fais ta pub !
Bonjour, si vous aimez les retrouvailles guimauves, et les situations cocasses, Kelly Eve KIRK n'attends que vous , merci de votre attention :)

Pour mettre votre annonce sur ce panneau d'affichage, rendez-vous dans ce sujet !



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | .
 

 James Hernandez ~ The Huntsman

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Bastard and proud of it
« Inscris le : 11/10/2016
« Messages : 894
« Pseudo : Padme
« Localisation : Deadwood

Message Sujet: James Hernandez ~ The Huntsman 6th Novembre 2016, 23:24

James Hernandez
31 ans - Propriétaire d'un Saloon  - My Name is Nobody

you never know who i am
Nom : Hernandez Prénom(s) : James Christopher Surnom(s) : The Huntsman Lieu et date de naissance : Dans le désert un certain jour de janvier 1847Âge : 31 ans Statut marital : Veuf Situation financière : Confortable ; Occupation : Propriétaire du Nuttal & Mann's - N° 10 Arrivé(a) à Deadwood : 1876 Groupe : My Names is Nobody


everyone has a story, listen mine

☆ James est un excellent chasseur et pêcheur. Il aime se retrouver dans la nature qui le calme et l’apaise. James à d’excellents rapports avec les membres des différentes tribus indiennes. Il s’est d’ailleurs fait plusieurs amis parmi eux.

☆ Ses parents sont morts depuis plusieurs années. Il a deux frères. L’un plus âgé que lui (Miguel) et un autre qui est plus jeune (John).  

☆ Il déteste la politique et les discours inutiles. « J’ai souvenir que mon père nous répétait souvent en parlant de politique que partout où il y a de l’homme, il y a de l’hommerie. Qu’il fallait toujours rester vigilant et de ne jamais accorder sa confiance à un homme politique quel qu’il soit. Enfant, je ne saisissais pas ce qu’il voulait nous dire, mais en vieillissant, j’ai compris le sens de ses paroles. Peu importe qu’il soit sur les premières ou les dernières marches du pouvoir, l’homme cherchera toujours à dupé, mentir et voler son prochain pour assurer son avancement. Pour ces raisons et bien d’autres, je n’ai aucune confiance envers les politiciens. »

☆ J’ai fait récemment l’acquisition du saloon Nuttal & Mann's - N° 10. Le commerce a perdu beaucoup de son lustre depuis qu’on y a retrouvé la dépouille sans vie de Wild Bill Hickok., mais cela ne me gêne absolument pas. Je n’ai pas du tout l’intention de faire de l’ombre au Gem’s.

₪₪₪₪₪

Il était une fois l’histoire d’un homme bon et juste. Un homme simple et courageux. Un homme qui avait à cœur sa famille et sa patrie. Un homme connu et respecter par ses pairs. Un homme travaillant qui avait du cœur au ventre. Un homme qui avait reçu de ses ancêtres un talent rare pour forger les plus belles et plus puissantes armes au sud du Rio Grande. Son talent si rare et si appréciable fut remarqué par nombreuses personnes tant et si bien qu’il fut un jour embauché par certains généraux américains pour leur créer de belles et solides épées. Cet homme portait le nom de Diego Hernandez. Il était mon père. Cet homme je l’ai admiré toute ma vie. Il m’a appris tout ce que je sais et je ne pourrai jamais l’oublier.  Son histoire est liée à la mienne ainsi qu’à celle de mes frères. C’est parce qu’un jour, il a aimé une femme plus que tout que je suis venue au monde. C’est cette histoire que je veux vous raconter.

₪₪₪₪₪

~ Hernandez Family History ~


Issu d’une famille très nombreuse, Diego Hernandez a appris très jeune qu’il lui faudrait travailler dur pour s’arracher à la pauvreté. Heureusement pour lui, son père et son grand-père avaient reçu des Dieux un talent divin pour la forge et la fabrication d’armes. C’est grâce à leur enseignement qu’il a réussie à se bâtir une petite affaire qui avec le temps a connu du succès et lui a permis à vivre dignement et aider les siens. Pendant des années, il a consacré tout son temps et son énergie à son entreprise. Chaque pièce qu’il gagnait lui servait à acheter de la nourriture, des vêtements ou des biens pour aider ses parents et ses frères. Partout où il passait, Diego était respecté et on reconnaissait sa grande générosité et son talent.

