fais ta pub !
Bonjour, si vous aimez les retrouvailles guimauves, et les situations cocasses, Kelly Eve KIRK n'attends que vous , merci de votre attention :)

Pour mettre votre annonce sur ce panneau d'affichage, rendez-vous dans ce sujet !



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | .
 

 Gabriel ~ He's ridin hard to catch that herd

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Bastard and proud of it

Invité
Message Sujet: Gabriel ~ He's ridin hard to catch that herd 11th Novembre 2016, 19:20

Nine fingers Gabriel
la trentaine - gâchette à louer - wanted : dead or alive

you never know who i am
Nom : j'en ai jamais eu ; Prénom : Gabriel ; Surnom(s) : Nine fingers, si vous avez besoin d'un dessin pour comprendre pourquoi, je peux rien pour vous ; Lieu et date de naissance : dans les Black Hills, il y a une quarantaine d'années ; Âge :environ trente ans ; Statut marital : la vie en menage n'a aucun interet, tant que y a des filles a louer en ville ; Situation financière : ça vient, ça ressort, je gagne et je dépense mais j'ai de quoi flamber un peu depuis mon dernier coup ; Occupation : ancien braqueur de convois, aujourd'hui gâchette à louer ; Arrivé à Deadwood : la ville avait pas un mois quand j'y ai posé mes valises; Groupe : wanted : dead or alive;


everyone has a story, listen mine


- Viens par ici gamin, faut que j’t’avoue un truc.. ou deux.
Deux qu’il dit, le vieux. Moi j’ai plutôt l’impression qu’il en a des dizaines, des trucs à me dire. Faut dire qu’on a jamais vraiment causé lui et moi. Il m’a élevé comme son gosse et a fait de moi une sorte d’héritier à son petit bazar, mais il a oublié les bases d’une relation père fils. C’est pas mon père, lisez pas entre les lignes là où y a rien à lire, il m’a élevé c’est tout. J’avais pas trois ans quand il m’a récupéré au milieu du massacre, enfin qu’il dit parce que j’aurais pu tout aussi bien en avoir deux ou cinq, j’m’en souviens pas assez bien pour le contredire. J’ai dit massacre, et je mâche mes mots.  Sioux, Apaches, Comanches, qu’est ce que j’en sais moi, ils étaient ma famille et quelques tarés se sont amusés à les descendre, c’est tout ce que je sais. Ça et que j’ai survécu. Les détails sont peut-être encore dans un coin de mémoire mais j’ai pas envie d’aller y fouiller. C’était une autre époque, une autre vie et ça n’a probablement pas le moindre intérêt. C’est le vieux qui m’a élevé, c’est lui qui m’a donné un nom, c’est lui qui m’a appris à survivre, le reste n’a pas d’importance.
- Si on m’avait dit un jour que j’arriverais à cet âge, j’aurais probablement descendu le faux prophète qui se croit plus malin que les autres. Juste pour lui apprendre à se foutre d’ma gueule.
- Nah, le vieux, tu te serais foutu de sa gueule à ton tour et t’en rirais encore aujourd’hui.
Ça le fait rire, puis tousser, puis s’tordre de douleur. Faut dire qu’avec le trou qu’il a dans le bide, se marrer comme ça n’est peut-être pas très judicieux. Quoi qu’il a toujours été comme ça, le vieux, à se marrer pour oublier le reste. C’est peut-être ça le secret, l’astuce pour approcher des soixante ans dans ce  bordel de monde. On a jamais été vraiment proches, comme j’disais, mais j’l’aide à se réinstaller, histoire qu’il se sente bien avant de partir. C’est pas que ses secrets m’intéressent vraiment, mais ça serait con qu’il arrive pas à les cracher avant de canner.
- J’voudrais pas que tu me haïsses, gamin. J’t’aime bien dans le fond tu sais..
- Ouai, moi aussi, le vieux.
Ça y est, je sais où il veut en venir. Il lui en aura fallu du temps pour le dire, ce.. secret là. Mais qu’il se rassure, je le sais déjà. Je suis pas con non plus, ni aveugle, ni sourd. Alors comment peut-il s’imaginer que ça m’a échappé toutes ces années ?
- Je sais.
Il me fixe avec de grands yeux ronds, la surprise et la peur se mêlant à la douleur qui planait déjà dans l’fond de son regard et moi, moi j’éclate de rire.
- Fait pas cette tête-là. T’as toujours été le vieux, le reste ne m’intéresse pas. Ils étaient personne.
La surprise reste, la peur s’effrite un peu pour faire place à une lueur malicieuse que j’avais peur de pas revoir avant qu’il parte.
- Alors quoi, c’est tout ?
- Bah ouai. C’est tout.
Je vais pas venger ma famille, ma famille c’est lui. Je sais bien que s’il m’a trouvé au milieu des corps c’est que c’est lui qui les avait mis là. Mais je me suis fait une raison. Et puis il s’est occupé de moi sans hésiter, le vieux. Il s’est rangé des affaires un temps, le temps que je sois en âge de tenir un flingue et de le suivre. Il s’est fait embaucher comme gardien de bestiaux pour que j’ai un toit au-dessus  de la tête et du pain sur la table. Ça a pas duré, bien sûr, il est retourné à ses magouilles dès que j’ai su tirer dans une bouteille à cent pas.
- T’as d’autres choses à dire, le vieux ?
Il fait non de la tête et j’en ajoute pas plus non plus. On sait tous les deux qu’il passera pas la nuit et ni lui ni moi on apprécie les effusions d’émotions. Et puis c’est pas not’ style. J’lui tape simplement sur l’épaule en signe d’affection puis je retourne m’installer de l’autre coté de la pièce. Il est pas vraiment seul et moi je suis pas non plus à son chevet, c’est très bien comme ça.

