fais ta pub !
Bonjour, si vous aimez les retrouvailles guimauves, et les situations cocasses, Kelly Eve KIRK n'attends que vous , merci de votre attention :)

Pour mettre votre annonce sur ce panneau d'affichage, rendez-vous dans ce sujet !



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | .
 

 Welcome to fucking Deadwood w/ Al Swearengen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Bastard and proud of it
« Inscris le : 03/10/2016
« Messages : 486
« Pseudo : Beraberel (alex)
« Localisation : Deadwood depuis peu.

Message Sujet: Welcome to fucking Deadwood w/ Al Swearengen 14th Novembre 2016, 11:07

Welcome to fucking Deadwood !

« C’est encore loin John ? » demande Scott, le plus jeune du groupe Reevs. Il faut dire que depuis plusieurs jours, ils ne font que marcher, encore et encore, pour rejoindre les Black Hills. Cependant, le couple qu’ils ont rencontré a clairement conseillé John et Jack Reevs de ne pas rejoindre Deadwood par la marche, sans quoi, ils se feront attaqués et tués par les Indigènes. Ils ne sont que quatre, dont une demoiselle qui ne sait pas tirer et encore moins se battre, à l’exception d’une bonne gifle lorsqu’on la chatouille un peu trop. Quoi qu’il en soit, ils ne ressortiront pas vainqueur d’un affrontement avec les Lakotas et il n’est nullement dans les ambitions de John Reevs de tuer ses frères et sa sœur, il veut se racheter et pour ça, ils doivent arriver à Deadwood. Une des solutions les plus sûres d’après ce couple encore, c’est de prendre le chemin de fer, mais ça coute une fortune qu’ils n’ont pas. Avant d’y arriver, il va falloir gagner quelques dollars. Ils s’arrêtent dans une auberge pour la nuit et c’est sans surprise que John disparaît dans un saloon dans l’espoir de remporter une main victorieuse aux cartes. Minnie, quant à elle, n’hésite pas à séduire un homme charmant pour passer une nuit agréable, mais de plus, qui s’avèrera utile pour la famille puisque dès le lendemain, cet homme accepte de les laisser à Deadwood. Ils prennent une diligence pour traverser les Black Hills, non sans une certaine appréhension. « Qu’est-ce que vous comptez faire à Deadwood ? » demande l’amant d’une nuit. Minnie étire un sourire, levant les épaules : « Nous espérons y faire fortune. » Le reste du voyage se fera silencieusement, avec quelques échanges sans grande importance et heureusement, aucune altercation avec les Apaches. Sains et saufs, les Reevs débarquent dans la ville de Deadwood peu après midi. Aussitôt, ils partent en quête d’un toit sur leur tête pas trop cher jusqu’à ce qu’ils gagnent suffisamment d’argent pour soit construire une maison, soit en acheter une. La pension semble être la meilleure option, ils s’installent ici puis Minnie part déjà en quête d’un travail. Elle dévale les escaliers lorsque Jack, l’un des jumeaux, l’interpelle depuis l’escalier : « Minnie ? » Elle recule et penche sa trogne pour croiser les mirettes de son aîné : « Oui ? » « J’veux pas te savoir putain ? Tout sauf ça, c’clair ? » Elle remue de la tête, angélique. Refusera-t-elle une opportunité si elle se présente ? Évidemment que non, ils ont besoin d’argent et Minnie ne crache sur aucune besogne, aussi conséquente ou difficile soit-elle.


