fais ta pub !
Bonjour, si vous aimez les retrouvailles guimauves, et les situations cocasses, Kelly Eve KIRK n'attends que vous , merci de votre attention :)

Pour mettre votre annonce sur ce panneau d'affichage, rendez-vous dans ce sujet !



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | .
 

 (hazel) so tired of being here

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Bastard and proud of it

Invité
Message Sujet: (hazel) so tired of being here 12th Novembre 2016, 18:28

hazel cheyenne seymour duplessis
24 ans - sans métier fixe- the wild horde

   
you never know who i am
Nom : Duplessis, un nom français qui trahit ses origines.  Prénom(s) : Hazel, un prénom peu commun puisque ce n’est pas un prénom chrétien, tout comme ses autres prénoms. Cheyenne est son second prénom, il lui a été donné par son père afin qu’elle n’oublie pas ses racines et son troisième est Seymour, c’est le nom de son parrain. Sa grand-mère et sa tribu ont l’habitude de l’appeler « Keezheekoni. », feu brûlant.  Surnom(s) : Les surnoms, ça vaut pour ceux qui sont connus non? ; Lieu et date de naissance : Elle est née sur les rives du Missouri, un peu en avance, dans un coin sauvage et inhabité, vingt-quatre ans auparavant, à la fin de l’été.  Âge : Vingt-quatre ans. Statut marital :  Célibataire au plus grand dam de sa mère qui a vu les années et les prétendants défiler sans qu’Hazel ne fasse son choix. La jeune femme n’a tout simplement pas envie de s’embarrasser d’un homme dans sa vie... pour le moment, car elle a envie de fonder une famille un jour... dans longtemps. Situation financière : Cela dépend si sa bourse est remplie ou non, et son niveau varie grandement. Généralement, elle accorde peu d’importances à l’argent, la nature lui fournissant tout ce dont elle a besoin pour vivre, et si elle n’a plus d’argents, elle fait du troc. Occupation : Aucune occupation spécifique. Elle a son cheval, et le monde devant elle. Parfois elle accepte quelques travaux pour obtenir un peu d’argent.  Arrivé(e) à Deadwood :Cela fait des mois qu’elle tourne autour, y allant, repartant, elle ne s’attarde jamais vraiment.  Groupe : the wild horde


   
everyone has a story, listen to mine
Chronologie:
 

Anecdotes:
 

Elle se souvenait que parfois, les gens se retournaient pour dévisager son père lorsqu'il marchait dans la rue. Elle ne comprenait pas pourquoi ils lui lançaient ces regards mauvais, voir changeaient carrément de trottoirs. Elle ne comprenait pas non plus pourquoi au début, on lui lançait des cailloux en l'insultant. Elle. En la traitant de fille de sauvage, de sang-mêlée. Elle ne savait pas ce c'était qu'un sauvage. Ni une sang-mêlée. Hazel comprit le rouge où quelqu'un traita son père de Peau-Rouge. Elle avait environ cinq ans. Il était vrai que son père, contrairement à sa mère, et à tous les autres hommes, avait la peau plus foncée, les cheveux sombres et trop longs pour être bien considéré. Lorsqu'elle demanda à sa mère, celle-ci se contenta de déposer un baiser sur son front en lui disant de dormir, qu'elle n'avait pas à s'inquiéter de cela pour le moment. Que parfois, les gens n'étaient non pas idiots comme la fillette pensait, mais simplement effrayés par les différences qu'ils n'acceptaient pas.
Elle ne comprenait pas pourquoi la langue qu'elle parlait avec son père, et son grand-père devait rester secrète, entre eux. Elle pouvait parler français, la langue qu'ils lui apprenaient aussi, parce que les gens aimaient cela, trouvaient que cela faisait bien. Mais l'autre, l'autre devait rester un secret, entre eux trois seulement.

