fais ta pub !
Bonjour, si vous aimez les retrouvailles guimauves, et les situations cocasses, Kelly Eve KIRK n'attends que vous , merci de votre attention :)

Pour mettre votre annonce sur ce panneau d'affichage, rendez-vous dans ce sujet !



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | .
 

 Legend of the Fall - Dean

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Bastard and proud of it
« Inscris le : 30/09/2016
« Messages : 363
« Pseudo : Farabriver
« Localisation : Deadwood depuis sa création

Message Sujet: Legend of the Fall - Dean 9th Novembre 2016, 15:04

Dean "Shooter" Barrett
27 ans - Homme de main - Wanted : Dead or Alive

you never know who i am
Nom : Barrett, c'était le nom de ses parents, il le sait parce qu'il s'en souvient. Il a suffisamment entendu "Dean Barret ! Sale garnement" pour l'avoir gravé dans son esprit. ; Prénom(s) : Dean ou Paco "Aigle à tête blanche" lorsqu'il était chez les Cheyennes ; Surnom(s) : Shooter, parce qu'il rate très très rarement une cible, bien entendu, il n'y a pas de perfection en ce monde...il n'est pas Dieu, il fait des erreurs ; Lieu et date de naissance : 14 mai 1851 dans une ferme de l'Etat du Kansas. Il est l'un des derniers enfants -très très nombreux- du couple Barrett. Ne lui demandez pas si lui connait sa date d'anniversaire, il vous répondra seulement que dans le temps, on lui fêtait lorsque le temps tournait au beau; Âge : 27 ans ; Statut marital : Sans aucun intérêt, s'encombrer d'une bonne femme !? Pourquoi faire ? Elle l'obligerait à aller à la messe, alors qu'il n'est pas croyant et à rentrer à la maison tous les soirs. Pire encore, il ne pourrait plus quitter la région sans elle ! ; Situation financière : Convenable, il a plus trop à me plaindre, depuis qu'il bosse pour Al ; Occupation : Il a été guerrier Cheyenne et chasseur de bison. Lorsqu'il quitta les Indiens, il continua de tuer des bêtes pour vendre les peaux et la viande. Voulant gagner plus, il s'improvisa chasseur de prime avant de tomber sur Travis Kidd Jr et de tourner mal. Il rentra dans sa bande et braqua des banques jusqu'à se remplir les poches. Mais cette vie là, ne lui convenait pas, il investit son argent dans une mine qui s’avéra être juste un morceau de roche sans importance. Afin de se refaire une santé et de se faire oublier encore un peu des autorités qui le recherchent encore pour meurtre, il trouve dans la ville de Deadwood une place au Gem. Devenu Homme de main et protecteur des filles du Saloon, il lui arrive parfois de faire quelques nettoyage pour son boss. ; Arrivé(e) à Deadwood : le 20 février 1877, cela fait presque deux ans ; Groupe : Wanted : Dead or Alive ;


everyone has a story, listen mine
Les souvenirs d’enfance de Dean sont si épars et si lointains qu’il lui serait bien impossible de vous dire s’ils sont réels ou de simples tergiversions de son esprit. Il sait vaguement qu’il a vécu dans une famille du Kansas, presque le dernier d’une très nombreuse fratrie. Leurs visages sont flous, il sait juste son nom. Ce n’est pas qu’il est des troubles de mémoire, juste qu’il ne garde de ses 6 années que de brumeux souvenirs qui s’effacent avec le temps. Le petit habitait avec ses parents près de la frontière entre le futur Kansas et le territoire indien. À cette époque, une bonne partie des territoires n’étaient pas encore nommés, ni habitables d’ailleurs. Sa mère, une bonne femme du sud élevait tant bien que mal une tribu d’enfants qui faisaient plus la loi qu’elle n’arrivait à le faire. Leur père, toujours partie n’était au final bon que pour engrosser leur mère à chacun de ses séjours dans la ferme familiale. Le petit Dean grandit sans aucune notion de ce qui était bon ou mauvais, il n’allait pas à l’école, trop rebelle pour se plier aux ordres, il crachait sur les jupons des femmes lorsqu’il se rendait en ville et préférait échapper à sa mère que de lui obéir.