Pourtant malgré ses innombrables qualités et sa grande générosité, il se trouvait des gens au sein même de sa famille pour le détester et l’envier. Étant le cadet de la famille, ce n’était pas dans l’ordre normal des choses que Diego prennent soin de ses parents seulement ses deux aînés étaient nés avec des handicaps physiques qui les limitaient dans leur travail et dans leur capacité à subvenir aux besoins de la famille. Sachant la jalousie et l’envie de ses frères à son égard, Diego tentait toujours de les aider et les mettre en valeur seulement, il n’arrivait jamais à les contenter. Ne voulant pas créer davantage de conflits au sein de sa famille, Diego décida donc un jour de quitter son pays pour tenter sa chance dans ce nouveau pays qu’on appelait les États-Unis.

Après un très long voyage, Diego s’installa finalement dans un endroit appelé San Antonio. Il s’agissait alors d’une toute petite ville habituée majoritairement par des expatriés comme lui ainsi que par des voyageurs de passage à la recherche d’or. Pendant les premières années, Diego eut du mal à se faire à son nouveau chez lui, mais grâce à son travail, il avait réussi à se recréer une nouvelle vie. Son talent et son travail étant de qualité supérieure à ce qu’on retrouvait sur les marchés de l’époque, il devint rapidement très recherché, et ce au sein même de la nouvelle armée américaine. Ambitieux et voyant tout le potentiel que ce nouveau pays avait à offrir, Diego se mit à ébauché certains projets de grande envergure seulement pour mettre ses idées en œuvre il avait besoin d’aide. N’ayant confiance en aucun étranger pour monter son affaire, il décida alors de faire appel à ses frères. Avec les années, Diego espérait que la jalousie de ses derniers s’était adoucie à son égard et qu’il pourrait réussir à faire la paix avec eux et profiter de cette chance qui leur était offerte pour que tous puissent s’enrichir et s’établir dans ce nouveau pays. À sa grande surprise, les frères de Diego acceptèrent son offre et ils vinrent à leur tour s’installer avec lui afin de créer ensemble l’une des toutes premières compagnies du pays appelé Hernandez Building. Rapidement, la compagnie connut un grand succès et ils furent de plus en plus populaires dans la région.

Les années passèrent et la compagnie prenait de plus en plus d’expansion tant et si bien que les frères Hernandez étaient devenus très riches et bien en vue dans toute la région. Un dimanche alors qu’il se rendait à l’église Diego croisa la route d’une belle inconnue. Jamais il n’avait vu pareille beauté. Ses yeux avaient la couleur du ciel et de la mer. Ses longs cheveux couleur de blé tombaient sur ses hanches en une cascade de boucles parfaites. Pendant un instant qui lui parut une éternité, leurs regards se croisèrent. Un regard profond chargé de désir. Cette jeune femme était l’incarnation d’un ange à ses yeux et il sut à cet instant qu’il en était amoureux sans même la connaître.

Après cette première rencontre, Diego chercha à retrouver la jeune femme. Il fallait qu’il lui parle, qu’il sache de qui il s’agissait. Il commença à délaisser un peu son travail pour retrouver la jeune inconnue. Après des semaines de recherches, il la retrouva par hasard alors qu’elle se dirigeait vers le marché. Timide et réservé, Diego hésita tout d’abord à lui parler. La jeune femme était richement vêtue et accompagnée de deux suivantes qui ne la quittaient pas des yeux. Elle devait sûrement provenir d’une famille très riche pour être ainsi vêtue et surveiller. Bien qu’il soit lui-même fortuné, Diego savait fort bien qu’aux yeux des Américains et des étrangers, il n’était qu’un immigrant mexicain et il se demandait si la jeune femme allait le rejeter pour cette raison. Ne voulant pas perdre sa chance après tant d’efforts pour la retrouver, il prit son courage à deux mains et osa parler à la jeune femme. Surprise par son approche la jeune femme se montra d’abord craintive, mais la gentillesse et les bonnes manières de Diego suffirent à ce qu’elle soit séduite à son tour. Ce premier contact ne dura que quelques minutes, mais déjà on pouvait sentir une forte attirance entre les deux jeunes gens. Dans les semaines qui suivirent, ils firent l’impossible pour se revoir le plus souvent possible. Ils voulaient tout savoir l’un de l’autre. Malgré le fossé qui régnait entre leurs deux mondes, ils se découvraient plusieurs affinités et points communs. Doucement, ils étaient gagnés par l’amour. À chacune de leurs rencontres, leur amour grandissait et s’épanouissait. Ils se mirent alors à s’échanger de doux baiser et des promesses d’amour.