La rouquine longe William Street, puis bifurque sur la droite pour travers Gold Street. Au bout de la rue se trouve Main Street, là où elle pense avoir plus de chances même s’il y a des commerces un peu partout. Quitte à choisir, autant le faire bien. Personne ne la connait ici, autant en profiter pour oser se présenter là où théoriquement, la donzelle ne devrait pas y mettre un pied. Elle se présente au Bella Union Theater et rencontre le propriétaire. Putain de luxe, pourquoi pas, mais avant de se jeter sur ce poste, autant essayer de faire plaisir à ses frères en essayant toutes les cordes avant d’en choisir une seule. Minerva passe deux bonnes heures à rencontrer hommes et femmes, tenanciers et propriétaires de saloons ou autres commerces entrant dans ses petites attributions. Elle repasse pour la énième fois devant The Gem Saloon. Ses premières réactions ont été négatives ou plutôt pessimistes : « jamais je n’obtiendrais une place là-dedans » s’était-elle dit. Mais maintenant, après avoir exploré Main Street de long en large, il était temps d’oser, d’essayer. Elle replace une mèche rousse rebelle dans son chignon avant de pénétrer dans le saloon à l’odeur âcre, mêlant alcool et fumée. Il y a déjà de l’ambiance entre les hommes autour des tables à jouer aux cartes, les putains qui déambulent seins nus à l’étage en riant à gorge déployée ou les quelques danseuses sur scène qui attirent les regards. Pourquoi pas ? Minerva n’est pas plus laide qu’une autre, elle sait danser puisqu’elle l’a été pendant quelque temps. Déterminée, la rouquine s’approche du comptoir pour cogner trois coups dessus, afin d’attirer l’attention du bonhomme qui se trouve derrière. « J’aimerai parler au patron ! »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Bastard and proud of it

Invité
Message Sujet: Re: Welcome to fucking Deadwood w/ Al Swearengen 15th Novembre 2016, 10:08

Spoiler:
 



Malgré la concurrence des différents saloon de la ville, le Gem restait l'établissement favoris de la plupart des habitants de cette ville. Heureusement pour eux, d'ailleurs. Al ne prendrait guère bien le fait de les voir déserter pour de bon son saloon. Il faisait des efforts particuliers, pour offrir, encore et toujours, de la nouveauté à ses clients. Que ce soit dans le choix des boissons, des jeux de table, des combats, des filles... il n'y avait pas de quoi s'ennuyer chez lui. Encore moins, le temps de prendre une routine. On ne pouvait donc pas dire qu'il traité mal ses habitués.

Le patron était dans son bureau, en pleine conversation avec Wang. Le boss de Chinatown semblait pour le moins énervé. Et la conversation entre les deux hommes avaient quelque chose d'assez irréaliste. Ne parlant, aucun des deux, la langue de l'autre, c'était un mélange de signe, de dessin en bonhomme bâton et le peu de mots appris par l'étranger - des insultes pour la plupart - qui animaient l'échange.

Mais puisque Wang, fournissait le moyen à Swearengen de se débarrasser des cadavres trop encombrant, ce dernier se devait, à son tour, de rendre des petits services à la communauté chinoise. C'était comme ça qu'un partenariat tenait. Et même si parfois - souvent - Al mourrait d'envie de le virer de chez lui, pour arrêter de parler dans le vide. Il restait, attentif et à l'écoute de son interlocuteur. Tentant de comprendre au mieux les problèmes qu'il pouvait régner chez lui. Et là, à ce qu'il avait l'impression de comprendre, c'était bien qu'un blanc, se permettait de venir imposer sa loi à Chinatown, en son nom. Chose qui bien entendu, n'était en rien vrai. S'il terrorisait ainsi les jaunes, tout finirait par mal finir. Pour lui déjà et ensuite pour la réputation du boss du Gem. Bref, rien de bon pour sa réputation. Il promit de s'en occuper, de la façon la plus radicale qui soit, bien entendu.

Sur ces bonnes paroles rassurantes, l'autre accepta enfin de quitter le saloon, sous un soupire libérer de l'américain, qui n'en pouvait plus. Il avait besoin d'un bon verre.

- Et passe par l'arrière "cocksucker"!
Un des mots les mieux comprit par Wang d'ailleurs, vu comment notre protagoniste l'utilisait à outrance. Pas besoin que les clients voient ta face de citron par ici... manquerait plus que ça!

Retournant au comptoir, il attrapa un verre et le nettoya quelque peu, avant d'aller pour ce servir un verre. Ce fût à ce moment, qu'une voix féminine se fit entendre, tirant notre homme de ses réflexions, il se tourna pour lui faire face.

- Qu'est-ce que vous lui voulez, au patron, ma p'tite dame?

Avec son chiffon et le verre en main qu'il terminait de nettoyer, il pourrait être prit pour le simple barman, ce qui pourrait bien amener une situation amusante, pour lui en tous les cas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bastard and proud of it
« Inscris le : 03/10/2016
« Messages : 486
« Pseudo : Beraberel (alex)
« Localisation : Deadwood depuis peu.