***

J’ai la tête qui tangue sévèrement, j’en aurais presque la nausée. C’était une sacrée chute faut dire. Un regard en arrière à la pente qu’on vient de dévaler et le vertige me reprend de plus belle.
- Dix. Gaby, ils étaient dix!
- Tu préfèrerais pas plutôt qu’on se remette à courir ? On aura tout l’temps d’en causer une fois de retour à Deadwood.
- C’est pas dit ça.
John a toujours été du genre bavard. Dans toutes les circonstances, surtout quand c’est pas le moment. Mais là, c’est carrément déplacé. On avait une tête à prendre, un groupe de mineurs qui faisaient de l’ombre à un autre, ça devait se passer comme sur des roulettes. Ils sont seuls, qu’on nous avait dit. Juste trois pauvres gars qu’on devait effrayer ou descendre s’ils voulaient pas entendre raison. Sauf que les trois gars, ils avaient embauché des gros bras. Et nous aut’, les quatre dindons de la farce, on était attendus.
- Merde John, ferme-la et court putain. Je pars sans toi si tu restes planté là plus longtemps.
V’là qu’il me sourit en fixant le colt dans sa main d’un air triste.
- Si tu comptes remonter pour venger les autres, compte pas sur moi. Je tiens pas à gâcher la chance qui vient de nous être donné de nous en tirer sans un trou dans la poitrine.
- Ça ira pour moi t’en fais pas.
Je hausse les épaules en reculant d’un pas, prêt à mettre les voiles et laisser cet imbécile sur place, mais le flingue, plutôt que de le ranger pour remonter la pente à quatre pattes, il le braque dans ma direction.
- Je peux savoir ce que tu fous ?
- Mon boulot, Gaby, rien de plus.
Le fils de chienne ! C’est pour ça qu’il a à peine tiré tout à l’heure ? Il bosse avec eux alors. Et je suis sur sa liste. John, John, John… et dire que j’ai du mal à me souvenir depuis combien de temps je le connais. Me trahir ainsi pour quelques dollars après ce qu’on a traversé. Il était déjà là y a trois ans quand j’ai pris cette balle dans la main, c’est lui qui m’a affublé du p’tit nom sous mon portrait, Gabriel les neuf doigts, après que le doc m’en ai coupé un pour m’éviter la gangrène. Un peau rouge ça a b’soin d’un surnom qu’il disait, un flingue qui se respecte aussi. C’est lui qui avait pris la décision de venir s’installer à Deadwood. On sera tranquille, qu’il disait. On sera comme deux frères invincibles au paradis qu’il disait.
- Combien ?
Quitte à ce qu’il me vende pour de l’or, je veux savoir ce que ma mort doit lui rapporter.
- Ça te regarde pas.
- Mauvaise réponse.
L’odeur de la poudre, le bruit des colts, la rage qui me vibre jusque dans les tempes, puis ce silence trop lourd comme je m’avance vers lui. Il lâche son colt et pose un genou à terre en se tenant le bide.
- T’es vraiment trop con, John.
Tout en le gardant en joue, je ramasse son colt et je soupire un grand coup.
- Vraiment trop con.
La poudre à nouveau comme il s’effondre cette fois avec un trou entre les deux yeux.  C’est drôle, il fut un temps où j’pensais que le jour où il se ferait descendre, j’aurais plus de peine que pour le vieux. Il disait quoi celui-là déjà à propos des faux prophètes ? A ouai, que si on lui avait dit qu’il crèverait à un âge avancé, ça l’aurait foutu en rogne parce qu’il aimait pas qu’on se foute de sa gueule. Sans doute qu’il aurait pris ça pour une insulte. Moi si on m’avait dit que John me ferait ce coups-là, j’aurais probablement réagit pareil. Preuve que rien n’est jamais si évident qu’il n’y parait. Alors à quoi bon me mentir et dire qu’une fois rentré je me contenterais de bosser en solo. Rien n’est jamais écrit…




nobody is perfect, i am nobody
pseudo web : redhairedmoira ; Prénom : Sophie ; Âge : à deux semaines des 29 ans ; Comment as-tu découvert le forum ?    ; Qu'en penses-tu ?    ; Avatar choisis : Nestor Carbonell ; PV, Scénario ou Inventé ? inventé ; Un dernier commentaire ?  

Revenir en haut Aller en bas
 

Gabriel ~ He's ridin hard to catch that herd

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Justin Gabriel Vs Evan Bourne
» Kane, Dolph Ziggler & Randy Orton VS Edge, Justin Gabriel & Chris Jericho
» Justin Gabriel Vs Mark Selling Vs Rob Van Dam Vs Alex Price Vs Curt Hawkins Vs Drew McIntyre
» David Otunga & Wade Barret & Chris Benoit Vs Justin Gabriel & Cody Rhodes & John cena
» Justin Gabriel Vs Big Show Vs MVP Vs James Storm

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Western Bastards :: One armed bandits :: Garbage can :: Cemetery - personnages-