fais ta pub !
Bonjour, si vous aimez les retrouvailles guimauves, et les situations cocasses, Kelly Eve KIRK n'attends que vous , merci de votre attention :)

Pour mettre votre annonce sur ce panneau d'affichage, rendez-vous dans ce sujet !



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | .
 

 In nomine Patris || Christopher Vargas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Bastard and proud of it

Invité
Message Sujet: In nomine Patris || Christopher Vargas 9th Décembre 2016, 17:32

In Nomine Patris

Une pluie faible retomba contre les carreaux luisants de l'église. Nous étions dimanche, jour de repentit et de confession. Parée de ses vêtements de lumière, Lizzie piétina à sa place, contemplant les alentours légèrement mal à l'aise et inquiète. L'heure était aux bonjours matinales, un rituel auquel la jeune femme se plia sans difficultés. Un amas de fidèles viendraient bientôt se tasser dans la petite bâtisse. Tout cela sur bruit retentissant des cloches qui annonçait le début de l'office. La messe  fut d'ailleurs entamée par une prière commune, accueillant le prêtre sur une suite élogieuse de louange à dieu et à sa demeure. L'assemblée s'était néanmoins rendu silencieuse au moment de traditionnelle "vénération de l'autel".

Le jeune prêtre attirant, par la même occasion, les sourires indiscrets de jeunes filles accompagnée par leurs mères qui ne tardèrent pas de remarquer la disgrâce. Au rang le plus éloigné, Lizzie cacha son regard de la foule, se souvenant des préceptes des "bons fidèles" que tante Maddie ne cessa de lui inculquer lors de chacune de ses sorties. " Dos droit, épaules alignées et le regard face à dieu.. ". Une leçon de la haute société que la jeune femme exécuta machinalement et avec une certaine élégance. Notre damoiselle égarée savait sa foi disparu depuis longtemps. Il n'en restait pour elle qu'un rituel lourd, mais qui garantissait sa survie dans ce monde d'immondices. Après l’écoute des trois lectures, le deuxième temps de la liturgie de la Parole se poursuivit. Le jour de la Cène, Jésus a choisi ces deux aliments, fruits de l’activité commune de Dieu et de l’homme : celui-ci est appelé à collaborer avec le Créateur pour la mise en valeur de la terre Une phrase que Lizzie se rappela tout à coup, sans savoir qu'elle valeur lui offrir.

L’assemblée adhéra aux paroles du prêtre, répondant "Amen", en précédent sa réponse "Le Seigneur soit avec vous." La bénédiction s'enchaîna dans le plus grand calme, Lizzie répondant en canon durant toute la durée de l'office. "Louange à toi, Seigneur Jésus". Lança la foule accompagnée par le jeune représentant de dieu. La messe pris fin en offrant l'opportunité à Lizzie de libérer ses membres engourdie par son immobilité. La jolie blonde se redressa donc, affichant un visage doux et avenant lorsque les fidèles commencèrent à quitter l'église. Pareil à l'image d'une fourmilière reprenant ses activités. Elle feignit de réfléchir à une attitude qui n'engagerait pas longtemps l'attention. Gardant son dos droit et sa mine angélique. Le regard de la jeune femme se perdit dans le vide, gardant le propre de sa concentration et de sa légère mélancolie qu'elle parvenait à dissimuler aux plus naïfs.. Quelques politesses ici et là, il n'en avait jamais suffit de beaucoup pour attiser la neutralité.  Attendant sagement que la foule se dissipe, la jeune demoiselle croisa alors les bras, faignant d'éviter le regard de l'immense croix qui surplombait l'entrée du lieu saint. Lizzie restant par ailleurs très amusée par les quelques jeunes filles ayant pris sur elles de remercier le prêtre pour ses paroles avisées durant la messe.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Bastard and proud of it

Invité
Message Sujet: Re: In nomine Patris || Christopher Vargas 9th Décembre 2016, 22:41

In Nomine Patris

«Quand les soldats romains clouèrent le Christ sur la croix...»

Et c’est ainsi que l’homme de Dieu que je suis, Christopher Vargas, celui aux mille péchés et mille espoirs, commence son sermon. Un sermon racontant la promesse ultime du Seigneur Jésus au brigand qui accepta de se convertir, d’accepter la Foi dans son cœur et de rejeter sa vie de péchés, de crimes et d’égarement. Dehors, une pluie faible qui s’abat avec grâce sur la toiture de l’église, l’odeur de l’humidité enivrant les sages paroles que je délivre aux fidèles qui se sont rassemblés en ce matin de dimanche, jour du Seigneur, mais également jour où la petite église que je dirige annonce salle comble. Parmi les habitants de Deadwood qui sont devant moi, des enfants, des femmes, des hommes, tous avec leurs histoires, tous avec un degré bien à eux de criminalité. D’où l’importance de mon sermon de ce matin. Un sermon qui se veut amical, respectueux, mais ferme sur les intentions de Dieu : sa porte est ouverte à tous ceux qui désirent une nouvelle vie. À tous ceux qui aspirent au bonheur que procure Jésus Christ. Un bonheur auquel moi-même, je ne crois plus vraiment à mes heures. Un bonheur qui accorde la miséricorde à ceux qui accepteront de faire la route accompagnés de Dieu, accompagnés de la Foi. Mon sermon est comme toutes les semaines : axé sur la deuxième chance. J’essaie d’atténuer du mieux que je le peux les aspirations divines de l’unique voie à prendre. Voie que moi-même, je n’ai pas empruntée à une époque de ma vie où j’enseignais tout de même les bonnes paroles.