Message Sujet: Re: Welcome to fucking Deadwood w/ Al Swearengen 15th Novembre 2016, 18:01

L’homme au bar se retourne, un verre et un chiffon dans les mains. « Qu'est-ce que vous lui voulez, au patron, ma p'tite dame? » Comment procéder ? Lui dire clairement les choses – soit que je cherche un travail – et ainsi ne pas tourner autour du pot. Soit la jouer légère séductrice, en espérant lui faire quelques effets pour qu’il daigne appeler le patron. Ou encore, jouer la victime. Mais je doute que la troisième solution soit la plus idéale, la seconde non plus. Franchise donc. « J’aimerai me faire embaucher ici. Il n’y a jamais assez de femmes dans le coin et beaucoup d’hommes, une petite nouvelle ne pourra que les attirer davantage, je pense. » D’un mouvement de tête, je confirme mes propres paroles sans chercher à m’étaler davantage. « Est-ce que le patron est là ? À moins que vous ailliez suffisamment d’autorité pour accepter de nouvelles filles dans le coin ? » Je l’observe un instant, pensant bêtement que je suis face à une tierce personne du Gem, soit le barman. A aucun moment, je ne pense qu’il s’agit du patron et je n’ai cette révélation que grâce au passage d’une femme qui s’adresse à lui en prononçant le mot « patron ». Bien évidemment, ce genre de bévue n’arrive qu’à moi et toujours dans des instants importants, comme maintenant. Je regarde partir la fille avant de revenir sur le gérant avec une grimace : « Je suis désolée, j’ignorais que vous étiez le gérant. Hmh… Du coup, cela va faciliter les choses puisque vous êtes déjà au courant de ce que j’aimerai. » J’étire un sourire, espérant naïvement l’atteindre. « Je peux vous parler de mes précédents emplois, si vous le voulez ou même vous montrer de quoi je suis capable. » Un court instant, j’oublie qu’il ignore pour quel poste je me propose. Lui montrer de quoi je suis capable… Je lève une épaule, de toute manière, je ne suis pas une prude. Je suppose que ce ne sont pas toutes les femmes qui osent proposer un « essai » avant de se faire embaucher. Pour une catin, suffit qu’elle ait un joli visage, un corps attirant et généreux pour que ça passe. Mais je suis une danseuse, donc je suppose que si mes jambes s’entrecroisent ou autre, il est normal qu’il veuille voir avant.


Cependant, il faudrait peut-être mieux lui dire avant : « Oh, je suis danseuse. » Je ne suis pas contre quelques petites passes, cela dit, puisque ça paye bien et qu’en plus, je vais pouvoir satisfaire mon envie permanente de la chose. « Je viens d’arriver, donc je ne connais encore personne ici. Et il n’y a pas de Monsieur, donc aucun risque qu’une bagarre ou histoire éclate à cause de moi. » Je ne me suis habituée à autant discuter, encore moins me vendre, mais je veux un travail. J’ouvre la bouche, puis la referme, je vais plutôt attendre qu’il dise quelque chose puisque je monopolise la conversation depuis tout à l’heure sans lui laisser en placer une. J’espère d’ailleurs que cela ne va pas me porter préjudice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Bastard and proud of it

Invité
Message Sujet: Re: Welcome to fucking Deadwood w/ Al Swearengen 16th Novembre 2016, 13:21


En attendant la réponse de son interlocutrice, Al se servait déjà à boire, elle finit par oser se lancer. Madame cherchait du travail. Très bien, il était toujours prêt à en offrir, s'il estimait que la personne en valait la peine. Et l'étrangère marquait un point. En effet, une femme était toujours bienvenue dans ce monde d'homme, encore plus une petite nouvelle, que personne n'avait encore pu... goûter.

- C'est une façon intelligente de penser. Avec un léger sourire. Il n'avait rien contre des gens qui savaient utilisés leur cervelle, ça lui changer de tous les imbéciles qui trainaient dans les parages. Après tout, tout le monde n'avait pas eu droit à une bonne éducation.