Hazel se souvenait parfaitement du jour où son père partit à la guerre. Elle ignorait ce qu'était une guerre. Mais elle le revoyait encore, vêtu de son impeccable uniforme gris. Pour la première fois depuis qu'elle le connaissait, les cheveux qu'il portait mi-long avaient été coupés de près. Il avait embrassé sa femme, son père, et l'avait prise dans ses bras tandis qu'elle était restée sur le pas de la porte, le regardant monter l'allée jusqu'à disparaître de sa vue. Elle ignorait combien de temps il partirait, ni quand il reviendrait. Ils l'ignoraient tous.
Au début, la fillette se plaignit de l'absence de son père mais il y avait toujours sa mère, et heureusement son grand-père. Ceux-ci discutaient souvent ensemble, et un beau jour, Hazel trouva sa mère à faire quelques bagages. Très peu. Et le lendemain matin, elle quittait leur maison de Charleston à bord d'un chariot avec son grand-père. Elle ne pleura même pas, son grand-père lui promettant qu'elle reverrait sa mère. Lorsqu'elle lui demanda où ils allaient, il lui répondit qu'elle allait voir sa grand-mère. Du côté de sa mère, Hazel détestait ses grands-parents allemands, ils vivaient loin et ils parlaient surtout en allemand une langue à laquelle elle comprenait peu de mots. Alors elle fut excitée, surtout que son grand-père lui promit qu'elle allait voir une quantité de belles choses, des animaux sauvages, des bisons. Le voyage fut long en chariot mais indispensable car Hazel n'était qu'une enfant. Une enfant terrifiée de se retrouver dans cette nature sauvage mais rassurée de voir que son grand-père s'y connaissait parfaitement.
Un beau jour, les montagnes sacrées, les Black Hills furent en vue. Ce jour-là, ils abandonnèrent le chariot dont une roue avait cassé pour continuer à cheval. La fillette avait appris à monter à cheval, mais sur des poneys. Elle se débrouilla néanmoins le temps que son grand-père retrouve les traces de sa tribu. Hazel était à la fois excitée et apeurée. Elle était une enfant timide. Même si son grand-père lui assurait que tout le monde serait heureux de la voir, cela ne l'empêchait pas de trembler.
Enfin, ils retrouvèrent la tribu, arrêtée pour l'été dans une crique paisible, dans un vallon où serpentait une rivière. Hazel se souvenait parfaitement de sa première vision, gravée dans sa mémoire. Il y avait la beauté du lieu, les montagnes noires qui se découpaient dans le fond, la forêt de pins vertes, cette rivière claire et cette herbe verdoyante, ces tipis éclatants, les chevaux qui vagabondaient en liberté, ces rires qui lui parvenaient. Son grand-père, parti depuis une dizaine d'années fut très bien accueillie. Quand il mit pied à terre, tous les Indiens -les Tsitsistas- comme ils s'appelaient virent le saluer, le touchant. A son plus grand étonnement, Hazel comprenait ce qu'ils disaient. Enfin, une femme arriva. Une femme d'âge mûr, aux longs cheveux noirs. Elle se montra tendre avec son mari depuis longtemps parti, puis les invita tous deux dans son tipi pour alors s'enquérir de son fils dernier-né, celui qu'elle avait perdu, celui qui était parti dans le monde de son père. Enfin, Petite Louve tourna son regard sombre et sage vers Hazel avant de sourire en l'enlaçant.