La jeune fille qui avait gagné le cœur de Diego se prénommait Johanna Levingston. Elle était la fille d’un pasteur anglais. Depuis qu’elle était toute petite, son père rêvait de la voir épouser un gentleman anglais afin qu’elle puisse retourner dans leur patrie d’origine loin de ce pays qu’il qualifiait de barbares et sauvages. Remarquant un changement dans le caractère et les habitudes de sa plus jeune fille, Herman Levingston se mit à la faire suivre et quand il découvrit que sa fille voyait en secret un mexicain, il entra dans une grande fureur. Ne voulant pas que son sang soit souillé par des races qu’il qualifiait d’impures, il enferma la jeune femme dans sa maison et lui interdit de revoir Diego. Malheureuse d’être privé de son amoureux, Johanna eu beau plaidé la cause de son aimé et faire valeur à son père toutes ses qualités ce dernier resta sourd aux pleurs de sa fille.

Désespérer et sentant que son père cherchait à lui arranger rapidement un mariage pour l’éloigner de Diego, la jeune femme fit preuve d’audace et refusa de se soumettre aux volontés de son père. Pendant des jours, elle resta enfermée dans sa chambre et elle entama une grève de la faim. Les semaines passaient et la jeune femme était de plus en plus maigre et frêle. Sa santé était mauvaise et les médecins craignaient le pire. Un jour que son père était absent de la maison, la nourrice de Johanna eut pitié d’elle et lu ouvrit les portes de sa prison. Sachant que la jeune femme serait prête à se sacrifier par amour, sa nourrice lui donna le peu d’argent qu’elle avait et l’aida à rejoindre son bien-aimé. Fou de joie de pouvoir retrouver la jeune femme, Diego promit de la protéger et ils se marièrent secrètement. Quand quelques semaines plus tard son ventre se mit à grossir, elle sut alors que Dieu les avait bénis. Elle portait en elle l’enfant de son tendre Diego. Désormais, son père ne pourrait plus jamais les séparer. Apprenant la fuite de sa fille et son mariage secret, le père de Johanna se promit de détruire l’homme qui avait osé souiller sa fille et son nom. Il fit alors tout en son possible pour ruiner Diego et ses frères et les força à quitter la ville.

N’ayant plus aucun avenir à San Antonio, Diego, ses frères et leurs familles quittèrent la ville et se mirent en quête d’un nouveau foyer. Ayant entendu parler de la ruée vers l’or et des possibilités qu’offrait la Californie, ils se mirent en route comme tant d’autres gens vers ce nouvel Eldorado. En route, Johanna mit au monde son tout premier fils qu’ils nommèrent Miguel.

₪₪₪₪₪

Sur le chemin vers la Californie, Diego et Johanna se firent plusieurs amis, mais surtout ils se rapprochèrent des deux frères de Diego. Ces derniers biens qu’amer d’avoir tout perdu firent le serment avec leur jeune frère de remonter un leurs affaires dès qu’il trouverait un endroit pour s’installer. La route était longue et parfois très difficile vers ce nouveau territoire dont on vantait les mérites, mais l’espoir de trouver de bonnes terres et surtout de l’or leur donnait le courage de poursuivre leur route. Alors qu’ils étaient perdus dans le désert tout près du Mexique, Johanna mit au monde un second fils qu’ils appelèrent James Christopher (1847). Bien que sa santé soit compromise par les privations qu’elle avait connues, Johanna était une mère formidable pour ses enfants. Elle s’occupait d’eux avec tendresse et amour. Durant les années qui suivirent, Johanna fit plusieurs fausses couches. Elle avait toujours l’espoir d’avoir un jour une petite fille, mais elle mit finalement au monde un troisième garçon en 1849. Après cette grossesse, elle se trouva encore plus faible et malade tant et si bien qu’elle contracta la tuberculose.