Swearengen aurait trouvé amusant de continuer un peu à jouer avec cette jeune femme, la faire tourner en bourrique, sans lui dire qui il était vraiment, mais une fille cassa le tout, en venant lui demander quelque chose et en s'adressant à lui comme elle le devait. Dommage, ça aurait été intéressant de découvrir un peu plus le caractère de la donzelle, face à un homme dont elle ne savait pas le titre.

- Je suis étonné que ce ne soit pas noté sur mon front que je suis le boss par ici.
Sur un ton presque affable, alors qu'elle continuait sur sa lancée. A croire qu'elle en avait vraiment besoin de ce boulot.

Il haussa un sourcil quand elle se proposa de lui montrer ce dont elle était capable. Toutes les filles n'étaient pas prêtes à s'adonner ainsi à un essai pour voir si elles méritaient le poste. Al allait d'ailleurs faire une remarque, mais cette dernière se repris au dernier moment, préférant préciser sa pensée et le boulot qui pouvait l'intéresser. Danseuse... dommage, elle était suffisamment mignonne pour attirer des clients dans une chambre. Enfin, tout pouvait se faire, au fil du temps.

- Parfait, je n'aime pas qu'on vienne déranger mes clients pendant qu'ils prennent du bon temps. Buvant cul sec son verre, avant de faire le tour du comptoir. On va voir ce que tu vaux, une petite danse pour nous montrer tes talents. Le patron du Gem s'approcha de la scène et tapa dans ses mains trois fois pour attirer l'attention du pianiste et des danseuses. Laissez la place à une potentielle nouvelle recrue. "Fitz", je compte sur toi. Pour qu'il fasse une bonne musique, bien entendu. Les autres filles descendirent alors, pour laisser place à la rousse.

C'était l'instant de vérité pour elle donc, les clients, surpris, regardaient dans leur direction, elle avait donc intérêt à faire bon effet. Croisant les bras, Al tourna la tête vers l'étrangère dont il ne connaissait pas encore le prénom, mais à quoi bon s'encombrer d'information inutile, tant qu'elle ne faisait pas partie de son personnel.

- Quand tu veux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bastard and proud of it
« Inscris le : 03/10/2016
« Messages : 486
« Pseudo : Beraberel (alex)
« Localisation : Deadwood depuis peu.

Message Sujet: Re: Welcome to fucking Deadwood w/ Al Swearengen 22nd Novembre 2016, 16:59

« Parfait, je n'aime pas qu'on vienne déranger mes clients pendant qu'ils prennent du bon temps. » J’étire un sourire. De toute manière, même s’il y avait un Monsieur, je n’accepterais pas qu’il me fasse une scène, encore moins qu’il m’interdise d’exercer cette profession sous prétexte que nous sommes mariés. Cependant, je suis loin d’en arriver là, car je ne crois pas à la fidélité d’un homme envers une seule femme, je sais que la tentation est partout et que l’herbe est souvent plus verte ailleurs. Le patron contourne le comptoir pour s’approcher de la scène afin de faire descendre les autres danseuses en action, pour que je puisse montrer ce que je vaux. J’avoue que pour le coup, je m’attendais plutôt à un essai, mais pas dans l’immédiat, sans les artifices utiles pour une danseuse. Je veux dire, avec cette robe, je n’ai rien d’attirant et ça ne dévoile rien. Quel type de regard vais-je attirer, à part ceux des curieux ? Je ne me laisse pas démonter pour autant, je m’approche pour monter les trois marches qui m’emmènent sur le devant de la scène, devant de nombreuses paires d’yeux braqués sur moi. Mes mirettes se tournent vers le pianiste qui semblait attendre mon attention pour débuter une mélodie entraînante. Par chance, je me souviens d’un enchaînement de l’ancien Saloon où je travaillais, sur cette même musique. Je m’exécute tout en jetant quelques regards vers les autres danseuses qui m’observent elles aussi, certainement pour critiquer mes mouvements ou mes expressions. Qu’importe, je me concentre sur un client en particulier pour le séduire lui puisque la salle n’est pas pleine à craquer et que je n’ai pas une tenue propice. La musique continue d’envahir la pièce et j’évite le regard du patron, plutôt intimidant. Je doute que ma performance soit à la hauteur, je suis prise aux dépourvues. Je soupire lorsque la musique s’abaisse et s’arrête tandis que je descends de la scène pour retourner auprès du patron. Les filles retournent sur scène et je les mire un instant, avec les froufrous et la jupette qui vole pour dévoiler leurs jambes fines. Avec ça, certainement que j’aurais fait un peu plus de sensation.