Elle passa trois années merveilleuse parmi les Cheyennes. Sa famille. Elle fit la rencontre de ses oncles et tantes, de ses cousins. Parmi eux, le plus proche en âge d'elle était Hawk, Teetan. Ce fut lui qui lui appris à tirer à l'arc, étant lui-même excellent à cet art, bien plus que tous les autres. Il faisait la fierté de sa tribu pour ses talents et Hazel était persuadée qu'un jour, il gagnerait un nom de guerrier en rapport avec une flèche. Elle-même, à cause de son caractère qui s'était développé avait été nommée Keezheekoni, soit Burning Fire ou feu brûlant.
Et vers la fin de l'année 1864 alors qu'elle venait d'avoir dix ans, la tribu rejoignit une autre tribu à Sand Creek, s'éloignant des Black Hills. Un matin.
Le drapeau américain flottait pourtant sur le camp, signe que les Indiens présents avaient acceptés les directives du gouvernement. Hazel fut réveillé par les coups de feu qui pleuvaient sur le camp. L'un de ses cousins plus âgés, un guerrier déjà, fit irruption dans le tipi en leur disant qu'ils étaient attaqués, et qu'elles devaient fuir. Aussitôt, Hazel se leva ainsi que sa grand-mère et sortirent dans le froid mordant. Certains tipis étaient en feu, les gens courraient partout, certains tombaient, touchés, laissant sur le sol neigeux une traînée de sang.
Hazel ne se souvient plus de ce moment. Comme s'il a été occulté de sa mémoire car trop choquant. Elle se sent simplement soulevée par un soldat qui lui parle en anglais, lui demande ce qu'elle fait là en l'emmenant loin du camp. Elle revoit un drapeau blanc. Son père lui avait répété qu'un drapeau blanc était un signe de paix, et pourtant, ces hommes, ces soldats ont attaqués. Et ont tués sa tribu. Ont tués sa grand-mère. Elle la sentait, l'entendait courir derrière elle, puis un coup de feu, et plus rien, rien que le silence avant qu'elle ne soit emmenée par ce soldat. Elle avait dit qu'elle avait été kidnappée par les Cheyennes. Par peur. Pour éviter de subir le même sort qu'eux.
Et les soldats l'avaient emmenée. Elle fut renvoyée à Charleston par un train. Son grand-père vint la chercher. La ville avait été dévastée, ayant été le théâtre d'un siège. Sa mère était gravement malade. Ce ne fut que des années plus tard, alors qu'elle était en pensionnat, qu'Hazel appris qu'après le massacre de Sand Creek, les soldats s'étaient amusés à mutiler les corps et à rapporter des morceaux pour les exposer à New York.

La guerre prit fin, et ayant atteint l'âge de dix ans, Hazel fut envoyée dans un pensionnat pour jeunes filles. Avant de partir, elle revit son père, qui revint de la guerre -perdue-, abîmé et doublement meurtri. Ce jour-là, il abandonna définitivement la vie d'un Blanc. Il demeura à Charleston avec sa femme. Mais sans faire aucun effort en société désormais. Et il laissa partir sa fille.
Au début, tout allait bien, Hazel était éduquée, elle travaillait dur pour avoir un bon niveau, elle qui n'avait rien appris ces dernières années. Comme les autres filles, elle prétexta que la guerre l'avait empêchée de s'instruire, alors qu'elle était en fait, dans une tribu indienne. Mais un jour, ses parents vinrent lui rendre visite et ce jour-là, ses camarades découvrirent que son père était un « sauvage ». Alors commencèrent les brimades, les moqueries, la violence même. Les cailloux recommencèrent à pleuvoir sur elle. Elle ignora. Ce n'était rien en comparaison avec Sand Creek. Et son père repartit vers l'ouest dans l'espoir de retrouver sa famille.
Elle avait oublié ce qu'il s'était passé la plus grosse partie de la journée. Pourtant elle ressentait encore cette peur profonde et viscérale dont elle n'arrivait pas à se débarrasser.
Elle tint bon, se promettant qu'un jour, elle dépasserait toutes ces filles. Et elle réussit. A sa sortie du pensionnat, elle fut présentée à la bonne société de Charleston. Son père s'effaça pour ne pas lui porter préjudice, se contentant de payer ses belles tenues. Durant trois ans, Hazel joua à ce jeu. En fait, elle appréciait vraiment sa vie, la société, mais elle ne supportait pas l'hypocrisie. Un jour, Hazel décida de partir seule, retrouver son père qui s'était installé auprès de sa famille, dans la réserve où l'on avait installé son peuple.
Hazel ne regretta pas d'être repartie. On lui offrit un cheval, un magnifique étalon pie à la crinière ondulée. Le voyage fut difficile et douloureux mais elle se souvint de ce qu'on lui avait inculqué. En fait, elle adora être seule dans cette nature, sans rien ni personne pour lui dire quoi faire, ni lui dire qui elle était, elle qui se sentait déchirée entre deux peuples, deux cultures.


   
nobody is perfect, i am nobody
pseudo web : visenya. ; Prénom :    ; Âge :    Comment as-tu découvert le forum ?    Qu'en penses-tu ?    Avatar choisis : sophie cookson ; PV, Scénario ou Inventé ? inventé ; Un dernier commentaire ?    