En 1857, le jeune garçon échappant comme toujours à la surveillance de sa mère et ses aînés allant faire un tour près de la rivière. Voyant une chose qui brillait sur un îlot au milieu de l’étendue d’eau, il plongea sans réfléchir pour aller prendre ce qu’il pensait être précieux. Seulement, c’était sans compter sur le courant puissant à l’endroit du fleuve qui l’entraina sans qu’il ne puisse y échapper. Il échappa, on ne sait comment à la mort par noyade, lui-même ne sait ce qu’il s’est passé. Il s’est juste réveillé en pleine nuit, les hurlements des coyotes lui ayant fait ouvrir les paupières, là, sur une berge, il avait froid, il n’avait pas de feu. A-t-il eu peur ? Très probablement, après tout, il n’était qu’un enfant. Trouvant refuge dans un arbre près de la berge, il y resta jusqu’au matin, son corps frissonnant et le ventre grondant sa faim. Est-ce que sa famille allait s’inquiéter ? Allaient-ils partir à sa recherche ? Et tant bien même, il avait parcouru des kilomètres dans cette rivière brutale, ils le penseraient probablement noyé et ne chercheraient guère plus loin. Ce n’était pas comme si sa mère n’avait pas assez d’enfants.

L’enfant débrouillard qu’il était du haut de ses 6 ans marcha pendant longtemps, trouvant quelques nourritures éparses pour sustenter sa faim qui le tiraillait par moment. Suivant ses pieds, fatigué et assoiffé le petit après 3 jours de survie plus que providentielle finit par croiser le chemin de trois indiens qui chassaient le bison. Pointant en premier lieu leurs armes vers l’enfant, ils finirent par comprendre qu’il n’était pas un danger. Ils emmenèrent le garçon dans leur camp, lui donnant à boire et à manger. Ils tentèrent de se faire comprendre, mais le dialogue était bien inutile, Dean n’y entendait rien. Les jours passèrent après 6 mois de vie avec les natifs, le jeune garçon arrivait enfin à se faire comprendre. Le peuple qui l’avait recueilli se nommait les Tsitsistas dans leur langue ou Cheyennes par les colonisateurs. Enfant toujours aussi insoumis, les Indiens eurent vite fait de le remettre dans le droit chemin, lui enseignant leur culture et leurs traditions, sans compter l’attention et l’amour dont il avait besoin. Sa mère adoptive se nommait Huyana (Pluie qui tombe), elle avait perdu son époux dans une chasse aux bisons durant un hiver. Cette mère de substitutions fit de Dean un vrai enfant des plaines. En grandissant, Dean servit de traducteur entre les Cheyennes et les blancs qui souhaitaient faire du commerce avec les Indiens. Ce qui permit surtout au gamin de ne jamais perdre sa langue natale. Il n’apprit ni l’écriture, ni la lecture, toutes les traditions et les histoires des Tsitsistas étant transmises à l’oral.

Lorsque Dean, renommé pendant des années Paco (Aigle à tête blanche), décida qu’il était temps pour lui de voler de ses propres ailes, il profita d’un marchand de peau pour regagner la civilisation et son vrai peuple. Il était reconnaissant à sa tribu et plus encore à sa mère, qu’il se jura de ne jamais oublier. Cependant, il n’était pas de chez eux et l’envie de voir du pays, lui titillait les pieds. Qu’il eut grand mal à chausser, lui qui avait passé plus de dix années sans porter de bottes. À 17 ans, il devait se trouver du travail, et chasseur de bison n’étaient pas spécialement très recherchés dans les villes des blancs. Pourtant, il lui fallut bien se vêtir, manger et dormir, la vie fut rude les premiers temps, il récoltait un peu d’argent avec la vente des peaux et de la viande, mais ce n’était pas suffisant. C’est plus ou moins à cette époque qu’il découvrit son don pour les armes à feu. Fort de ce talent, il s’en servit pour se remplir les poches, certes de manière peu louable, mais visiblement dans ce monde-ci, plus tu étais mal honnête ou sans scrupule et plus tes poches se remplissaient. Dean commença par des petits contrats, enchainant les bandits et autres hommes recherchés pour petits délits. Chasseur de prime, un métier qui vous endurcit et le jeune Barrett eut son lot de mésaventure pendant cette période qui dura bien 4 années pleines.

