy » le glissa dans son panier, l'air de rien.
Elle lança un dernier regard sur les étagères avant de s'avancer tranquillement vers le comptoir. Puisqu'ils n'avaient pas encore tout à fait décidé de la suite, elle garda l'attitude de la jeune femme escortée par son proche parent. A lui, l'homme de décider du marchandage et de la transaction pour ces petites comissions.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Bastard and proud of it

Message Sujet: Re: Like a ordinary life avec Richard Holt

Revenir en haut Aller en bas
 

Like a ordinary life avec Richard Holt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» cynthia ☆ this ain't ordinary life
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn
» CHARLIE ♣ Non mais allo ! T'es une meuf et t'as jamais couché avec moi ? [ft Sierra Kusterbeck • en cours]
» Gros Mek avec CFK et Krameur
» Avec ce projet, Alexis pourra donner 100,000 emplois permanents aux Haitiens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Western Bastards :: One armed bandits :: Garbage can :: Dead end - Rp-