Épuisé et à bout de ressources, le petit groupe qu’ils constituaient avec huit autres familles dut se rendre à l’évidence. Ils s’étaient perdus dans les montagnes et le désert de l’Ouest. N’ayant plus de vivres ni d’eau, ils durent s’arrêter en bord de ce qui ressemblait à une ville en pleine construction. Deadwood. Après quelques vérifications, ils découvrirent que l’endroit était bien situé et qu’ils attiraient plusieurs voyageurs venus à la recherche d’or. Diego, ses frères ainsi que leurs fils mirent sur pied la nouvelle Hernandez Building. Ayant toute une ville à construire, ils ne manqueraient pas de travail. Alors que la prospérité était de nouveau au rendez-vous, la pauvre Johanna dépérissait à vue d’œil. Le manque de médicament et le climat trop aride eurent raison de sa faible constitution et elle mourut à peine quelques mois après son arrivée.

₪₪₪₪₪

~ Deadwood 1876 ~

Je suis né sur les routes. Je suis un nomade. J’ai toujours erré d’un endroit à l’autre à la recherche d’un monde meilleur. J’ai appris à marcher dans le désert entouré des scorpions et des cactus. Dès mon plus jeune âge, on m’a appris à distinguer les bêtes qui étaient dangereuses et celles que l’on pouvait tuer pour se nourrir. Je suis devenu rapidement un impitoyable chasseur d’où le surnom que m’a donné ma famille « The Huntsman ».

Rebelle et fougueux, j’ai toujours aimé courir après le gibier et me fondre dans la nature. Curieux et observateur, je me suis fait rapidement des amis parmi les différentes tribus indiennes que nous avons côtoyées sur notre route. Malgré notre vie de nomade, j’ai reçu une excellente éducation faite par ma mère. Cette dernière nous a tous appris à lire et à écrire correctement. Bien que nous n’ayons que peu de biens, ma mère a toujours fait le nécessaire pour nous fournir des livres pour développer notre imagination, mais surtout notre culture générale. Rêveur et passionnée d’aventures, je me suis rapidement entiché des histoires des grands explorateurs tels que Christophe Colomb ou Marco Polo. Comme eux, je me suis mis à rêver de voyage en mer et de partir à la découverte de nouveau territoire. Depuis toujours ma famille est le centre de mon univers. J’ai été non seulement élevé par mes parents, mais également par mes oncles et mes tantes. Ensemble, nous formons une tribu. Dans une telle famille, il est difficile de se dissocier des autres et de faire sa place. Moi qui ne suis pas conformiste, j’ai parfois beaucoup de mal à rentrer dans le rang et agir selon leurs règles.

Lorsque nous nous sommes installés finalement à Deadwood, j’ai rapidement rejoint mes oncles et mes cousins dans l’entreprise familiale et j’ai dû abandonner mes propres rêves. Amer et déçu par cette vie que je trouvais morne et ennuyante, je me suis mis à boire et à jouer aux cartes contre de l’argent. Rapidement, je me suis fait une terrible réputation. Bien que mon travail sur les chantiers fût toujours impeccable, on avait parfois du mal à me faire confiance étant donné mon état délabré et mon haleine un peu trop arrosée au whisky bon marché.