Une histoire à dormir debout, littéralement, mais dont la morale est simple : abandonnez votre vie de criminalité et rejoignez les rangs du Seigneur. Une histoire terrible où l’un des deux brigands, refusant de croire en Jésus, fut damné au feu éternel, se voyant les portes du Paradis refusées. Un aspect que je me refuse à croire de la religion que j’enseigne, que je crois, somme toute, la plupart du temps. Pour moi, Dieu accepte tous ses enfants, qu’ils acceptent ou refusent de siéger à sa table. C’est ainsi là ma plus forte croyance en Dieu, mon plus fort espoir envers un dieu qui, parfois, et cruellement, oubli certains parmi les siens. Je poursuis mon sermon, coupé par d’innombrables «Amen» de l’assistance, des sourires coquets de jeunes demoiselles pucelles et d’hommes et femmes au regard absent. S’ensuivent la liturgie eucharistique, le pain, proportionné, et le vin, changé en eau en ces temps où le Seigneur Jésus est adepte d’austérité.

« In nomine Patris, et Filii, et Spiritus Sancti. Amen.»

La messe se termine, l’église se vide aussi vite que la taverne quand les coups de pistolets dominent, et certaines jeunes filles viennent me féliciter pour un sermon qui les gardera dans le droit chemin, de peur de devenir l’incarnation du brigand damné au feu éternel. Certaines abusent, d’autres surjouent, mais leurs parents font tôt de les rappeler à l’ordre, ne manquant pas de me tirer un sourire sur le visage. Ah, ces gamines! Je salue les fidèles, leur serre la pince, réponds à certaines questions loufoques sur le pardon à double tranchant du Christ, remarques qui auront le mérite de me soutirer sourire, approbation et paroles creuses pour ne pas entacher leur Foi. L’église devient rapidement déserte, mais non pas de son humidité et du petit bruissement de la pluie coulant de long de la toiture et des carreaux qui n’ont guère jamais été nettoyés… Puis au seuil de la porte, une jeune demoiselle, qui formules de politesse enchaînées, ne s’engage pas à quitter le lieu de culte.

«Mademoiselle Johnson, dites-moi, quel brigand votre vie accepterait-elle de personnifier si elle se retrouvait devant l’Ultime choix?», lui demandé-je, m’approchant d’elle. Je ne suis guère aveugle, son regard absent depuis déjà beaucoup trop de sermons m’inquiète et me fait douter la disparition de sa Foi. Puis-je lui en vouloir, moi qui, sans être un secret pour personne, convole publiquement les péchés et le piétinement des mauvaises voies?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Bastard and proud of it

Invité
Message Sujet: Re: In nomine Patris || Christopher Vargas 29th Décembre 2016, 00:11

In Nomine Patris

Lizzie survola le regard du jeune prêtre, se montrant intimidée et maladroite. Question de survit ? Peut être.. Mais c'était une survie personnelle, comme une façon de ne pas laisser ses failles visibles aux yeux d'un homme étroitement lié à des visions de son passé. C'est sans doute en pensant à cela que la jeune femme en oubliait sa cordialité. Négligeant sa posture pour adopter un visage à demi effrayé par le dilemme que lui opposait le jeune prêtre.. L'écarlate demoiselle redressait ses sourcils, minaudant au moins une réflexion visible bien qu'elle ne sache pas quoi répondre sur l'instant. Lizzie repensa à lady Brazelton et sa vision du jugement de dieu sur nos actions.. Des discours réducteurs et finement étudié que l'on avaient martelé durant toute son éducation ! (Du moins pour ce que la jeune fille avaient retenue de ses cours de bienséances) et duquel Lizzie se retrouvait à nouveau prisonnière en compagnie du jeune homme. Il était d'ailleurs bon à savoir que les nombreuses mésaventures de Lizzie l'avait rendu méfiante à l'égard des homme d'église..