« Je sais que je n’ai pas été très… Enfin, avec cette robe, les hommes me voient comme n’importe quelle autre femme qu’ils vont croiser dans les rues. Si j’ai une tenue comme les autres danseuses, là c’est différent. » Je me gratte la nuque tout en levant les yeux vers ceux, sombres et mystérieux, d’Al Swearengen. « Ce que je peux vous dire, c’est que ça ne me gêne pas de descendre de scène pour aller auprès des clients, d’aller sur leurs genoux ou autres. Je n’ai aucun problème avec le corps à corps, avec les rapprochements… » Je tourne les yeux vers la scène avant de revenir sur le tenancier : « Laissez-moi une chance, un soir avec une tenue comme les autres filles et je vous prouverai que j’ai ma place ici, dans votre saloon en tant que danseuse… »


HJ:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Bastard and proud of it

Invité
Message Sujet: Re: Welcome to fucking Deadwood w/ Al Swearengen 29th Novembre 2016, 10:04

Spoiler:
 

C'était, bien entendu, calculé, qu'Al offre une danse d'essai à la demoiselle à l'instant, sans lui laisser le temps de se préparer. C'était aussi quand on était pris par surprise, sans préparation aucune, qui permettait de voir ce que l'on valait. Si elle réussissait à charmer quelques clients, habillée ainsi. Pas de doute qu'elle serait parfaite en danseuse. Al avait le sens des affaires et savait, depuis longtemps, comment engager ses gens.

Il l'observa donc monter sur la scène. Au moins, ne se laissa-t-elle pas démontée et prit donc le défi. Il l'observa dansé, les bras croisés, observant parfois les réactions qu'elle suscitait dans la salle. Certains hommes la regardaient faire, avec une petite lueur dans les yeux. Autant dire que ce n'était pas l'habit qui décourageait la clientèle d'avoir certaines idées fort peu catholique pour les dames de son saloon. Parfait. Elle semblait passer le test haut la main.

Quand elle revint vers lui, il lui servit un verre de whisky.

- C'était déjà pas mal.
Marquant un temps. Tu peux commencer dès ce soir. Ayant bien noté que madame était prête à faire plus que de la danse. Une demoiselle qui n'a pas peur des contacts, c'est tout ce qu'il me faut. Sache que tout ce que tu récupères comme gains, me reviens. Le salaire tombe à chaque fin de journée, en fonction du travail accompli.

Autant dire qu'il valait mieux se décarcasser pour bosser, si l'on voulait obtenir quelques dollars.

- Tu vois le type au chapeau là-bas? Pointant du doigt "Shooter". Il s'appelle Dean, c'est lui qui s'occupe de votre protection. Si un client devient trop désagréable, n'hésite pas à aller le voir, il s'en occupera. Posant le verre devant elle, comme pour sceller un accord. Des questions?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bastard and proud of it
« Inscris le : 03/10/2016
« Messages : 486
« Pseudo : Beraberel (alex)
« Localisation : Deadwood depuis peu.

Message Sujet: Re: Welcome to fucking Deadwood w/ Al Swearengen 29th Novembre 2016, 18:05