Désireux de me remettre sur le droit chemin, mon père a décidé qu’il était temps pour moi que je prenne comme mon frère aîné une épouse qui me donnerait de nombreux fils et une famille bien à moi. Sachant toute l’importance qu’il accordait à la famille, j’ai accepté de me marier bien que je ne sois pas amoureux. Il s’agissait alors pour moi d’un concept totalement inconnu. J’avais bien connu quelques femmes, mais ce n’était jamais très sérieux. Après plusieurs semaines à tergiverser sur le sujet, j’arrêtai mon choix sur Amalia Moreno. C’était une fille plutôt jolie et travaillante. Elle avait reçu une bonne éducation et elle semblait heureuse de se marier avec moi. Malgré mes appréhensions, je me suis vite attaché à Amalia. Au bout de quelques mois, nous étions même fous amoureux l’un de l’autre. Pour elle, j’ai cessé de boire et de jouer aux cartes. J’étais devenu un homme responsable. J’étais heureux pour la première fois depuis des années et puis le malheur est arrivé. Depuis des mois nous attendions la venue de notre premier enfant. Peu m’importait que ce soit un garçon ou une fille, tout ce que je souhaitais c’est de voir cet enfant. De voir ma famille prendre forme. La grossesse d’Amalia avait été difficile. Elle avait eu beaucoup de nausées au départ et ensuite de terribles maux de dos. J’étais inquiet, mais je tâchais de lui cacher mes angoisses. Et puis finalement, le moment de la naissance arriva. Au départ, tout se passait très bien, mais il y a eu des complications. L’enfant ne se présentait pas bien. La sage-femme n’ayant pas l’habitude des sièges fit son possible, mais ce ne fut pas assez. Au petit matin, je me retrouvais derrière la maison à creuser une tombe pour ma femme bien aimée et notre fils mort-né.

Depuis, je ne suis plus que l’ombre de moi-même. Je suis hanté par leur mort. Je m’enivre du matin au soir pour tenter d’oublier mon chagrin.


nobody is perfect, i am nobody
pseudo web : Padme Prénom : Danielle Âge : Mystère et boule de gomme   Comment as-tu découvert le forum ? Par les deux fondateurs qui sont des amies    ; Qu'en penses-tu ? Il est génial et je lui souhaite longue vie     Avatar choisis : Chris Hemsworth PV, Scénario ou Inventé ? Inventé Un dernier commentaire ? J'ai hâte de commencer !  




With every day it get's better
On ne peut jamais prévoir. Ni comment les choses vont se dérouler, ni pourquoi des trucs tout simples prennent soudain des proportions démentes.

©BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Bastard and proud of it
« Inscris le : 13/09/2014
« Messages : 280
« Pseudo : Beraberel (alex)
« Localisation : Deadwood et ses environs

Message Sujet: Re: James Hernandez ~ The Huntsman 7th Novembre 2016, 15:01

Citation :
☆ James est un excellent chasseur et pêcheur. Il aime se retrouver dans la nature qui le calme et l’apaise. James à d’excellents rapports avec les membres des différentes tribus indiennes qui vivent aux alentours de Deadwood. Il s’est d’ailleurs fait plusieurs amis parmi eux.
Le peuple indien qui vit à proximité de Deadwood sont les Lakotas et il y a pas vraiment d'entente avec les habitants de Deadwood puisqu'ils sont sur leurs territoires. Donc, je te conseille juste de retirer la partie qui dit "aux alentours de Deadwood" comme ça, tu ne mentionnes pas les Lakotas. Sinon, le reste est parfait ma petite Danielle. Tu aurais pu te valider toute seule hein On est pas obligée de passer derrière toi puisque tu es admin mais comme Ulysses, je suppose que tu préfères et c'est certainement ce que je vais faire aussi Bref, tu es validée bien évidemment


dead man's hand


by beraberel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Bastard and proud of it
« Inscris le : 11/10/2016
« Messages : 894
« Pseudo : Padme
« Localisation : Deadwood

Message Sujet: Re: James Hernandez ~ The Huntsman 7th Novembre 2016, 15:25

Ben je savais pas trop donc j'ai pas pris de chance. Je vais modifier mon texte. Merci ma puce xxxx



With every day it get's better
On ne peut jamais prévoir. Ni comment les choses vont se dérouler, ni pourquoi des trucs tout simples prennent soudain des proportions démentes.

©BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Bastard and proud of it

Message Sujet: Re: James Hernandez ~ The Huntsman

Revenir en haut Aller en bas
 

James Hernandez ~ The Huntsman

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Morrell James ( Haiti Democracy Project) 202-588-8700
» Davy James' Fiche technique
» With Aristide's return comes hope (Selma James, widow of C.L. R. James)
» All i wanted was you [PV James Stanford]
» Xavi Hernandez l FC Barcelone l BY Sir PaTo'

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Western Bastards :: Welcome in this Town :: My name is Nobody :: The secret of a long life-