Redoutait plusieurs choses par l'exercice de la confidence, même si cela pouvait se trouver aussi un excellent moyen d'obtenir des conseils. Le jeune prêtre aurait bien vite l'occasion de découvrir ce qu'il en était de l'état de sa foi envers l'église, (n'appréciant sûrement pas l'idée que sa présence ne puisse être qu'un moyen de se faire bien voir..) Il en aurait d'ailleurs su assez si la jeune femme avait répondre à son énigme, pour laquelle Lizzie continua de se trouver profondément désarmée.  

Voilà une question bien étrange mon père  affirma t-elle d'une voix calme.

Dos droit, mains jointes, la pauvre Lizzie rêvait de disparaître lorsque le moment fut venu d'affronter à nouveau l'image qu'elle cherchait tant à fuir. Se demandant même la raison d'une tel question après un office si joliment mené. Songeant par la même (et sans trop y avoir réfléchit) que la fuite n'était qu'imaginable et non palpable en de tel moments.. L'Aura de Monsieur Vargas transpirant parfois d'une certaine confusion merveilleuse entre sa fonction et sa capacité à faire ressentir le mystère.

 Je ne saurais vous le dire, y à t-il réellement de réponse à cette question ?
Lizzie lui souriait encore, bien qu'elle craigne déjà sa réplique.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Bastard and proud of it

Invité
Message Sujet: Re: In nomine Patris || Christopher Vargas 16th Janvier 2017, 19:44

In Nomine Patris

La pluie ne s’est pas calmée, tombant au même rythme lent pour se fracasser sans grands éclats sur les rues poussiéreuses de Deadwood. Une pluie qui n’handicape pas les plus travaillants de la petite ville, ni même ces femmes mariées qui marchent sereinement d’un endroit à l’autre pour s’assurer qu’à la fin de la journée, leur époux respectif puisse avoir sur le bout de la table de la cuisine un repas chaud répondant aux nombreuses exigences des hommes qui, après un sermon religieux et quelques verres au saloon, auront une faim de loup. Je regarde la pluie tomber au sol comme une poudrerie de neige au nord du pays, les mains jointes dans mon dos, n’oubliant pas la présence décontractée de la jeune demoiselle qui semble avoir en ces temps incertains la Foi autant qu’un vieux cochon en route vers l’abattoir. Une Foi aussi présente que le soleil dans le ciel, plongeant la ville du bois mort dans une monotonie qui saura satisfaire le chiffre d’affaires des tavernes de la grande route.

Une question difficile, à laquelle répondre devient un piège dont on ne peut plus se sortir. Admettre qu’un jour, nous deviendrons l’un de ces brigands? Est-ce une réelle alternative? Et qu’adviendra-t-il de notre âme si nous décidons en toute conscience d’être le brigand damné au feu éternel? N’est-ce pas une option qui germe de plus en plus dans ma tête? N’est-ce pas une option qui fait son cheminement dans ma quête d’une vie meilleure, et surtout, d’une vie dont j’ai jadis fait un trait pour sauver le peu de peau que le Seigneur m’a accordé? J’essaie de chasser ses questions de ma tête et concentre mon regard sur la jeune femme qui semble jongler entre l’envie de fuir et la réflexion à la question posée. Certes, une question bien étrange qui pose problème à toutes les âmes instables qui oseront réfléchir pleinement au sens de la question. Une question en soit bien simple, mais dont la réponse est un couteau à double tranchant, tant pour soi que pour notre entourage. Bien sûr, je ne m’attends guère à une réponse de la jeune Lizzie Johnson, mais ultimement, je sais qu’inconsciemment, la réflexion s’imposera d’elle-même dans ses esprits.

«À toute question sa réponse, mademoiselle Johnson, encore faut-il avant tout être prêt à l’entendre…»

La réponse de la jeune femme ne me surprend pas. Je m’y attendais, fort bien, mais le vide intérieur qui sévit dans le corps de cette jeune femme n’est non seulement nocif pour la Foi, mais pour son âme. Et à contrario des hommes d’églises de cent quatre-vingt-cinq ans, je sais reconnaître et admettre que l’âme doit passer avant la Foi. Sinon, quelle Foi vide qui nous habiterait…

«Pardonnez mon indiscrétion, mais sous vos pieds, les planches meurtries par vos maux de l’âme pleurent la disparition certaine de votre Foi.» J’observe le ciel, d‘une désolante grisaille, puis repose mon regard sur la jeune femme. «Les mots apaisent les douleurs. Que se passe-t-il?»

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Bastard and proud of it

Message Sujet: Re: In nomine Patris || Christopher Vargas

Revenir en haut Aller en bas
 

In nomine Patris || Christopher Vargas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» •• IN NOMINE MENS •• « Les Anges.. Les Démons.. Et Nous ! »
» Spider Juice. {Christopher Dawkins}
» Christopher Daniels
» Batista VS Edge VS Christopher Daniels VS Cody Rhodes.
» Christopher Paolini s'attaquera au Seigneur des Anneaux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Western Bastards :: One armed bandits :: Garbage can :: Dead end - Rp-