« C'était déjà pas mal. » Sérieusement ? Et bien, je n’aurais pas cru. « Tu peux commencer dès ce soir. » Je cache ma joie et je m’empêche de sautiller sur place, je doute que ça soit bien vu, mais je suis heureuse. Il semble satisfait que je ne sois pas contre les contacts, que c’est ce dont il a besoin. Je remue de la tête lorsqu’il parle du salaire et des gains. Les pourboires donc, doivent lui revenir. Ce n’est pas une surprise, c’était comme ça dans l’ancien saloon où j’ai bossé. Par contre, ça va être difficile de revenir avec ce que je vole, je doute qu’il en touche un bénéfice, mais je ne le ferai que si ça vient à s’ébruiter. Je me retourne lorsqu’il pointe un bonhomme plus loin, plutôt belle gueule et il précise que c’est le chaperon des filles. Bien. Je baisse les yeux sur le verre qu’il dépose devant moi, me demandant si j’ai des questions. « À quelle heure voulez-vous que je vienne ce soir ? » J’étire un sourire, prenant le verre pour le boire d’une traite en grimaçant légèrement. L’accord semble scellé. Après quelques derniers échanges respectueux et mon horaire pour ma première soirée, je file rapidement vers la pension pour annoncer la bonne nouvelle à mes frères. J’ai hâte de commencer et de tester l’ambiance de Deadwood, de voir comment sont les hommes. De rencontrer mes futurs collègues danseuses, les catins aussi et puis, l’équipe en général. J’espère que ça va bien se passer, mais je n’ai eu que très rarement des problèmes.


Après une bonne préparation, je retourne au Gem pour ma toute première soirée/nuit. Un passage à l’arrière pour enfiler une tenue plus adéquate et affriolante, les filles m’apprennent quelques pas que je ne connais pas et pour être en harmonie avec elle. Quelques règles également, comment ça se passe lorsqu’on descend dans la salle, si je suis pour ou contre. Bref, un début plutôt sympathique. Puis c’est le moment d’aller sur la scène pour séduire les hommes, je cours avec les autres filles avant de monter sur l’estrade devant toutes les tables. L’ambiance est déjà forte, les quelques notes résonnent et je commence à danser avec les autres filles, un large sourire accroché aux lèvres et quelques regards fiévreux en direction des mâles. C’est parti Minnie, mets-leurs en plein les yeux !


HJ:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Bastard and proud of it

Invité
Message Sujet: Re: Welcome to fucking Deadwood w/ Al Swearengen 7th Décembre 2016, 13:13

Spoiler:
 


A voir la tête de la demoiselle, Al pouvait parier qu'elle était ravie d'avoir décroché le job. C'était pourtant rare de sentir autant de bonne volonté et de motivation de la part d'une nouvelle employée. Les femmes en général, si elles venaient de leur plein gré, c'était plutôt qu'elles n'avaient rien trouvés de mieux et finissaient par se dire qu'il leur fallait un boulot, pour gagner une pitance. Rien de très agréable en somme. Donc des nanas comme cette Minnie, étaient rares. Autant en profiter. Elle ne ferait que mieux son boulot et lui rapporterait plus d'argent.

L'accord était passé, dès qu'elle but le verre, d'une traite en plus, ce qui ne manqua pas d'amuser le patron du Gem. A la bonne heure, voilà donc une donzelle qui allait leur en mettre plein la vue. Un bon point pour elle d'ailleurs, certains appréciaient ce genre de femmes. Il jeta un regard à sa montre gousset.

- 18 heures, le temps de t'échauffer un peu, avant l'arrivée des prospecteurs.

Puisqu'ils étaient la plus grande partie de sa clientèle et les plus intéressants à faire dépenser. Suffisamment fatigués, cherchant de quoi s'amuser et oublier leurs galères, ils pouvaient être prêt à mettre tout leur or, pour une bonne compagnie accompagnée d'un verre de whisky.

Les derniers détails posés, ils se quittèrent donc en bon terme. Al attendait de voir la soirée venir, pour prendre sa décision finale sur la petite nouvelle. Il fallait voir comment elle allait gérer les heures de rush. Il resta donc au bar pour la soirée, ne manquant pas de l'observer presque tout du long. Une chose devenait sûre au fur et à mesure que la soirée avancée, il avait sans doute fait une bonne affaire. Même Tess ne manqua pas de venir lui en faire la remarque, comme quoi...

Satisfait de sa nouvelle recrue, le patron du Gem s'était retiré dans ses appartements, pour prendre un peu de repos bien mérité. La journée avait été longue, un petit somme ne ferait pas de mal!


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Bastard and proud of it

Message Sujet: Re: Welcome to fucking Deadwood w/ Al Swearengen

Revenir en haut Aller en bas
 

Welcome to fucking Deadwood w/ Al Swearengen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Al Swearengen - Glorious Bastard

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Western Bastards :: One armed bandits :: Garbage can :: Dead end - Rp-