Les aléas de la vie sont parfois providentiels et c’est en manquant de se faire trouer la peau par un certain Travis Kidd Jr, qu’il se trouva une nouvelle occupation. Intéressé par les talents de celui qu’on nommait Shooter, le bandit passa un accord avec Dean, lui promettant plus d’argent en le rejoignant qu’en le livrant. L’entente fut immédiate et l’enfant du Kansas se retrouva très rapidement l’homme sur qui un contrat trônait sur les affiches de récompenses. Il trouva dans cette vie de liberté et de non-respect des lois, une libération. Tuer ne le dérangeait nullement, bien au contraire, il avait été élevé pour tuer les blancs voleurs de territoire. En plus de servir de sniper et bon shooter, Dean trouva également son utilité lorsque la bande croisait le chemin de quelques Indiens qui comprenaient les langues algonquiennes. Il ne resta pas très longtemps au côté de Kidd, un peu plus d’une année, mais cela suffit pour qu’il se retrouve recherché pour meurtres dans quelques villes. Cette vie de bandits était certes grisante, mais c’était comme si une voix au fond de lui rappelait à Dean qu’il n’avait pas sa place parmi les braqueurs. L’argent coulait, cependant, cela ne suffisait pas.

Il laissa la bande alors qu’il se trouvait aux alentours des Black Hills, les rumeurs commençaient à affluer dans le coin, de l’or avait été trouvé. Il investit la totalité de son argent dans l’achat d’une mine à la frontière des Black Hills, ne voulant pas provoquer les esprits en fouillant les Terres sacrées des Lakotas. Après tout, il restait un Cheyenne quelque part dans son cœur et les traditions de son peuple d’adoption ne pouvaient pas s’effacer d’un claquement de doigts. Son investissement se trouva être infructueux et il la céda à un homme de l’Est au fort accent. Il la vendit pour une poignée de dollars ridicule, en trois ans, il n’avait fait que perdre son temps. Il se trouva un job dans un saloon comme barman, puis, ce fut l’arrivée en masse de pionniers, cherchant de l’or au pied des Black Hills, l’armée voulut avoir sa part, provoquant une guerre avec les Lakotas. Ce n’était pas ses affaires, il ne voulait pas se mêler à ça, mais son âme d’ancien guerrier, dont le totem était l’aigle souffrait de voir les Indiens se faire massacrer. Pire encore, voir les hommes blancs profiter des terres sacrées qui leur appartenaient. Seulement, Dean savait que le monde va toujours dans un sens, les plus forts écrasent les plus faibles, rien n’aurait pu empêcher cela. Il décida de franchir la frontière, n’oubliant pas d’honorer les dieux totems pour ne pas se faire chasser par les esprits des anciens. Il trouva déjà bien installé, la ville de Deadwood, un bien sinistre mot pour une région aussi belle et verdoyante que celle où elle était installée. Mais qu’importe, il se présenta dans différents lieux avant de trouver un poste au Gem, Saloon, salle de danse et autres jeux. Simple surveillant des filles de Al dans un premier temps, il finit par obtenir la confiance du propriétaire des lieux qui lui donna le grade non officiel d’homme de main. De nouveau, Dean allait pouvoir jouer du flingue pour éliminer des crapules ou peut-être même des gens bien…mais il préférait croire qu’aucun homme n’est innocent dans sa vie et lui ôter la vie lui rendait service.


nobody is perfect, i am nobody
pseudo web : Farabriver ; Prénom : Cindy ; Âge :    ; Comment as-tu découvert le forum ?   ; Qu'en penses-tu ?    ; Avatar choisis : Clint Scott Eastwood ; PV, Scénario ou Inventé ? Inventé ; Un dernier commentaire ?    



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Legend of the Fall - Dean

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» TWR 2vs2 The Rise and Fall of Rome
» Bye bye little legend.
» The legend of Zelda : Spirit tracks
» Legend of the burning sands
» Dessin animé "The Legend of Zelda"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Western Bastards :: One armed bandits :: Garbage can :: Cemetery - personnages-