   
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Bastard and proud of it

Invité
Message Sujet: Re: (hazel) so tired of being here 12th Novembre 2016, 18:28

Bienvenue et bon courage pour le reste de ta fiche!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Bastard and proud of it

Invité
Message Sujet: Re: (hazel) so tired of being here 12th Novembre 2016, 18:47

Bienvenue et bonne chance pour ta fiche, ton avatar est canon !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Bastard and proud of it

Invité
Message Sujet: Re: (hazel) so tired of being here 12th Novembre 2016, 18:52

Bienvenue parmi nous, et bon courage pour ta fiche Vu les bribes d'information que tu nous dévoiles, cette demoiselle promet d'être fort passionnante
En tout cas, si tu as la moindre question, n'hésites pas
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Bastard and proud of it

Invité
Message Sujet: Re: (hazel) so tired of being here 12th Novembre 2016, 20:04

Bienvenue parmi nous, je sens que Hazel va être très intéressante, j'ai hâte de lire tout cela. Si tu as besoin, n'hésites surtout pas on sera là pour toi
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bastard and proud of it
« Inscris le : 03/10/2016
« Messages : 486
« Pseudo : Beraberel (alex)
« Localisation : Deadwood depuis peu.

Message Sujet: Re: (hazel) so tired of being here 12th Novembre 2016, 20:34

Bienvenue chez les bâtards, Hazel
Je suis ravie de te retrouver avec nous miss, j'espère que ton aventure ici sera longue et vivante. On fera tout pour en tous cas Alors, le rendu avec ton beau design te convient ? What a Face Bon courage pour la construction de ta fiche, j'aime beaucoup les premières idées que j'ai lu


thief despite her


by beraberel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Bastard and proud of it

Invité
Message Sujet: Re: (hazel) so tired of being here 12th Novembre 2016, 21:29

merci
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bastard and proud of it
« Inscris le : 13/09/2014
« Messages : 683
« Pseudo : Farabriver
« Localisation : Deadwood depuis quelques mois maintenant

Message Sujet: Re: (hazel) so tired of being here 12th Novembre 2016, 21:47

bienvenue Hazel

A ce que je comprends, c'est une métisse indienne ? Si elle se nomme Cheyenne, non ?
Tu as attisé ma curiosité maintenant, alors j'attends de voir ce que tu vas écrire pour en savoir encore davantage !
En tout cas ravie de voir que tu nous à rejoins...une fois de plus !



Je pourrais mourir maintenant. Je suis juste…heureuse. Je n’ai jamais ressenti cela avant. Je suis précisément là où je veux être.
(c) black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Bastard and proud of it

Invité
Message Sujet: Re: (hazel) so tired of being here 12th Novembre 2016, 21:55

1/4 cheyenne oui
contente que ça plaise j'ai aucun problème pour jouer des femmes normalement
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bastard and proud of it
« Inscris le : 13/09/2014
« Messages : 683
« Pseudo : Farabriver
« Localisation : Deadwood depuis quelques mois maintenant

Message Sujet: Re: (hazel) so tired of being here 12th Novembre 2016, 22:00

Dean a été élevé par des cheyennes...on aura des points communs



Je pourrais mourir maintenant. Je suis juste…heureuse. Je n’ai jamais ressenti cela avant. Je suis précisément là où je veux être.
(c) black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Bastard and proud of it

Message Sujet: Re: (hazel) so tired of being here

Revenir en haut Aller en bas
 

(hazel) so tired of being here

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Hazel -- Behind Green Eyes .
» Wild ones Ҩ Hazel & Luis
» K. J. Hazel Le Garnier ⇝ Emma Stone
» Hazel » touche moi, mais seulement avec les yeux.
» bang, bang you shot me down. - hazel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Western Bastards :: One armed bandits :: Garbage can :: Cemetery - personnages-